L'aromathérapie

Vingt siècles avant J.-C., un ouvrage de médecine traite déjà de l'opium, de la rhubarbe, du grenadier, leur attribuant des indications que nous leur reconnaissons.
Advertisement

L'aromathérapie (de « aroma » : arôme et « thérapeia » : soin), est l'utilisation d'extraits aromatiques des plantes : huiles essentielles, essences et encens, à des fins thérapeutiques.

Origines

On trouve des traces de techniques de distillation en Chine et en Inde, datant de plusieurs milliers d'années. Les Grecs et les Romains maniaient aussi ces extraits.

Un papyrus médical égyptien datant de 1555 avant J.-C., contient un grand nombre de remèdes d'aromathérapie, mais l'utilisation des essences remonte à plus de 4 000 ans. Les Égyptiens utilisaient des huiles parfumées après le bain, brûlaient l'encens d'oliban au lever du soleil pour honorer Râ, l'encens de myrrhe étant réservé au culte de la lune. Ils embaumaient le corps des défunts aux moyens de savants mélanges d'extraits et d'huiles. Lors de cérémonies, ils arboraient des coiffes coniques qui exhalaient les parfums d'essences.

Les Grecs employaient les huiles et les essences en médecine. Un médecin grec, Pedanius Dioscorides, rédigea un recueil sur la médecine par les plantes. Ce livre fut une référence en Occident pendant plus de mille ans.

Les Romains empruntèrent aux Grecs leurs connaissances médicales, et Rome devint la capitale des bains et des massages aromatiques. Ils améliorèrent les pratiques et importèrent d'Orient de nouveaux produits.

Les Chinois utilisaient l'aromathérapie. Le livre Shen Nung's Herbal , datant de 2 700 ans avant J.-C., contient des données sur plus de 300 plantes. L'ayurveda, médecine traditionnelle chinoise, utilise les massages aromatiques.

Ce sont les Arabes qui inventèrent la distillation à la vapeur d'eau.

Évolution

L'Église brida la recherche et l'évolution de ces méthodes thérapeutiques, en pourchassant les alchimistes qu'elle qualifiait de sorciers. Nombre d'entre eux furent brûlés vifs pour avoir renié la religion et pour leur connaissances des plantes et de leurs vertus.

Ce n'est qu'au XIXe siècle que les chercheurs anglais et européens se penchèrent sur les effets des huiles essentielles sur les hommes et sur les bactéries.

René Maurice Gattefossé, chimiste français, entreprit des recherches sur le pouvoir de huiles essentielles, après avoir guéri sa mains d'une brûlure en l'immergeant dans un bain d'huile essentielle de lavande. En 1937, il publia un livre sur les huiles essentielles et inventa le nom « aromathérapie ». Jean Valnet, médecin français, reprit les recherches de R. M. Gattefossé et fit évoluer les techniques de l'aromathérapie. Par ses écrits et conférences, il joua un rôle primordial dans le renouveau d'intérêt pour cette médecine.

Procédés d'extraction

Les huiles essentielles sont extraites de différentes façons :

  • Distillation à la vapeur d'eau
  • Extraction par solvants
  • Pression à froid

  • La fleur (rose)
  • La feuille (eucalyptus)
  • La racine (valériane)
  • La résine (benjoin)
  • L'écorce (cannelle)
  • La semence (l'aneth)

Attention danger !

Les huiles essentielles contiennent des molécules aromatiques extrêmement puissantes qui peuvent présenter un danger, si elles sont mal utilisées. Leur utilisation pour les enfants de moins de trois ans est proscrite, sauf avis médical ; dans ce cas-là, la prescription devra être respectée à la lettre. La femme enceinte s'abstiendra aussi d'utiliser l'aromathérapie, l'enfant à naître pourrait être mis en danger. Il est indispensable, avant d'utiliser les huiles essentielles, de consulter un spécialiste.

Utilisations

  • En usage externe : utilisation d'un brûle-parfum ou d'un diffuseur électrique. Les essences seront alors absorbées par la peau et les poumons. Il est recommandé d'utiliser ces appareils de façon intermittente.
  • En inhalation : 2 à 3 gouttes dans un bol d'eau chaude.
  • Dans le bain : les huiles essentielles ne se mélangent pas à l'eau, il convient de les mélanger auparavant à du savon neutre, par exemple, ou à du sel.
  • En massage : elles doivent être diluées dans une huile végétale neutre, l'huile d'amande douce ; l'une des rares à pouvoir être utilisée pure sur la peau est l'huile essentielle de lavande.

Propriétés

Chaque huile essentielle possède une ou plusieurs applications thérapeutiques en plus de ses propriétés olfactives. Il est possible, lors d'un traitement, d'associer plusieurs huiles essentielles, afin d'en renforcer l'efficacité. Elles sont très puissantes et actives, il est donc recommandé de les utiliser à petite dose.

Thérapeutique aromatique :

  • Acné : lavande, genévrier.
  • Aigreurs d'estomac : citron, menthe.
  • Angoisses : basilic, lavande, marjolaine, thym.
  • Antiseptiques : ail, cannelle, eucalyptus, genièvre, lavande, romarin, thym, pin, ylang-ylang, niaouli.
  • Aphtes : citron, géranium, sauge.
  • Brûlures (1er et 2e degré) : camomille, eucalyptus, géranium, lavande, niaouli, romarin, sauge.
  • Céphalées : citron, lavande, menthe .
  • Constipation : romarin, essence de térébenthine.
  • Contusions : cannelle, sauge.
  • Cors : ail.
  • Dentition douloureuse des enfants : camomille .
  • Désinfection des habitations : eucalyptus, genévrier, lavande, sauge .
  • Diarrhées : camomille, sauge.
  • Insomnie : basilic, camomille, lavande, marjolaine, thym.
  • Piqûres d'insectes : ail, citron, lavande, oignon, sarriette, sauge.
  • Verrues : ail, citron, oignon.
Quelques huiles essentielles sont à manier avec prudence

Ces essences sont extrêmement concentrées en substances toxiques :

  • Anis vert (Pimpinella anisum)
  • Armoise blanche (Artemisia herba alba)
  • Bouleau jaune (Betula lenta)
  • Camphre (Cinnamomum camphora)
  • Cannelle (Cinnamomum cassia)
  • Cannelle de Chine (Cinnamomun cassia)
  • Estragon (Artemisia dracunculus)
  • Génévrier sabin (Junvalnet, editioniperus sabina)
  • Menthe pouillot (Mentha pulegium)
  • Origan (Origanum vulgare)
  • Sauge officinale (Salvia officinalis)
  • Thuya (Thuya occidentalis)

Advertisement