Bac, pot et poterie pour plantes d'orangerie : faire le bon choix

Voici les conseils et astuces pour bien choisir les pots, bacs ou poteries pour vos arbustes et plantes fragiles à rentrer l'hiver.
145

Si l’esthétique est importante pour créer une ambiance et mettre la plante en valeur, dans le cas des plantes d’orangerie, le confort de celles-ci et la maniabilité de la poterie ou du bac sont des facteurs cruciaux.

L’achat des pots et autres contenants est donc loin d’être anodin, car il s’agit le plus souvent d’objets coûteux qui doivent permettre à la plante de trouver les bonnes conditions de croissance et d’épanouissement.

Taille des pots et volume des plantes d’orangerie

Il existe une relation étroite entre volume de la plante et volume du pot. En effet, plus la plante est volumineuse extérieurement à la terre plus elle doit développer une masse racinaire importante.

En réalité, il y a possibilité d’obtenir des plantes ayant un petit volume de racines pour un grand volume de branches et feuilles, mais cela nécessite une très bonne maîtrise de la nutrition par engraissement et de l’arrosage, technique par ailleurs coûteuse ou (et) contraignante et peu adaptée aux plantes d’orangerie.

Plus simplement, il est préférable de choisir l’une des deux solutions suivantes:

  1. réduire régulièrement le volume de branches et feuilles par une taille adaptée afin de contrôler le volume de racines nécessaire au bon épanouissement de la plante,
  2. augmenter progressivement la taille du pot au fur et à mesure de l’accroissement volumique de la plante.

Pot et confort pour les plantes d’orangerie

Il faut toujours avoir à l’esprit qu’un pot ou un bac n’est pas un milieu de vie naturel pour la plante. En pleine terre, les racines des plantes sont bien mieux protégées des variations de température qu’en pot, où elle subissent très facilement des phénomènes de surchauffe.

Contrairement à une idée reçue, l’arrosage ne compense pas ce phénomène mais l’amplifie: l’eau chauffe plus vite qu’une bonne terre organique et aérée. Chaleur, humidité et substrat favorisent l’apparition de moisissures favorables au pourrissement des racines. Le choix d’un bac ou d’un pot doit intégrer qu’il faut absolument permettre une bonne protection du système racinaire, sans lequel la plante ne sera jamais belle.

Fi des pots très bons marchés, fins et fabriqués avec des matières à forte conductivité de la chaleur. Attention aussi aux pots translucides qui, en laissant passer plus ou moins de lumière, vont permettre le développement d’algues contre la paroi interne. Tous ces pots ne peuvent être utilisés que comme cache-pots.

Pots, poteries, poids et maniabilité

Par définition, les plantes dites d’orangerie sont celles que l’on rentre sous abri durant les mois les plus froids ou les plus humides de l’année.

Le transport des pots, poteries ou bacs est un élément incontournable à prendre en compte pour le choix du contenant.

Il faut des pots maniables et robustes, durables et permettant un rempotage facile des plantes ( attention au «piège» des poteries bombées à col rétréci).

Un grand pot, même léger, sera toujours lourds, ne serait-ce que par le poids de terre qu’il contient. Son transport nécessitera forcément de:

  • laisser sécher suffisamment la terre pour économiser du poids,
  • utiliser un engin de manipulation type diable ou plateau à grosses roulettes robustes,
  • pouvoir être facilement préhensible (poignées ou rebord suffisamment costauds).

Pot ou cache-pot: le bon choix pour les plantes d’orangerie

À la recherche d’un pot géant ou d’une belle poterie décorative comme les poteries d’Anduze ou les florentines, l’astuce consiste, si elles sont de grande taille, à les utiliser comme cache pot.

Vous pouvez rentrer la plante à l’abri et laisser le pot comme ornement d’extérieur: dans ce cas, choisissez une qualité adaptée pour résister aux variations climatiques (suivre nos conseils pour pots d’extérieur ). Si tel n’est pas le cas, la poterie sera placée à l’abri du gel et de la pluie l’hiver, sous une avancée de toit ou une terrasse couverte par exemple, ou rentrée dans un local (garage).

Palmier, laurier rose… sont plantés dans des contenants en plastique noir d’une taille très légèrement inférieure à celle du cache-pot. Pour obtenir une bonne stabilité, le fond de la poterie est rempli de graviers: en plus du lestage, le pot de la plante pose parfaitement dessus. Le drainage reste efficace. L’astuce, pour une totale fonctionnalité et maniabilité (facilité de transport), consiste à mettre le gravier dans un sac en fibres synthétiques tissées qui laissera passer l’eau.

Pour les agrumes, la poterie d’Anduze, spécialement conçue à cet effet, s’utilise directement comme pot. Le transport saisonnier, se fait avec un diable, de préférence en bois, pour éviter les éclats de céramique. Si le diable est en métal, protégez le pot en l’entourant d’une couverture.

Bacs pour plantes d’orangerie

Pour les bacs carrés, sur pied, préférez ceux en bois. Sauf à être d’excellente qualité et résister au ternissement, aux rayures, au jaunissement et aux fortes insolations susceptibles de les déformer, les bacs en plastique sont à éviter car décevant avec le temps.

Les bacs en bois qui s’ouvrent par les côtés sont parfaits et permettent de dépoter ou transplanter facilement. Le bois est laissé naturel, simplement traités antifongiques ou peints avec une peinture microporeuse. Évitez les vernis qui vieillissent mal et sont plus toxiques.

Lorsque les vents ou bourrasques sont à craindre, le choix des bacs carrés sur pied est a privilégier, surtout pour des arbustes sur tronc ou des palmiers.

  • Dans tous les cas, investir dans la qualité est une garantie de durabilité et de confort pour la plante.
Cour, patio et mini jardin... réussir une oasis de verdure

CONT 12

Sur le même sujet