Ma petite pépinière de boutures au jardin : conseils et astuces

Un petit coin de terre pour créer sa pépinière est une belle idée pour multiplier gratuitement une multitude de plantes : des plants pour soi ou à échanger.
146

Amateur ou passionné de plantes, pensez à vous créer votre propre pépinière au jardin ou sur votre balcon : une excellente solution pour obtenir des végétaux robustes, gratuits et à profusion si vous le souhaitez. Idéale pour bouturer ses plantes préférées, cette solution permet aussi de mieux connaître les secrets du monde végétal, et d’obtenir des petits cadeaux sympathiques et personnels à offrir, ou des plants à échanger dans les trocs et bourses de plantes ou entre voisins.

Ma pépinière dans un pot de fleur ? et pourquoi pas !

Et même dans un pot à fromage blanc, si vous le souhaitez. Ce n’est pas de l’humour, car l’espace importe peu dés lors que l’on n’oublie pas les règles d’or pour réussir ses plants.

Si vous possédez une terrasse, une cour, un balcon, rien n’interdit de se faire plaisir ; et plutôt que de mettre en œuvre des moyens compliqués et salissants, utiliser des contenants pour bouturer est une excellente idée. 5 à 15 cm de profondeur suffisent amplement pour réaliser la plupart des boutures. L’important réside plutôt dans l’exposition et la teneur en humidité : les pots et contenants sont à placer impérativement à l’abri des courants d’air et du soleil direct. Plus il y a d’air et de vent qui circulent autour des boutures, plus le risque de dessèchement est fort. À l’inverse un air confiné, non renouvelé, est propice à l’apparition des moisissures et pourritures des plants.

La nature du substrat est importante. Un terreau trop humifère et trop léger est inadapté. Mieux vaut un sable, plus neutre et idéalement filtrant, ou une terre ordinaire de jardin. En effet, la difficulté va surtout résider dans le dosage de l’humidité du substrat : trop humide et c’est la pourriture assurée ; pas assez, et c’est le dessèchement certain. Quand l’air est froid, le substrat n’est que très légèrement humide, et le contenant avec ses boutures gagne à être abrité suffisamment haut par les côtés. Quand l’air est chaud, l’aération des plants doit être importante, et le substrat est maintenu frais (mais jamais détrempé, sauf pour les quelques espèces de zones humides).

Quelques mètres carrés de pépinière au jardin

Idéalement, réservez un espace ombragé, bien protégé des courants d’air, dans l’endroit le plus doux du jardin (évitez les expositions nord, dans le nord et l’est de la France, ou plein sud dans le sud de la France), et à l’abri des jeux de ballon des enfants, des lapins ou du chien . Une terre ordinaire de jardin convient très bien si, lors des arrosages, l’eau ne stagne pas ni ne s’infiltre trop vite.

Quand l’ombrage est faible, où pour protéger les boutures de pluies violentes ou de grêle notamment, l’astuce consiste à incliner des planchettes ou des tuiles au dessus des plants, en les appuyant d’un côté sur la terre, et de l’autre sur un petit piquet. L’été, des fougères aigles coupées ou des branchages légers peuvent aussi se ficher dans le sol.

Un cordon de sable pur ou de sciure propre et régulièrement renouvelée est à prévoir tout autour de la pépinière sur une largeur de 20cm environ, si le risque de dégâts par les limaces et escargots est prévisible.

La pépinière du recycleur : la récupération

La "récup" offre d’excellents contenants à bouturer : les barquettes de fraises, de tomates… sont déjà perforées; les cagettes en polystyrène des poissonniers, ou d’emballage de certains équipements en électroménager sont également intéressantes, ainsi que pots de fromage blanc, bouteilles de lait en plastique coupées en deux, etc. Perforez toujours le fond en plusieurs endroits (trous de 3 à 4mm environ).

Pots de yaourt, de crème ou de fromage blanc sont parfaits pour créer des étiquettes. Découpez des bandelettes de 1cm de large environ et de 5 à 10cm de long, en biseautant une extrémité. Vous les ficherez en terre après y avoir inscrit le nom de la plante à l’encre indélébile (Vérifiez tous les mois que les noms ne s’effacent pas !).

Des filets de pommes de terre, d’oignon, etc., ouverts à plat, font de bonnes ombrières, placés 10cm au dessus des boutures, ou des protections efficaces contre les oiseaux. Des cagettes en bois retournées au dessus des boutures peuvent aussi convenir.

En guise de « transplantoir », un simple bout de fer à béton de 30cm de long fait parfaitement l’affaire. L’astuce consiste à en avoir de divers diamètres (3mm, 5mm, 8mm…)afin de réaliser un trou du diamètre le plus adapté au rameau bouturé.

Boutures… quelles boutures dans ma pépinière ?

L’objet n’est pas ici de dresser l’inventaire des plantes qui peuvent se bouturer (voir l’article Plantes à bouturer facilement ), ni de développer les divers types de boutures, mais plutôt de vous inciter à oser. En effet, s’il est tout à fait certain que vous perdriez parfaitement votre temps à essayer de bouturer des rameaux ou branches de pin, sapin, cèdre ou épicéa, il y a beaucoup de belles surprises qui vous attendent, et quelques échecs cuisants, en essayant de nombreuses espèces et variétés d’arbustes, arbrisseaux, vivaces, cactées et de certains arbres.

Nul besoin de maîtriser les techniques des professionnels, ni de gaspiller de l’argent dans des hormones de bouturage onéreuses et de courte durée de conservation. La nature n’a pas attendu après l’homme pour reproduire certaines plantes par bouture ! L’idée est de se faire plaisir et d’obtenir gratuitement de nouveaux plants d’espèces variées.

Avec des centaines d’espèces testées et des milliers de boutures réalisées, toutes en pleine terre au jardin, nous pouvons affirmer avoir obtenu des plants pour 80% des espèces testées (avec un taux de réussite variant de 2 ou 3% à 100%), soit quelques milliers d’euros économisés et l’obtention de plantes très robustes puisque soumises dés leur origine aux conditions naturelles locales. Par exemple : 100% ou presque est possible avec divers peupliers, lavandes, troènes, fuchsias, lauriers-roses, sauges et phlomis, hortensia grimpant, brugmansia… ; 2 à 10% avec citronnier, cryptoméria ‘Rasen Sugi’, séquoïa géant, glycine… des réussites qui varient selon les personnes et les lieux. Mais, une ou cents boutures réussies, chaque plant obtenu est une grande satisfaction.

Sur le même sujet