Bassin d'agrément : choisir le bon emplacement et maitriser l'eau

Où implanter le bassin à poissons ou d'agrément dans le jardin ? Faut-il prévoir un jet, une cascade ? Voici les points importants à savoir sur ces sujets.
241

À chacun son bassin d’ornement et son envie d’eau ! Du simple lavoir miroitant, ou de la fontaine bruissante, au plan d’eau à koi voire même à la baignade naturelle, la présence de l’eau dans l’espace de vie, est source d’apaisement et de bien-être. Mais attention… pour que le rêve fonctionne et se maintienne, il y a des règles à suivre. Examinons deux points fondamentaux : l’emplacement à choisir pour implanter le bassin, et l’importance des mouvements d’eau (*). La filtration de l’eau et les gestes à adopter pour le bon maintien des poissons sont étudiés dans l’article Bassin d’agrément : la filtration de l’eau et les poissons , du même auteur.

Quel est le bon emplacement pour un bassin d’agrément ?

Question fondamentale qui en amène immédiatement deux autres : quel type de bassin voulez-vous ? dans quel région habitez-vous ? Explications :

Plus la région subit un fort ensoleillement, tant en lumière qu’en température, plus une exposition en plein soleil rend incompatible la présence de poissons dans l’eau, à plus forte raison pour un grand bassin de faible profondeur. De plus, l’évaporation trop forte induit de nécessaires et fréquents apports en eau. Par contre, pour une simple fontaine, pourquoi pas !

À l’inverse, beaucoup d’ombre est néfaste à la vie aquatique surtout dans des régions à faible taux d’ensoleillement, tout autant que l’absence de mouvement d’eau susceptible d’apporter l’oxygénation indispensable à la vie et à la qualité de l’eau. En région froide et de montagne, trop d’ombre est propice à amplifier et maintenir les forts gels, dangereux pour la vie dans l’eau.

Un bassin ne s’implante pas dans une zone de courant d’air : le vent y dépose sans cesse la poussière à sa surface et refroidit inutilement l’eau l’hiver. De même, pas d’emplacement sous des feuillus caduques, sauf à couvrir l’eau d’un grillage automnale pour empêcher le comblement par les feuilles.

Pour un bassin devant accueillir de la vie animale, poissons notamment, un emplacement à l’ombre aux heures les plus chaudes d’été, juste ensoleillé en début de matinée et fin d’après-midi, et en un lieu calme et abrité (par une haie, un bosquet, un mur, dans un patio…) est un bon choix. Il faut que la vie qui s’y développe puisse trouver des conditions de milieu assez stables. D’ailleurs, la plupart des poissons de bassin supportent mal les brusques variations de température et de composition de l’eau.

Créer des mouvements d’eau dans le bassin d’agrément est fondamental

Les beaux plans et trous d’eau en nature ne sont jamais de simples creux rempli d’eau ! la bâche noire ou brune posée sur le fond d’une cuvette creusée à cet effet est donc un échec garanti à très brève échéance. La nature est beaucoup plus subtile que cela et heureusement d’ailleurs, car les eaux seraient verdâtres à brunâtres, malodorantes et sans intérêt pour l’essentiel de la vie. Les échanges parfois subtils qui se créent en nature permettent des équilibres souvent difficiles à reproduire artificiellement. Mais il existe des moyens simples de palier à cette difficulté dont le premier de tous est le mouvement de l’eau.

Sauf en cas de présence d’une source, le bassin est un milieu clos (contrairement à une rivière) et nécessite donc une circulation recrée artificiellement par l’intermédiaire d’une pompe. Le point de pompage de l’eau vers le filtre et le point de retour de l’eau filtrée dans le bassin doivent être le plus éloignés possibles afin d’assurer une bonne circulation de l’eau dans le bassin et éviter les zones d’eau morte. Il est tentant d’associer le cycle de filtration de l’eau à celui d’un jet ou d’une cascade. Ce n’est pas souvent conseillé car les pompes pour effets d’eau ont des débits plus importants que ceux des pompes de filtration, ce qui provoque des effets d’aspiration au détriment de la qualité de filtration (les filtres ne sont pas conçus pour cela). Une pompe de ruisseau ou de cascade est plutôt placée très près du point d’arrivée de leurs eaux dans le bassin.

Par contre, cascades, chute de lames d’eau, ruisseau, jets ont tous l’avantage de permettre une excellente oxygénation de l’eau , un facteur essentiel pour le bon rendement d'une dégradation des matières azotées. En effet, l’oxygène dissout dans l’eau est indispensable à des bactéries comme Nitrobacter et Nitrosomonas, qui ont un rôle clé dans la réalisation du cycle de l'azote. Ces équipements et aménagements de bassins sont donc des alliés de choix pour la bonne santé d’un bassin et contribuent pour beaucoup à la qualité de l’eau et à l’efficacité de la filtration.

________________

Du même auteur :

Comment cultiver et faire fleurir des nénuphars ou des lotus ?

Fleurs bleues, plantes bleues, aquatiques et pour milieu humide

________________

(*) avec les informations collectées notamment sur : guidemaisonecologique.com et passionbassin.com

Sur le même sujet