user_images/ma-photo-pour-scribium.jpg

JEAN-LUC MERCIER

Publié dans : Science - conscience de la nature, de la connaissance à la philosophie

Les œillets, couleurs et parfums au jardin, si faciles de culture

Beaux, généreux, romantiques, délicieusement parfumés, n'oubliez pas que l'œillet est une valeur sûre au jardin, en massifs, bordures et potées.

Toujours en quête de nouveauté comme argument de vente, trop de commerces de plantes finissent par oublier ce qui faisait la beauté de nos jardins quelques années ou décennies auparavant. Certes, les nouvelles espèces et variétés, les nouvelles couleurs sont toutes très attrayantes, mais il serait vraiment dommage de ne pas se souvenir de toutes ces plantes robustes et belles qui ont fait le charme des jardins romantiques. Les œillets sont de celles-ci et apportent toujours un petit côté bucolique, tout en embaumant délicieusement l’air pour certains, parfum envoûtant et épicé. N’oublions que le feuillage est aussi souvent superbe, surtout s'ils sont glauques ou gris bleuté. Voici nos principaux coups de cœur (*), sachant que les œillets conviennent aussi pour potées et jardinières fleuries.

Les œillets vivaces, plantes de débutant comme de jardinier confirmé

Imaginez une simple bordure d’œillets sous de beaux rosiers anciens ou associés à des pivoines ! Poésie absolue… beauté intemporelle.

Dianthus plumarius, les œillets mignardises, sont les plus connus et très faciles de culture. Odorants, ils existent à fleurs simples ou doubles dont les couleurs se déclinent dans toutes les variations de rose et de rouge. Il existe en blanc, à pétales tachetés ou striés, et même en orange, comme « Glory ». En fleurs dés le mois de mai, ses superbes coussins de feuillage dense s’étalent année après année et se marient à merveille avec les dallages, les murets de pierre. Un coup de cisaille annuel après floraison, et le tour est joué. Note : les hybrides issus de cette espèce sont innombrables.

Dianthus caryophyllus, l’œillet des fleuristes, le plus célèbre, car le plus spectaculaire pour ses fleurs. Son nom de genre, caryophyllus, le représente comme l’espèce caractéristique de la grande famille botanique des Caryophyllacées à laquelle tous les œillets vrais appartiennent. Ces grosses fleurs très colorées et très parfumées sont très appréciées en bouquets, mais plantées en groupe, ces œillets forment de spectaculaires plates-bandes de mi-juin à mi-juillet pour les vivaces comme « Fantaisie », « Souvenir de la Malmaison » ou « Triomphe ». Pourtant, ces œillets sont un peu plus capricieux de culture et supportent mal les périodes pluvieuses durant la floraison. Les touffes de feuillage sont moins esthétiques, car souvent plus lâches. Cet œillet convient souvent donc mieux comme fleur à couper près du potager par exemple.

Des œillets de rocailles et murets : Dianthus deltoïdes est un petit bijou de plante tapissante, parfait dans des vieux murs qu’il va littéralement empourprer en juin, du haut de leurs 20cm ! Gros coussin d’un rouge puissant pour « Vampire », par exemple, le feuillage est plus vert que les précédents hors floraison. Dianthus gratianopolitanus est un délicieux œillet pour rocaille ou prairie fleurie (basse), comme Dianthus superbus que l’on trouve d’ailleurs à l’état sauvage dans les prés. Quand à l’œillet des Alpes, Dianthus alpinus, sont nom indique qu’il convient très bien pour rocailles et bords de dallage, célèbre en rose avec son anneau carmin au cœur. Enfin, Dianthus arenarius, délicieusement plumeux, apportera dans les mêmes usages de belles touffes de fleurs blanches ou blanc rosé.

Des œillets annuels et bisannuels qui se ressèment même !

Nous connaissons tous les œillets des poètes, Dianthus barbatus aux couleurs variées, appréciées autant en jardinière, en massif, en bordure qu’en bouquets de fleurs coupées. Leur floraison de mai à juillet est remarquable et très parfumée. Ce sont des plantes vivaces, mais les connaisseurs savent combien les touffes se « dégénèrent » vite et perdent beaucoup de leur intérêt passé deux ans. Donc on les cultive plutôt comme bisannuels pour avoir un beau feuillage vert tendre et des hampes denses et florifères. Si le milieu lui convient, il se ressème très facilement. Les massifs de bonne terre fraiche de jardin peuvent donc vous réserver cette agréable surprise.

Plus petit que les autres variétés, Dianthus sinensis l’œillet de Chine est une plante annuelle qui fleurira jusqu’aux premières gelées. Compact, il atteint une hauteur moyenne de 20 cm, et se révèle idéal pour orner de sa floraison dense et colorée, les bordures, les potées ou les rocailles ensoleillées. Mais il est inodore.

Œillets, quelques conseils utiles pou la culture

Toutes ces espèces et leurs variétés peuvent s’acheter en godets prêts à la plantation, mais existent aussi en semis. Ce dernier, notamment pour les sachets en mélange, offre de belles surprises, avec souvent des coloris étonnants, voire rares. Semez-les en mars avril en suivant les conseils indiqués au dos des sachets. L’annuel œillet de Chine fleuri dans l’année. Les œillets vivaces devront être repiqués pour une première floraison l’année suivante. Les œillets des poètes gagnent à être entre juin et août, car ils résisteront beaucoup mieux au froid de l’hiver à venir en étant jeunes (eh oui !).

Les œillets des fleuristes devront le plus souvent être tuteurés sous peine de voir les fleurs s’effondre. Pour un résultat spectaculaire, ébourgeonnez-les en ne gardant qu’un seul bouton terminal par tige florale.

Enfin, les œillets mignardises craignent les hivers humides, d’où l’intérêt de les planter au printemps quand la terre s’assèche. Un paillage organique sous les tiges et jusqu’au pied est très bien venu, sauf si vous les plantez entre des dalles ou dans de grandes potées.

Bon à savoir : en glissant un peu de terreau entre et sur les fines tiges rampantes, vous pourrez très facilement les bouturer sans effort ! Pareil avec les œillets deltoïdes.

______________

(*) Article réalisé à partir des informations fournies par des producteurs-horticulteurs et des sites nature.jardin.free.fr/ et www.aujardin.info/

À propos de l'auteur

user_images/ma-photo-pour-scribium.jpg

JEAN-LUC MERCIER

Forestier, écologue, botaniste, conseiller en aménagement du territoire, paysagisme, écotourisme solidaire. Enseignement supérieur et journalisme maison, art et jardin.
  • 589

    Articles
  • 28

    Séries
  • 3

    Abonnés
  • 3

    Abonnements

Poursuivez la discussion!