Jardin paysager, pourquoi faire appel au concepteur paysagiste ?

Les paysagistes font du jardin, d'un espace extérieur, une œuvre en harmonie avec nos attentes et nos goûts... de bonnes raisons pour leur faire confiance

Reflet de personnalité et d’identité, source d’indicibles moments de plaisir ou de songe, le jardin paysager, petit ou grand, apporte une grandeur nouvelle aux espaces de vie. Le paysagiste en est le concepteur, alliant connaissances de la nature, des arts plastiques et de la poésie.

Peintre paysagiste et paysagistes artistes

Cézanne (1839-1906) , notamment sur la fin de sa vie, se donne comme objectif de percer le secret de la montagne Sainte-Victoire: une soixantaine d’œuvres portent un regard aiguisé, scrutateur sur cette célèbre montagne, pour dévoiler la complexité du paysage… et son âme, son identité. L’artiste, si décrié à son époque, mondialement reconnu depuis, émerveille aujourd’hui par sa démarche. Face aux œuvres du Maître, on perçoit l’un des plus grands paysagistes de France.

Le parallèle est important car les meilleurs paysagistes s’inscrivent actuellement dans cette démarche initiée par Cézanne :

  • s’imprégner de l’identité et du caractère du lieux,
  • observer pour comprendre les effets de la lumière dans le résultat recherché,
  • appréhender à la fois les enjeux environnementaux et sociaux,
  • intégrer le temps comme dimension à l’œuvre accomplie...

Cinquante ans après Cézanne, «la rencontre (…) entre les artistes du vieux monde et la jeune génération new-yorkaise va lancer la New York School» qui engendrera, des deux côté de l’Atlantique, et jusqu'en Asie, une conception paysagiste s’inspirant des toiles géantes de cette nouvelle école.

«Elle est mystique par la disparition du réel dans une sorte d'engloutissement, dans une atmosphère de grande spiritualité qui rejoint les philosophies orientales, la recherche de "l'intemporel" dans le silence et le recueillement. Le spectateur est happé, mis dans la position de la figure présupposée occuper la surface du tableau.» nous dit Liliane Collignon L'Expressionnisme abstrait : calme, sérénité, énergie et violence .

À la recherche de l’essence des lieux et des hommes

Ainsi , cette manière d’aborder l’espace et la construction des paysages, amène à des concepts nouveaux, dynamiques, souvent surprenants, jamais décevants pour qui sait y porter l’attention du regard et de la pensée.

Le jardin s’ouvre et se minéralise en déserts méditatifs, s’encrypte en de subtils cocons de mousses et suintement aquatiques. Le bois, patiné par le temps s’y intègre pour s’y patiner encore, la roche se dresse, éruptive, priapique, ou s’arrondie, en galets d’océan, en nucleus granitique. L’eau se révèle ou chuchote, s’impose ou disparait…

L’espace paysager s’inscrit dans le paysage, ou frappe l’espace sans l’insulter, à l’image de la blancheur d’une pierre sertie dans une pelouse d’altitude verte et fleurie. Harmonie, émotion, quiétude, couleur, texture, surprise, sensorialité… voilà des termes qui appartiennent du langage des paysagistes.

Dans le paysage du paysagiste, le spectateur devient aussi acteur, et la «toile» est en mouvement, se bonifie avec le temps.

Une diversité d’approches inscrites dans la modernité

«Les projets sont comme des fenêtres qui s'ouvrent sur des rivages nouveaux. Chaque projet est un voyage, une nouvelle invitation, une nouvelle histoire et un nouveau challenge!» indique Nicolas Prieur. Sa pensée, comme celle de concepteur paysagiste, est à l’image de celle de nombre de ses confrères et consœurs de la profession.

Terminé le concept traditionnel du jardin du XXe siècle? Fini la rigueur patrimoniale du jardin à le française? Non, bien sûr! Le paysagiste est connaisseur de l’histoire des jardins et du poids du passé dans l’identité culturelle.

Non ! Mais il sait revisiter les concepts, insuffler de nouvelles pensées, exposer une diversité d’approches et des nouvelles propositions pour faire évoluer les paysages en parallèle aux évolutions de nos sociétés modernes :

  • approche contemporaine, virtualisant l’identité du lieu pour amener l’utilisateur, le propriétaire vers une démarche plus philosophique,
  • approche plus traditionnelle, magnifiant l’architecture ou l’environnement par l’usage subtil de la fenêtre végétale, du topiaire ou de la perspective,
  • approche naturaliste, réconciliant l’espace vécu de l’homme avec la biodiversité et l’harmonie biologique, dans des mouvements d’herbes en vague ou des émergences fleuries en sous-bois,
  • approche artistique et culturelle, mettant en symbiose l’œuvre du sculpteur ou du peintre et l’œuvre de la nature, mariant le métal à l’arbre et la céramique à l’eau.

Du même auteur :

« Qu’est-ce qu’un paysagiste ? »

« Poteries et pots géants, sublimez jardin, cour et allée »

« Le mystère des racines, plante côté terre et ignorance humaine »

« Réflexion sur l’herbe et l’homme, essai »

Sur le même sujet