D'arbres ou de pierres… des cathédrales aux forêts cathédrales

Forêt cathédrale ou cathédrale gothique, troublantes similitudes dans une même grandeur : du siège de l'évêque à la métaphore de l'écrivain et à l'arbre.
65

Géants de sève ou de pierres, arbres et colonnes ancrés dans le sol, élevés vers le ciel où feuilles ou arcures en forment la voûte, ensemble constituant aux yeux des hommes, à leur spiritualité, la « cathédrale ». Un mot qui, à lui seul, invite à l’humilité, à l’élévation de la pensée.


La cathédrale, de l’église au végétal

Si la cathédrale, du français « cathèdre » (siège) qui vient lui-même du grec «kathedra», est l'église du diocèse où se trouve le siège de l'évêque du lieu, le système métaphorique lié à la cathédrale amène, depuis Chateaubriand grâce à son image de la cathédrale-forêt, à considérer la cathédrale-végétal.

« La cathédrale, tout comme le végétal, renferme l’idée de la liaison, de la coexistence du microscopique et du gigantesque, de l’unité et de la multiplicité, ce qui est associé à l’idée organique. La cathédrale, comme le végétal, aspire au soleil, au ciel, à Dieu. La cathédrale concrète, palpable se dématérialise progressivement pour se transformer en mystérieuse cathédrale (…) L’édifice médiéval commence à servir lui-même de modèle de comparaison (…) Symbole du sacré, lieu de culte, l’édifice religieux se métamorphose sous la plume des écrivains », indique Lioudmila Chvedova en 2006, dans sa thèse de doctorat à La Sorbonne.

Le temps des cathédrales gothiques

A la fin du XIe siècle, la réforme du pape Grégoire VII et les croisades constituent deux évènements majeurs qui vont changer la face du monde et permettre l’émergence de l’ère des cathédrales.

Si, jusqu’au XIe siècle, l’église était soumise au roi, roi qui nommait donc les évêques, le pape Grégoire VII va imposer une réforme où il s’octroiera, ainsi qu’à ses successeurs, le privilège d’être seul habilité à nommer les évêques. Ces derniers, installés dans les villes, deviennent donc la véritable autorité : les cathédrales sont donc un phénomène purement urbain. La petite église romane ne suffit plus. Dieu ne peut pas habiter dans un temple étriqué. Il ne peut être que grandiose, parfait, riche et merveilleux. Telle est l’idée fondatrice qui lancera le mouvement des cathédrales. 

À partir des années 1250 une frénésie de la construction embrase la région la plus riche d’occident : l’Ile de France. Chaque ville voulait avoir sa cathédrale et une cathédrale plus haute, plus belle que celle de la ville voisine. 

Si dans le même temps, les croisades visaient à reconquérir les lieux saints aux mains des musulmans, rois, seigneurs et chevaliers qui partent animés d’une grande ferveur, reviennent souvent ruinés. Ainsi, les croisades ont permis aux bourgeois des villes de s’emparer du devant de la scène. Les reliques ramenées de Terre Sainte serviront à lever des fonds pour édifier les cathédrales.

Forêt et spiritualité: l’arbre, œuvre de dieu ou dédié à lui

Par contre, le rapport de l’homme à l’arbre et l’influence de l’arbre sur l’homme sont tout à fait particuliers, avec des origines enfouies au plus profond de notre histoire et de nos croyances, tout autant que le lien entre l'arbre et la mort et l’idée de réincarnation et d’immortalité .

À cela s’ajoutent les faits que les arbres sont présents sur terre depuis la nuit des temps, eu égard à nos origines récentes, qu’ils détiennent l’essentiel des records dans tous les domaines de la vie, que la longévité des arbres nous semble presque éternelle. Et qu’enfin, lien entre la terre et le ciel, les arbres peuvent devenir des géants, lorsqu’ils sont vieux, nous dominant totalement.

Il faut dire aussi que l’homme ne voit d’arbre que le grand végétal ligneux, haut et puissant, car il n’a que peu ou pas conscience que, avant d’être grand et gros, un arbre est d’abord tout petit.


Le meilleur exemple de lien spirituel entre l’arbre, l’homme et la cathédrale est actuellement la Whipsnade Tree Cathedral dans le Bedfordshire (Angleterre). Elle fût créée après la Première Guerre mondiale, à l’initiative de Edmund Kell Blyth (de retour des combats où il a perdu un grand nombre d'amis). Avec l'aide d'Albert Bramson, des milliers d’arbres furent plantés à la main durant près d’une décennie selon un plan proche de celui d’un lieu sacré (chœur, nef, transepts, chapelles, cloître), dans un travail d'amour et un esprit de foi, d’espérance et de réconciliation.

Arbre, culture et forêt cathédrale

L’arbre-cathédrale, en tant qu’individu, existe. C’est le nom vernaculaire de Minquartia guianensis l’Acariquara de Guyane, grand arbre forestier qui se caractérise par un tronc comportant de nombreux évidements entourés de contreforts lui donnant l’aspect d’un fût sculpté, colonnaire, présentant ainsi quelques similitude avec les piliers des cathédrales, particularité qui est peut être à l’origine de son nom.

Forêt cathédrale est le nom donné, par exemple, au bois du Bager à Oloron-Sainte-Marie. Il est constitué de hêtres, arbres appréciant les climats frais et humides. La majesté d’un lieu ou d’un monument y est ici assimilable à la grande futaie de hêtres qui s’impose, un monumental écrin de verdure.

Non loin de là, dans le même département (Pyrénées-Atlantiques) sur la commune d’Ustaritz (Haitzeko borda – Etxehasia) se déroule un spectacle nocturne estival, « Dans la forêt cathédrale, du merveilleux au fantastique ». Un rapport étroit avec les arbres et une interprétation musicale et dansée de la mythologie basque.

La Forêt cathédrale est aussi un film de Patrick Rouxel, une coproduction Tawak pictures/ WWF, dont le tournage s’est déroulé en 2007. Le film fait état des activités des équipes de l’Agence nationale de la protection de la nature (ANPN), celles du ministère des Eaux et Forêts et du Fonds mondial pour la Nature (WWF) qui œuvrent au quotidien pour la conservation et la gestion durable du parc national et du massif forestier de Minkebe, dans le nord-est du Gabon.

Mais, après ce regard admiratif sur le gigantisme, le merveilleux et le spirituel, comment échapper à l’idée que l’existence des cathédrales et des forêts cathédrales se fonde sur des morts par milliers ?

Sur le même sujet