La réalité des emplois verts : entre rêves et lois du marché

Comment croire les politiques qui soutiennent que l'économie verte est en forte croissance, quand les étudiants déplorent la pénurie d'offres d'emploi ?
9

Pour faire face aux annonces de nombreuses institutions, l’offre de formation dans le développement durable a explosé ces dernières années. Ainsi, des milliers de jeunes étudiants, salariés et demandeurs d’emploi se sont tournés vers ce secteur. Mais qu’en est-il des débouchés ? En 2008, l’ ONU promettait la création de sept millions d’emploi dans le monde d’ici 2030, dans le seul secteur des énergies renouvelables.

Or, depuis le début de la crise, force est de constater que les offres d’emploi se font plus rares. Bien évidemment, cette tendance n’est pas spécifique au secteur, mais face aux promesses sans cesse réitérées, on est à même de se demander s’il n’existe pas un décalage entre une théorie politique idéalisée et une réalité de conjoncture économique bien moins idéale. Car de nombreux dirigeants restent persuadés qu’intégrer une politique durable constitue un frein au développement économique de leur entreprise.

Ce qui conduit à la question : qu’entend-on réellement par développement durable ?

Notre avenir à tous

Tout d’abord, il convient de rappeler que la protection de l’environnement ne constitue qu’une des thématiques du développement durable. En effet, il faut ajouter l’équité sociale et le pilier économique pour se réconcilier avec la définition donnée par le rapport Brundtland [1] : « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

A partir de ces axes, on serait tenté de croire qu’une définition des emplois verts est facile. Il n’en est rien ! L’Observatoire National des Emplois et Métiers liés à la Croissance Verte a tenté de mieux cerner les emplois de la nouvelle croissance au service du développement durable. Pour ce faire, l’organisme a utilisé deux approches : par l’activité des entreprises et par le métier des personnes actives. Pour estimer le volume d’emplois, l’Observatoire a utilisé la nomenclature des PCS de Insee et le répertoire Rome (code métiers) de Pôle Emploi.

A ce stade, toutes les personnes formées au développement durable qui ont un jour effectué une recherche d’emploi sur le site Pôle Emploi, ne manqueront pas de sourire : si l’on recherche une offre d’emploi par le critère « développement durable », on se trouve face à des dizaines d’annonces dans le développement de programmes informatiques ! On comprend mieux pourquoi l’étude de Pôle Emploi, publiée le 26 juillet dernier, concluait que les demandeurs d’emploi spécialisés dans la filière verte avaient plus de mal que les autres à trouver un emploi.

Un avenir rose pour les emplois verts ?

De son côté, le cabinet de recrutement Birdeo se veut optimiste, au vu des résultats de son étude « Trajectoire des jeunes diplômés issus de formations en développement durable et environnement » . Il apparaît en effet que sur les 100 jeunes diplômés de niveau Bac+4/5 questionnés, 65 avaient signé un contrat de travail dans les six mois suivant la fin de leur formation, dont un tiers au terme de leur stage pratique. Et contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les collectivités territoriales qui recrutent le plus, mais les entreprises privées (59%) et les ONG et associations (9%).

Caroline Renoux, fondatrice de Birdeo, a par ailleurs rappelé, lors de la conférence consacrée aux Green Jobs de la 7e édition des Respirations d’Enghien, le 21 octobre dernier, que de nombreux postes étaient encore à pourvoir. Notamment les missions destinées aux profils expérimentés (consultants, responsables RSE…) mais également dans les secteurs de l’éco-conception et de l’analyse du cycle de vie.

Les opportunités existent donc, encore faut-il pouvoir accéder aux offres tant les intitulés diffèrent d’une entreprise à l’autre.

Enfin, si comme plusieurs études le dénoncent, certaines sociétés sont tentées de verdir leurs fonctions, pourquoi pas ? A charge pour le candidat de faire ensuite appliquer les principes du développement durable au sein de l’entreprise qui l’aura recruté.

-------------------

Portails d’offres d’emploi spécialisées :

www.emploi-environnement.com

www.reseau-tee.net

www.envirojob.fr

[1] Est communément appelé rapport Brundtland , du nom du Premier ministre norvégien chargé de l’établir, le rapport de l'ONU intitulé « Notre avenir à tous » (1987).

Sur le même sujet