The Move : Je peux entendre l'herbe pousser

De 1965 à 1970, ce groupe versatile crée les fondations de la Power Pop
11

On connait le Mersey Beat et Liverpool, Londres, Manchester mais Birmingham ? Dans les années 60, il existe une scène musicale conséquente à Birmingham (Spencer Davis Group, Idle Race, Moody Blues) et c'est là qu'en décembre 1965 se forment The Move : le guitariste Roy Wood ex Mike Sheridan & The Nightriders, le chanteur Carl Wayne, le bassiste Chris « Ace » Kefford, le batteur Bev Bevan tous ex Vikings, et le guitariste Trevor Burton, ex Mayfair Set. L'idée de départ de ce groupe constitué des meilleurs musiciens de Birmingham est d'imiter les Who.

Tony Secunda

Peu de temps après, les Move sont contactés par un certain Tony Secunda qui s'occupe d'un autre groupe de Birmingham, les Moody Blues. Ce Secunda est un personnage. On dit que Malcom Mc Laren s'en est inspiré en matière de scandale. Pour le 1er concert du groupe au célèbre Marquee Club, il les fait jouer habillés en gangsters années 30. Rapidement, The Move se fait connaître pour ses prestations sauvages : bombes de fumée, attaque à la hache de télévisions, de bustes d'Hitler et même d'une Cadillac. Cette dernière idée sera reprise par les Plasmatics qui sur scène découpaient une voiture à la tronçonneuse. La publicité faite autour des prestations des Move leur permet de signer un contrat avec Deram. Pour qu'on en parle, Secunda s'assure que les journalistes soient présents lorsque le contrat est signé sur le dos d'un mannequin nu...

Je peux entendre l'herbe pousser

Et la musique dans tout ça ? Le 1er single des Move, « Night Of Fear » écrit par Roy Wood sort fin 1966 et se classe à la seconde position des charts début 1967. Deux autres single suivent « I Can Hear The Grass Grow » (n° 5) et le classique psychédélique « Flowers In The Rain » (n° 2). Ce dernier est le 1er disque joué par la nouvelle radio de la BBC, Radio One. Leur rock pop aux accents psychédéliques, leurs vocaux impeccables, leur technique sans faille a vite fait de conquérir l'Angleterre mais, curieusement, il semble que le groupe soit trop anglais pour les américains.

Le scandale de trop

Les Move enchainent show télévisés et radios. Tout va bien jusqu'au jour où Secunda a une idée de génie : il se sert d'une photo scabreuse du 1er ministre de l'époque, Harold Wilson, en compagnie de sa secrétaire pour le nouveau single « Flower In The Rain ». Wilson n'apprécie pas la plaisanterie et poursuit en justice le groupe qui se voit condamné à offrir au 1er ministre les royalties de « Flower In The Rain ». Cet épisode met fin au management de Secunda qui est remplacé par Don Arden (Small Faces).

Tournée et 1er album

En novembre 1967, les Move tournent en compagnie de rien moins que la Jimi Hendrix Experience, Pink Floyd, Amen Corner. A la même époque, le groupe publie son 1er LP sur lequel figure son dernier tube : « Fire Brigade ». Mais tout ne va pas si bien dans le groupe. Fatigué des tensions internes, Ace Kefford quitte le navire. Trevor Burton passe de la guitare à la basse. Leur dernier single « Wild Tiger Woman » ne marche pas mais " Blackberry Way " se classe n° 1 fin 1968. Ce qui n'empêche pas Trevor Burton de tirer sa révérence car il « hait » « Blackberry Way » et se dit « fatigué de jouer des chansons pop inoffensives ».

The Move au cabaret

De retour d'une tournée américaine qui marche modérément, le groupe change de manager et se retrouve à faire une tournée des cabarets. Carl Wayne, le chanteur, s'en va. Pour le remplacer Roy Wood fait appel à son vieil ami de Birmingham, Jeff Lyne (ex Idle Race). C'est cette nouvelle formation qui enregistre le très hard-rock avant l'heure « Brontosaurus » (n° 7, 1970). A cette occasion, Roy Wood apparaît à la télévision outrageusement maquillé avec quelques années d'avance sur le glam-rock.

Electric Light Orchestra

Roy Wood a toujours été amateur de musique classique (le début de « Night Of Fear » est copié sur 1812 Overture de Tchaïkovski). Il a le projet d'un album « classique » en 1972 qui sortira en 1973 sous le nom d'Electric Light Orchestra. Le disque est apprécié par les critiques mais le public ne suit pas. Roy Wood quitte le groupe et forme Wizzard (2 n° 1 en Angleterre). ELO poursuit sa route avec Jeff Lyne et le seul rescapé des Move, Bev Bevan, et devient un groupe à succès qui vend des millions d'albums.

Pour ceux qui désirent découvrir les Move sans pour autant partir à la recherche de leur discographie complète, il peuvent acquérir sans appréhension, The Move - Omnibus The 60s Singles As and Bs , une excellente compilation de tous leurs tubes de 1966 à 1970 avec même « Vote For Me » qui aurait du être la face B de « Cherry Blossom Clinic » mais qui après l'affaire Wilson avait été censuré par la maison de disque. Ils y découvriront un groupe qui en 5 ans est passé de la pop mod au pré hard-rock, du glitter jusqu'au rock « classique ».

Sur le même sujet