Mike Wilhelm : Charlatans, Loose Gravel, Groovies

Tout le monde (?) connait Jerry Garcia mais Mike Wilhelm ? Pourtant Garcia le considère comme son guitariste préféré.
31

Pendant les années 60, le photographe Herb Green demande à Jerry Garcia, guitariste du Grateful Dead, qui est son guitariste préféré. Celui-ci répond "Mike Wilhelm, sans hésitation". De tous les grands guitaristes rock des années 60 encore en activité, il est l'un des moins connus et pourtant il est largement à la hauteur d'un Clapton ou d'un Peter Green par exemple.

Les Charlatans

Mike Wilhelm est né en 1942 à Los Angeles. Il fait ses début dans la musique en tant que première partie du groupe soul, The Chambers Brothers (cf. « Time Has Come Today »). Il est l'un des fondateurs des mythiques Charlatans, 1er groupe psychédélique de San Francisco, qui jouent une musique nourrie par le blues et la country musique. Malheureusement, les Charlatans n'ont jamais eu la carrière qu'ils auraient mérité malgré un talent certain.

Attention gravillons !

Mike Wilhelm forme après la séparation des Charlatans un groupe qui a plus à voir avec les Hell's Angels qu'avec le Peace And Love : Loose Gravel. Il écume les bars de la baie de San Francisco de 1969 à 1976 avec ce groupe qui devient rapidement le favori des motards californiens. Il faut dire que sa musique, du blues brut de décoffrage sans concession, et le look cuir, barbe et cheveux longs du groupe a tout pour plaire aux anges de l'enfer. Durant la période où il est en activité, aucun enregistrement ne paraît. Cependant 3 titres (« Waiting In Line », « Gravel Rash », « Keep Flashing On ») sortent en 1981, en France, sur le label Fan Club, subdivision de New Rose. Il existe aussi un album publié par le fanzine Bucketfull Of Brain en 1992 qui comprend des titres enregistrés en public en 1976 (à écouter la version du classique des Charlatans « Styrofoam ») et d'autres issus d'une session d'enregistrement au studio Kelly Quan de San Francisco. Wilhelm est aussi célèbre pour son apparition dans le film consacré aux derniers jours du Filmore Auditorium, Filmore : The Last Days , où il fait un doigt d'honneur à Bill Graham, propriétaire de la mythique salle de concert de San Francisco. Graham avait refusé que Loose Gravel joue pendant cette série de concerts mais avait ensuite gardé la scène au montage. Preuve de son sens de l'humour.

Frimeurs flamboyants

En 1977, notre homme rejoint un autre groupe originaire de San Francisco, les Flamin' Groovies. Ceux-ci sont alors en pleine période Byrds/Beatles et il est un peu étrange de voir Mike Wilhelm avec eux. Mais finalement comme il avait adopté le look pistolero avec les Charlatans, il se met aux costumes Carnaby Street vintage 1966. Mais le plus important est l'apport du guitariste au son des Groovies sur Now (1978) et Jumpin In The Night (1979).

Albums solos

Juste avant les années Groovies, Wilhelm revient à ses premières amours : le blues. Et ce en 1976 avec un album intitulé tout simplement Wilhelm . Un album enregistré avec les musiciens de Loose Gravel principalement composé de quelques uns des titres préférés du pistolero psychédélique comme « Me And My Uncle » du Grateful Dead ou le traditionnel « Junko Partner ». On y trouve aussi des perles comme « Make Me A Pallet On Your Floor » ou « Phonograph Blues ». Ce disque est resté longtemps confidentiel sinon introuvable. Là encore, Fan Club a permis la diffusion de cet album essentiel du californien en France.

Vient ensuite Mean Ol' Frisco (1985, Fan Club en France) avec rien moins que les ex Quicksilver Messenger Service, John Cippolina et Greg Elmore et un petit coup de main du copain du bon vieux temps : Richard Olsen, ancien Charlatans. On retrouve sur l'album un titre des Charlatans, « High Coin », mais aussi des classiques du blues (« Keys To The Higway » de Big Bill Bronzy, « Down The Road Apiece »), de Dylan (« Chimes Of Freedom », « From A Buick Six »). Là encore un album à posséder si vous aimez votre blues saignant et sans additifs.

A signaler aussi, un mini-cd (1991) avec d'ex Groovies (Chris Wilson, Danny Mihm, James Ferrell), Back From The Barbary Coast . Un cd sur lequel vous aurez sans doute du mal à mettre la main et qui comporte des pépites comme « If Wishes Were Horses ».

Mike est toujours bien vivant et continue à se produire avec les Hired Guns en 2011. Il porte toujours son chapeau de pistolero fin 19ème siècle et nul doute que sa guitare est toujours le six coups qu'il utilise pour vous toucher entre les deux oreilles...

Sur le même sujet