Bien choisir et entretenir son mobilier de jardin en bois.

Votre salon de jardin, comme tout mobilier d'extérieur en bois, nécessite des précautions à l'achat et pour l'entretien. Astuces et conseils utiles et désintéressés.
867

Choisir votre futur salon de jardin en bois, la chaise longue qui accompagnera votre sieste d'été ou le banc qui prendra place sur votre terrasse nécessite logiquement des attentes à divers niveaux : esthétique, robustesse, praticité, facilité d’entretien et de rangement et durabilité.

Quand les beaux jours sont là, les jardins et terrasses deviennent de vrais espaces de vie que l'on souhaite aménager de manière agréable et accueillante. Arrive alors l’achat d’un salon de jardin et le choix du bois est une belle idée, très pertinente. Mais mobilier de jardin en bois ne rime pas forcément avec écologique. Le choix des essences utilisées est important pour vous vous assurer d'un achat qui ne favorise pas la déforestation et l’apauvrissement de la biodiversité. De plus, outre le style de votre mobilier de jardin, il est important de sélectionner des meubles d’extérieur de qualité puisque qu’il s’agit aussi d’un gage de longévité.

Quelle essence de bois choisir pour un mobilier de jardin ?

L’essence et la qualité du bois sont des critères très importants : en France, il existe des essences particulièrement adaptées à une utilisation en extérieur comme l'acacia (robinier faux-acacia) qui se comporte naturellement très bien face aux agressions climatiques : soleil, sécheresse, humidité, froid. Assez courant cet arbre est de plus en plus utilisé à cet usage. C'est le bois des conditions extrêmes, recherché pour les conditions d'exposition à l'humidité. Bien qu'originaire d'Amérique du Nord, cette essence est depuis longtemps naturalisée en France (son introduction fut faite notamment dans le cadre du maintien des berges où elle se révèle très efficace). Très courante dans les sols d'alluvions (berges canalisées du Rhône, par exemple), le robinier fait du coup partie de nos essences locales. Il est exploité désormais pour son bois d'excellence.

  • Note : il n'est pas dans mes habitudes d'auteur issu du milieu de l'écologie scientifique et rédacteur pour des groupes de presse de citer des marques, chacun étant libre d'effectuer ses propres recherches à partir des recommandations que je fournies. Mais dans le cas présent, pour ses valeurs citoyennes et de respect de l'environnement, et pour l'intérêt qu'elle porte au bois de robinier (entre autres) dont nous parlons ici, je vous recommande l e blog de la marque City Green , bien documenté sur le sujet, et attaché au développement durable. 

Choisir des meubles de jardin qui respectent les forêts est devenu tout à fait conciliable avec la qualité, et les techniques de mises en œuvre autorisent des produits originaux et beaux qui ne puisent pas la matière première parmi les espèces végétales menacées.

Il existe deux labels qui garantissent que le bois a été exploité de manière durable : le Forest Stewardship Council (FSC) et le Programme Européen des Forêts Certifiées (PEFC). Il en est ainsi avec le pin des Landes (traitée) certifiée PEFC. Mais si le bois exotique vous intéresse plus, c’est l’écolabel FSC, international, qui est tout particulièrement à prendre en compte. Toutefois, privilégier le bois local, est ce qui est le plus compatible avec le développement durable (pas de transport sur de grandes distances, exploitation traditionnelle de la forêt, activité locale de transformation…).


Les caractéristiques techniques du mobilier de jardin en bois

Pour réaliser un bon achat, résistant et durable, il faut absolument être attentif à des critères de qualité. L’épaisseur des bois utilisés est à prendre en compte pour la stabilité des plateaux des tables de salons de jardin qui sont exposés à de fortes variations de température et d’hygrométrie. Méfiance donc avec des lignes trop fines, peut-être plus esthétiques mais peu compatibles avec le type de matériau. L’homogénéité du bois est importante. Evitez tout meuble présentant une inclusion d’écorce, des nœuds trop gros ou implantés en milieu de montant, des veinages trop irréguliers susceptibles d’entrainer une déformation du bois… Les finitions sont aussi très importantes et méritent une attention toute particulière : le mode d’assemblage doit être très robuste, la visserie est nécessairement de qualité et inoxydable, les traitements de surface, s’il y en a, sont de qualité irréprochable.

Comment assurer une longue vie au salon de jardin en bois ?

Si la qualité à l’achat est importante, elle ne fait pas tout en terme de durabilité des produits, et ceci est globalement vrai pour tous les matériaux, dont le bois. En tout état de cause, « abandonner » le mobilier de jardin à son sort est un mauvais plan et il ne faut jamais sous estimer la puissance des impacts que peuvent avoir les variations de l’ensoleillement et du taux d’humidité, ni les dégâts que provoque à terme la terre, les poussières et débris divers ou les fientes d’oiseaux par exemple.  Rénover et entretenir le bois est important .

  • Pour certains bois, il faut savoir accepter les effets du temps. Il en est ainsi du teck qui gagne en charme et se teinte progressivement d'une couleur argentée. Les bois peuvent se fendre ou subir quelques déformations sans gravité. Par contre, il ne faut pas laisser s’installer la mousse : le bois s’en trouverait rongé en profondeur.
  • Hors période d’usage, rentrez vos meubles dans un endroit sec et non-chauffé, et si la place manque pour le faire, pensez simplement à couvrir les meubles d'une bâche ou d'une toile en évitant de mettre en contact un plastique avec le bois. L’air doit pouvoir circuler par le dessous pour évacuer l’humidité éventuelle.
  • Protéger le bois avec un produit protecteur (huile de lin ou de teck) c’est anticiper ! Appliquée au pinceau ou au chiffon, l’huile garde l’aspect lisse et brillant du bois, tout en créant une barrière contre l'eau et le soleil. Attention : l’huile doit être bien adaptée au type de bois.
  • Un nettoyage régulier est simple et évite l’incrustation de tâches. Ne pas laisser de feuilles mortes se coller à la surface avec la pluie (les tanins vont tacher le bois). Laver systématiquement les tâches alimentaires. Un lavage à l'eau tiède savonneuse, puis rincée, suffit à ôter la poussière et les saletés accumulées ; pensez seulement à utiliser une brosse douce, pour ne pas abîmer les fibres du bois, et à bien laisser sécher ensuite.
  • En cas de tâches tenaces, et pour assurer quelques menus réparations, le plus efficace reste de passer un peu de papier de verre à grain fin (dans le sens des fibres du bois) aux endroits abîmés, puis de remettre une couche d'huile protectrice.
  • En cas de gros problèmes, le bois peut être peint, c’est un de ses grands avantages. Pour redonner un vrai coup de jeune, bien poncer puis appliquer une couche d’apprêt adapté afin d’assurer une bonne accroche de la peinture.

Lire aussi, du même auteur :

Construire une maison en bois: 4 techniques et bien des avantages

_____________

Sur le même sujet