Des astuces pour bien tondre pelouse ou gazon avec un résultat parfait

Réaliser une belle tonte et obtenir un joli tapis bien vert, dense, homogène et régulier, c'est facile en suivant quelques conseils et règles, avec le bon matériel.
538

Dés la fin mars en climat doux et à partir de mai en climat plus frais, c’est la grande saison de tonte qui débute. Loin d’être une corvée, cette opération est l’occasion de profiter de l’extérieur sans trop avoir à réfléchir et, en appliquant quelques consignes, c’est aussi la satisfaction de profiter d’un beau spectacle de verdure au jardin. Avec un matériel bien adapté, la tonte devient vite un plaisir ; la première règle étant bien sûr de prendre le temps d’expliquer toutes ses attentes (en fonction de la surface herbeuse concernée) aux professionnels qui conseilleront utilement sur le modèle de tondeuse adapté à la situation.

Règles générales pour réussir une belle tonte

La régularité des tontes, tout particulièrement durant les périodes de croissance active de l’herbe est importante pour plusieurs raisons : elle favorise un étalement harmonieux des touffes de graminées tout en interdisant un épaississement en hauteur très inesthétique à la tonte (l’apparence de touffes jaunes ou sèches durant quelques jours) ; elle freine considérablement la prolifération des herbes indésirables (les « mauvaises » herbes) en limitant pour beaucoup d’entre elles le fleurissement donc les graines.

Tondre par temps sec (autant que possible) est plus efficace, plus rapide, plus économe en énergie et moins contraignant pour les machines. Avec l'herbe humide, on obtient une « purée d’épinard » collante et très salissante qui fait forcer la machine, et caler par bourrage. Pour la même raison, les premières du matin sont contre indiquée; il est bon d’attendre l’assèchement de la rosée et préfére donc la fin de matinée. Sur une petite surface, un balayage léger au râteau à herbe, accélère le séchage en faisant tomber les gouttes.

La fréquence de tonte : adapter la coupe aux saisons

Au printemps, c’est la saison de croissance rapide. Si les 2 ou 3 premières tontes peuvent être espacées d’une semaine, il faut vite passer à une tonte tous les 5 jours. Les gazons les plus fins se tondent même tous les 3 jours, et un green de golf tous les jours !

En été, si le temps est chaud et sec, la croissance se ralentit nettement et une tonte tous les 15 jours suffit, surtout si l’on n’arrose pas pour éviter le gaspillage d’eau. Mais si l’été est pluvieux, il faut rester à une tonte par semaine.

En fin d’été, début d’automne, il y a souvent une seconde saison de pousse active, surtout s’il se met à pleuvoir après une période de sécheresse. Une tonte par semaine ou tous les 5 – 6 jours peut être nécessaire.

En automne, et jusqu’à l’arrêt de croissance de l’herbe, une tonte tous les 15 jours ou plus suffit. La dernière tonte visera surtout à égaliser la pelouse avant l'hiver.

Quelle est la bonne hauteur de coupe ?

Les règles sont de ne pas ôter plus de 1/3 de la hauteur de l'herbe à chaque coupe (d'où l'importance de le faire régulièrement) et de considérer que plus on tond ras, plus il faut tondre souvent. 

Après une absence qui vous a fait omettre une ou deux tontes, il est conseillé de tondre en deux temps : une fois plus haut que d’ordinaire, et 2 jours après à hauteur normale. Mais la hauteur varie suivant la qualité du gazon et la saison.

Pour une première tonte de printemps, tondre d'abord très haut, en descendant d'un cran à la coupe suivante, et ainsi de suite jusqu'à la hauteur voulue. 

De mi-avril à fin septembre :

  • un gazon très fin d’ornement se tond à 1 cm du sol, 
  • un gazon moyen à 2 cm, 
  • une pelouse rustique, un gazon de détente ou de sport, à 5 cm. 

En octobre-novembre, la tonte se fait un à deux crans au dessus.

Note : plus l’herbe est piétinée, plus il faut la garder haute (6 à 10cm) car un gazon tondu ras est plus sensible au piétinement et à la sécheresse et tend à "sengler" dans la terre à la moindre humidité si vous passez dessus.

Comment tondre et réaliser une belle coupe ?

Pour obtenir une coupe régulière, il est conseillé d’effectuer chaque passage en chevauchant de quelques centimètres le précédent. Quand l’herbe est haute, pour éviter bourrage et écrasement, on augmente le chevauchement pour réduire la largeur de tonte effective. La vitesse du moteur doit être à son maximum, une vitesse de rotation trop lente hache l'herbe. La lame jouant le rôle principal, il faut veiller à ce qu’elle soit toujours bien affûtée.

Pour travailler vite et bien, la meilleure méthode consiste à tondre tout le pourtour de la pelouse, sur deux largeur au moins, puis d’effectuer ensuite des aller et retour successifs transversaux. D’une tonte sur l’autre, il est souhaitable de croiser les passages de la tondeuse : il n'est pas conseillé de toujours tondre dans le même sens. La méthode vaut en terrain plat ou peu pentu. Pour des pentes supérieures à 30°, la débroussailleuse remplacera la tondeuse.

Quelques bons outils pour la pelouse

Dans la vaste gamme des tondeuses, certains modèles apportent des plus particulièrement intéressants. Si, pour un fini impeccable des tontes, investir dans un coupe-bordure est un véritable plus, il existe aussi la tondeuse à carter asymétrique qui permet de tondre si près des bordures et clôtures que la finition est immédiate, sans autre outil. La tondeuse anti-allergique est équipé d’un filtre qui retient pollens et poussières. La tondeuse mulching hache finement l’herbe et la dépose sur la pelouse. En se décomposant sur le sol elle forme un humus naturel, un réel avantage qui nécessite toutefois de tondre régulièrement et sur herbe sèche.

Les modèles de tondeuses pour green à l'anglaise sont exceptionnels, et parfaite pour obtenir un véritable gazon si le bon mélange de graines a été utilisé au semis. Par contre, le résultat est catastrophique sur une pelouse rustique !

Au fil du temps le sol se compacte sous l'effet de la pluie, des passages avec la tondeuse, du piétinement, des jeux d’enfants... les racines du gazon s'asphyxient et ont du mal à se développer. L'aération du sol permet de décomposer le « feutre » et de décompacter la terre. Si un aérateur se contente d'entailler le sol, le scarificateur (ou émousseur) aide à l’élimination des mousses et du feutrage de débris au sol grâce à la forme de ses dents. Pensez à récupérer les tontes de gazon, soit pour les mélanger au compost avec d'autres dachets, soit pour réaliser un paillage au pied des arbres et arbustes (c'est très bon si vous évitez que l'herbe ne touche la base des plantes, car sa dégradation naturelle est propice au développement de pourriture).

Sur le même sujet