Avez-vous des bibittes dans la tête, un géranium dans le crâne ?

Êtes vous de ceux qui ont de petits animaux qui se promènent dans le beffroi ou le grenier ? À moins que vous n'ayez quelques problèmes de toiture !
15

Un brin « zinzin », un peu « calu » ou franchement « bestiasse », de quel coin de la planète êtes-vous issu ? Car là est la vraie question puisque, d’une manière ou d’une autre et pour le reste, nous avons tous un petit grain en trop ou en moins, n’est-ce-pas ? En tout cas, les expressions sur ce sujet ne connaissent pas les frontières; elles sont internationales (*).

Petits récits pour placer le sujet et remettre «le bois dans son fagot»

- Ma grand-mère me disait souvent que j’avais une araignée dans le crâne. Cela tenait-il au fait qu’elle avait quelque origine suisse alémanique et que, mariée à un picard, elle avait associée « l’oiseau dans le crâne » de son enfance à « l’araignée du plafond » bien de chez-nous ?

Pourtant, elle avait « toutes ses tasses dans le placard », ma grand-mère, et aucun « petit singe dans le grenier ». Enfin, c’est ce qu’il me semblait car, comme elle, j’avais peut-être « une planche qui craque », ou « une vis desserrée » !

- Et ce Yann, collègue de travail d’origine néerlandaise, ne me disait-il pas souvent, de tel élève : « il est bousculé de la tête » ?

- Pourtant, je préférais vraiment le « Bats in the belfry » de ma correspondante anglaise qui , pour le coup, avait vraiment « des chauve-souris dans le beffroi ». J’aimais cette expression qui me semblait, à tord, associer chauve-souris et effroi, moi qui, du haut de mes dix ans, avait dans ma chambre, et pour compagne préférée, une pipistrelle recueillie au pied de la cathédrale de Beauvais. Ma mère aurait pu me dire que j’avais « une pipistrelle dans la cathédrale »… gothique, de surcroît.

Quand ces chères petites bêtes nous perturbent la jugeote

Nombre d’expressions intègrent des noms d’animaux, dans de nombreuses langues, et concernant la capacité à réfléchir, ou le niveau de réflexion d’une personne, il n’y a pas d’exception. Chauve-souris, chardonneret, grillon, araignée, oiseau, singe, rat, chèvre sont de ces animaux qui, populairement, se promènent dans nos têtes. Mais il n’y a pas de références particulières aux côtés hideux, sale ou méchant de l’animal cité, ni à sa beauté, d’ailleurs. Il faut plutôt y voir, une de ces deux approches :

  1. Idée de pattes multiples qui gratouillent la cervelle, de petits becs qui picorent les méninges, dérangeant ainsi la manière de penser, l’aptitude à la réflexion.
  2. Analogie avec des observations d’animaux bien cachés au sommet des bâtisses (tête), sous de grand toits (boites crâniennes)« vides » ; l’animal représentant ainsi la seule petite chose agité faisant office de cervelle.

Les aliments ne sont pas en reste, pas plus que les plantes !

« Avoir un croûton dans l’oignon » ou « avoir un bout de pain dans la fondue », ça sonne bien français, mais «être comme une noisette dans un cake aux fruits», ça c’est anglais (to be nutty as a fruitcake), tout comme le fait d’ « avoir un géranium dans le crâne » (To have a geranium in a cranium) ; une expression proche de l’ancienne expression normande « avoir un pissenlit dans la caboche ». Normandie… Angleterre… après tout, à une Manche près !

L’histoire du cake, les petits jeunes de chez nous s’en sont bien emparés, voici quelques années, en simplifiant l’expression pour en faire un beau qualificatif : « Tranche de cake ».

"Tranche de cake"... c’est sûr, ça veut tout dire ! Michel Gotainer en a même fait le titre d’une chanson, en 2005 (Album La Planète Des Singles ).

Plus grave que la noisette dans la tranche de cake, « ne rien avoir dans le citron » ; ce n’est pas franchement le jardin des Hespérides, même pas un pépin !

Bricolage et vaisselle… rien ne va plus, non plus !

« Avoir une (ou des) vis qui se desserre(nt) » c’est autant allemand (Eine schraube locker haben) que néerlandais(Er zit een schroefje bij hem los) ! Chez nous, il est vrai, on « pète plus facilement un cable » ou «un boulon». C’est plus radical.

Mais les allemands peuvent aussi « Ne pas avoir toutes les tasses dans l'armoire » (Nicht alle Tassen im Schrank haben).

  • Et les bibittes dans tout cela ? le Bilingual Canadian Dictionary calme d’emblée toute tentative de pensée malsaine en nous informant que bibitte ou bébitte, ou bebitte, désigne un petit animal (au choix !). Retour donc deux sous-titres plus haut. « Avoir des bibittes dans la tête = avoir des bibittes plein la tête = to have a screw loose = to have a few screws loose = to be a little nuts » ; Ah, ces Québecois ! Les marseillais diront « ils sont calus » et les toulousains « ils sont fadas, ce sont des bestiasses ».

_______________________

(*) Un clin d’œil tout particulier à La Parlure , dictionnaire collaboratif du français parlé (Attention, crudité assurée !) et à Expressio , les expressions françaises décortiquées, qui contiennent de nombreuses expressions expliquées et géo localisées.

Autres sources :

Dictionnaire des expressions et locutions traditionnelles , Maurice Rat, Larousse – 2008

Trésors des expressions françaises , Sylvie Weil et Louise Rameau, Belin - 2008

Sur le même sujet