Comment cultiver et faire fleurir des nénuphars ou des lotus ?

Planter et faire pousser Nymphaea, Nuphar et Nelumbo, plantes aquatiques aux jolies feuilles et à fleurs ornementales, c'est facile. Conseils et précautions
554

Le nénuphar (ou nénufar) et le lotus, ces plantes romantiques au charme fou, semblent réservés à des jardins d’exception, comme entourés d’une aura sacrée qui les rendrait précieux, difficiles à faire pousser. Il n’en est rien… Osez, et créez votre lieu de songe, votre espace zen ou poétique !

France, pays des nénuphars

C’est un Français qui, le premier, a eu l’idée de cultiver, sélectionner et hybrider des nénuphars, dès 1875. Rapidement Joseph Bory Latour-Marliac put présenter sa première collection, et c’est dans le cadre prestigieux de l'Exposition universelle de Paris en 1889 que ces plantes furent dévoilées (en même temps que la Tour Eiffel). « Installés dans les jardins d'eau devant le Trocadéro, les nénuphars hybrides firent sensation et obtinrent le premier prix de leur catégorie. Plus important encore, ils attirèrent l'œil du peintre Claude Monet qui en fut émerveillé et tenu sous le charme. C'est cette expérience au Trocadéro qui l'inspira lorsqu'il construisit son jardin d'eau à Giverny » ( Latour-Marliac ). Le célèbre peintre en commanda tout spécialement au pépiniériste obtenteur pour garnir ses plans d’eau, avant d’en faire les œuvres connues.

La célèbre pépinière existe toujours (Le Temple-sur-Lot, 47), et nous dit sur ce sujet : « Nous sommes les débiteurs de Joseph Bory Latour-Marliac non seulement pour les magnifiques nénuphars dont nous pouvons jouir dans nos jardins, mais aussi pour le rôle d'inspirateur qu'il joua auprès de son ami Claude Monet. En définitive, ce furent bien les deux hommes, ensemble, qui firent de la France, sans aucun doute, le lieu de naissance des nymphaeas ». Quelques autres producteurs de qualité sont apparus depuis, dont Le Jardin des Lotus , qui présente ses collections dans Le Jardin d'Eau (Carsac-Aillac, 24). Ces deux grands producteurs ont inspiré cet article.

Nénuphars pour bassine ou pour bassin, culture en paniers

Ces plantes ont besoin d’une eau stagnante, mais propre. Il est conseillé de veiller à ce que la surface d’eau disponible ne soit pas couverte à plus de 50%, afin que la lumière pénètre dans l’eau et que celle-ci puisse garder ainsi un pouvoir auto-épurant. En cas de surplus, il suffit simplement de tirer sur chaque feuille pour « l'arracher ».

Les nénuphars doivent avoir leurs rhizomes à l’abri du gel. Les variétés naines, cultivables en tonneau, mini-bassin ou bassine, doivent donc pouvoir être à l’abri d’un gel complet de l’eau en hiver. Ces petits nénuphars ne demandent que 15 à 30 cm de profondeur d’eau.

Les autres espèces nécessitent entre 40 cm et 90 cm de profondeur de bassin, mare ou étang, et 3 et 5 m2 de surface disponible (soit pour un plan d’eau d’au minimum 6 m2).

Dans les régions à hivers rigoureux, les rhizomes sont gardés l’hiver dans une terre humide, en lieu frais hors gel.

La plantation en panier doublé intérieurement d’un feutre facilite la tâche, et évite une trop forte expansion. Une fois le rhizome placé en terre à quelques centimètres de profondeur, il faut disposer des gros graviers ou petits galets à la surface du panier pour le lester et tenir cette terre. Un cylindre de grillage fin sera utile pour protéger les jeunes pousses de l’appétit des poissons, le cas échéant.

Le Jardin du Pic Vert donne ce judicieux conseil pour les jeunes plants dont «la longueur de la tige des feuilles est en général assez courte : il faut alors poser le pot à une profondeur de façon à ce que les feuilles soient immergées de quelques centimètres. Lorsque les feuilles émergent, vous déposez le pot un peu plus profondément. Répétez l'opération jusqu'à la profondeur voulue, à laquelle vous pourrez définitivement le planter ».

Cultiver un lotus dans le bassin du jardin

Les lotus ne craignent pas plus l'hiver que les nénuphars et doivent aussi avoir leur rhizomes à l’abri du gel. Il est conseillé, par contre, de ne pas mélanger les deux types de plantes dans un même bassin (sauf s’il est de grande surface). En région atlantique ou méditerranéenne, une profondeur de plantation à 40 cm de profondeur convient. En climat plus frais, 20 cm de plus sont nécessaires. Dans les secteurs froids, plantez-les au moins à 80 cm de profondeur.

Mais le facteur crucial pour la floraison est le soleil (lumière et chaleur). Donc, le bassin devra être en un lieu qui se réchauffe vite (contre un mur exposé plein sud, par exemple), afin que la température atteigne et conserve au minimum 18°C, bien abrité des vents.

Le célèbre lotus sacré nécessite une grande surface d’au moins 10 à 12 m2, mais il existe des variétés moins « encombrantes » qui peuvent pousser en grands récipients larges et peu profonds.

Plantez les rhizomes (attention, ils sont fragiles), dès la mi-mai, en pleine terre ou en grands paniers, en veillant à ce que le ou les bourgeons dépassent légèrement. La profondeur de sol doit être importante (50 cm minimum, contre 20 à 30 pour les nénuphars).Très gourmand, le lotus aime une terre riche ; Des apports d’engrais naturels de composition N 10 à 13 – P 10 à 12 - K 15 à 18 seront bienvenus.

Apparemment proches et pourtant différents : nénuphars et lotus

Nénuphar et lotus sont des plantes de familles botaniques différentes, même si, toutes deux rhizomateuses, elles semblent proches d’aspect.

Les lotus ont des feuilles et des fleurs émergées, portées au dessus de l’eau. Ils sont de la famille des Nelumbonaceae, avec seulement un seul genre ( Nelumbo ) et deux espèces : le célèbre lotus sacré ( Nelumbo nucifera ) et le lotus jaune, ou lotus d'Amérique ( Nelumbo lutea ).

Les nénuphars ont des feuilles flottantes, comme posées sur l’eau, et les fleurs sont soit flottantes, soit émergeantes, légèrement dressées au dessus de l’eau. La famille des nénuphars (Nymphaeaceae) comprends plusieurs genres dont les plus connus sont Nymphaea (comme Nymphaea alba , le nénuphar blanc) et Nuphar (comme Nuphar luteae , le nénuphar jaune), ainsi que le très célèbre et exotique Victoria (avec Victoria amazonica, ou V. regia, aux immenses feuilles en forme de « moule à tarte »). Nymphaea et Nuphar seuls sont faciles de culture, et Victoria reste réservé aux serres tropicales géantes.

Sur le même sujet