Un film critique sur la vie contemporaine.

Pourquoi ne pas aborder ce film tout simplement sur l'histoire. Pas d'étalement de références culturelles, pas de dates. Juste l'essentiel...

Remarque pour ceux qui croient que « parler d'un film ça conduirait à ne pas aller le voir » : Pour ces gens-là qu'ils changent de pages. Moi, auteur, je refuse d'avoir des lecteurs qui nient le principe de modification comme le principe du téléphone arabe. --

L'histoire est fondée sur une critique de la vie moderne, et dans le cas du narrateur, de la vie moderne d'un point de vue d'un américain. Ou comment traiter de sujets comme la paranoïa, la schizophrénie et l'horreur d'une conscience humaine...

Un modèle qui est tout sauf un exemple à suivre

Un employé modèle socialement (intégralement soumis à la société dite normale, cadre qui collectionne les meubles ik**..) perd des éléments matérielles. Avouez que pour un mouton de la société matérialiste c'est embêtant.. Il va se remettre en question, ce qui coïncide avec sa rencontre avec Tyler (c'est une métaphore de la schizophrénie mais.. chut!) Alors ce narrateur est en pleine remise en cause. Auparavant son rythme est chamboulé par l'insomnie qui l'amènera à côtoyer Marla, une fille tragique mais avec un caractère proche de celui de Tyler.

L'encanaillement..

Un moment fort est la brûlure à la main. Comme un passage de la pseudo-vie d'avant à l'apparence d'une vie plus anarchique, Tyler prend le pas sur l'employé modèle : le narrateur. La philosophie, le mode de pensée et la vie même du narrateur change. Désormais, il vole, il se moque de son patron et... il crée un club de combat clandestin. Pire (ou plus génial) : il embarque des gens autour de lui. Il influence d'autres « moutons » du système pour les faire devenir membres du club et des pions utiles...

Le final grandiose

Je profite de ce paragraphe pour rappeler ma position à l'égard du pouvoir. Étant honnête intellectuellement, je vous dis que je n'ai jamais été fasciné par le pouvoir. Chose qui échappe il me semble au personnage principal du film qui, par sa prise de conscience, influence ses congénères, quitte à tuer des gens. Un final dégueulasse qui cause le chaos à cause d'une logique implacable. Quelle ironie ! Il n'y a rien de mal à être un écorché vif, sauf si on n'est plus vif.. La critique est bien mais jusqu'à un certain point. Un point nier par un Tyler stupide lors du final.

Sur le même sujet