L'enfant poète… expression plaisir et apprentissage d'une vie

Écrire un poème pour une fête ? Pas seulement ! La poésie est un moyen fabuleux pour l'enfant de se construire, de donner sens à ses pensées et sentiments.
46

Un dessin, quatre mots « maman je t’aime », et voilà déjà les « premiers pas » des enfants en quête d’expression poétique, consciente ou intuitive. Pourquoi ne pas leur offrir les moyens d’aller plus loin, d’être réellement, en petits poètes, des êtres en construction positive ? Quels en sont les intérêts ?

« Et si les enfants d’aujourd’hui avaient besoin de la poésie ? »

C’est à Marie-José Trudel ( in Québec français n°106, sur Érudit ) que nous empruntons cette belle question et la réflexion qui suit, car elle pose avec beaucoup d’acuité toutes les difficultés actuelles de la communication sensible, à l’ère de la réalité virtuelle.

  • La poésie, avec toute la force des mots, toute l’intensité du travail qu’elle nécessite sur le langage, peut se percevoir comme moyen de comprendre le monde, en allant à l’essentiel. Le travail sur le sens est une relation privilégiée entre l’adulte et l’enfant, et s’avère aussi intégrateur à la société, à ce titre. « En se présentant comme le miroir du monde, la poésie peut tout dire et le faire dans une économie de moyens qui se retrouve difficilement ailleurs. »
  • Alors même que l’enfant devient de plus en plus précoce, sa facilité à trouver sa place dans la société et un sens à sa vie s’avère souvent de plus en plus hasardeuse et complexe : absence de rites de passage, faible mémoire du temps qui passe. La poésie, expression de la pensée et des émotions, a valeur de mémoire des étapes de la vie de celui qui les compose… se souvenir de ce que l’on pensait, vivait, ressentait, aux instants de vie où chacune fut écrite. « Par le biais de la mémorisation, (l’enfant) a l'occasion de plonger, sans obligation ni sanction, dans un bain poétique. Il retient des textes, il les fait siens, pour les garder avec lui, les intérioriser et être capable de se les redire à lui-même et éventuellement aux autres.»
  • Construire un devenir d’adulte, se construire dans des sociétés où la sollicitation est permanente dans les directions les plus diverses qu’il soit, voire les plus contradictoires, devient une gageure pour l’enfant jeune, puis moins jeune, sans cadrage, sans guide, sans choix. « En installant la poésie dans un climat tantôt de découverte et d'émerveillement, tantôt de partage du rire, de l'humour et de la tendresse, on peut souvent captiver (l’enfant), le diriger vers une affirmation de ses goûts esthétiques, de ses choix culturels »

La poésie comme outil d’expression chez l’enfant ?

Cette question est récurrente chez tous ceux qui se préoccupent de la formation des jeunes enfants, notamment en milieu scolaire, dans le primaire.

Pourquoi l'École doit-elle enseigner des domaines, telle que la poésie, qui n'apparaissent pas indispensables à un certain nombre de familles ? Telle est cette autre question posée aux futurs professeurs des écoles ( CRPE Aix Marseille ).

La démarche en lecture-écriture, dans les programmes de l’école primaire, a fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses recherches pédagogiques concernant la production d’écrits de types variés et en particulier de création poétique. Car la difficulté d’apprentissage à l’expression tient en particulier au manque d’intérêt pour la connaissance culturelle, la réflexion, l’organisation de la pensée, le plaisir de lire, d’écrire, de dire, d’écouter, d’entendre.

Donner goût aux mots, pour mieux exprimer, s’exprimer, penser, organiser sa pensée et faire jaillir avec plus de force ce que le langage ordinaire banalise.

  • « C’est avec des mots que l’on écrit la poésie, plus qu’avec des émotions ou des idées. Ce sont les mots qui, dans leurs relations, leurs rencontres, leurs chocs font naître l’émotion du poème. » ( Alain Boudet )

  • « Sans vouloir utiliser les mots pour exprimer un sens (j’ai quelque chose à dire) essayons plutôt de voir comment les mots eux-mêmes sont producteurs d’images (parfois inattendues) et de sens (peut-être inhabituels) par leur simple association : Rideau de gouttes, odeur de terre, flaque de ciel » (Alain Boudet).

Plaisir de lire et d’écrire chez l’enfant, plaisir de dire, aussi

Cécile Plassat , sur le site de l’ Académie de Nancy-Metz , indique : « il ne faudrait pas perdre de vue que la poésie est un moyen de s’exprimer parmi d’autres. Il appartient donc à chacun de choisir, dans les disciplines dites "de la sensibilité" celle qui lui convient personnellement : arts plastiques, musique, expression poétique, danse… Gardons aussi à l’esprit que certaines personnes ne ressentent pas le besoin de s’exprimer et s’épanouissent autrement. »

Mais elle démontre aussi, avant d’établir ce constat, tout l’intérêt d’initier chaque enfant à l’expression poétique, afin précisément de permettre l’émergence des sensibilités cachées à ce mode d’expression.

L’apprentissage de l’écriture poétique procède d’un vraie démarche (CRPE Aix-Marseille):

  1. découverte de poèmes et comptines plutôt ludiques, suivi d’un travail de composition « à la manière de… »,
  2. découverte de poèmes dits « d’ expression » prolongée par le travail de production poétique personnelle,
  3. séances la lecture de poèmes, rencontre avec un poète
  4. découverte et initiation à la poésie en dessins.
David Dumortier

________________

Et pour aller plus loin : L’Arbre à Poèmes et Le Grand Atelier des Petits Poètes

________________

Du même auteur :

Créer un jardin sensoriel pour les enfants

Initier pédagogiquement l’enfant à la botanique

L’Enfant et la Plante : La fleur qui rend esclave les insectes et Les fleurs sont le sexe des plantes

Sur le même sujet