Réussir l'éclairage d'une œuvre d'art pour la mettre en valeur

La lumière est une clé essentielle pour réussir la mise en valeur d'un objet d'art chez soi : lumière naturelle ou artificielle... quel éclairage et comment ?
115

Pour valoriser une œuvre d’art et la mettre en scène dans son appartement ou sa maison, il y a quelques règles à suivre, abordées dans l’article Mettre en valeur les œuvres d'art chez soi, comment faire ? Mais un point en particulier reste fondamental, celui de l’éclairage. En effet, au-delà du décor général ou de l’harmonie à réussir, pour qu’un ou plusieurs objets d’art procurent la fascination et l’émotion qu’ils ont suscitées lors de leur première découverte, il faut leur offrir une ambiance lumineuse de qualité (*).

De l’importance de la lumière pour sublimer l’œuvre d’art

La scénographie d’exposition est aujourd'hui une discipline à part entière dans l’univers des présentations d’art, temporaires ou permanentes. L'éclairage muséographique en est un des éléments centraux, perçu fondamentalement comme un moyen d'expression, un élément de l'ergonomie visuelle mais qui doit entièrement préserver l’œuvre de son potentiel de nocivité. À la fois artistique, pratique et conceptuelle, la qualité première d’un bon éclairage est sa capacité à établir un lien évident entre le regardant et une œuvre (et son univers).

Depuis les années 80, des avancées spectaculaires en ces domaines permettent d’appréhender l’art exposé dans des dimensions époustouflantes, suscitant émerveillement et communion. C’est toute la magie des nouveaux lieux d’exposition dont il est fort tentant de s’inspirer pour application chez soi. Pourtant, l’éclairage d’objets d’art est souvent confronté à l’antagonisme conservation/communication. Seule une parfaite connaissance des œuvres et de la sensibilité de leur(s) constituant(s) permet de trouver des solutions respectueuses de leur intégrité.

Lumière du jour ou lumière artificielle ?

Pour toutes les œuvres qui ne sont pas spécifiquement conçues pour être exposées aux agressions naturelles, la lumière et le rayonnement calorifique qui peut lui être associé sont souvent des agents nocifs facteurs de dégradation. Ainsi, l’exposition à la lumière directe du soleil est presque toujours impossible, et à plus forte raison derrière une vitre. Il en est de même avec des éclairages anciennes génération, puissants et proches de l’œuvre. Peu d’objets d’art supportent une luminosité supérieure à 50 lux. Ainsi un tableau gagne souvent à être présenté dans un lieu spécifiquement éclairé à l’effet de le mettre en valeur.

Si l’habitat ne permet pas d’aménagements spécifiques pour recevoir des œuvres de grandes valeur et réputées fragiles, il faudra peut-être envisager de réserver une pièce en partie ou totalement obscure et installer un éclairage artificielle spécifique à l’œuvre.

Pour qui a le projet de construire une nouvelle maison ou de faire réaménager un appartement, il est important d’indiquer à l’architecte le désir d’exposer des œuvres d’art. Celui-ci saura concevoir l’habitat et structurer l’espace en relation avec la lumière. Une lumière du jour utilisée avec intelligence est l’apanage d’une architecture de qualité et valorise chaque objet. Des systèmes de commande intelligents combinés à des luminaires adaptés peuvent être installés pour que la luminosité et les températures de couleurs correspondent aux besoins des lieux et des œuvres.

Sans éclairage adapté, l’œuvre est sans attrait

Une statue ou une toile en perspective d’un couloir mal éclairé ne suscite aucune émotion ; une sculpture surexposée à la lumière ou un tableau luisant de reflets, de même.

Un éclairage dit d’accentuation, sans rayonnements UV et IR, est incontournable pour de petits objets ou sculpture : les plus petits détails sont perceptibles et créent du relief par les ombres projetées… fascination garantie. A cet effet, les projecteurs à LED et les systèmes à fibres optiques créent un modelage tridimensionnel, guidant le flux sur les objets exposés sans perturber l’image d’ensemble et sans émettre de rayonnement thermique nocif.

Pour les regroupements de petites œuvres (des tableaux sur un pan de mur, par exemple), un éclairage par de petits projecteurs à LED de haute qualité installés sur un système de rail continu, permet un éclairage individuel des objets exposés. Dans les deux cas, la mise en scène gagne à utiliser une ambiance générale neutre ou sombre afin que l’éclairage d’accentuation « transforme » chaque œuvre en point focal obligé. L’art prend l’espace !

Pour des objets plus imposants, de grands tableaux contemporains par exemple, la technologie LED permet de procurer une lumière douce qui estompe les contrastes exogènes à l’œuvre.

Fibres optiques et LED… lumière d’art pour l’art

La technique des fibres optiques présente de nombreux avantages en termes d’éclairage sensible, avec un guidage parfait des ?ux lumineux. Un générateur assure non seulement l’éclairage du ou des objets exposés mais également celui du bâti environnant à mettre en valeur Les faisceaux souples de fibres de verre permettent d’orienter la lumière dans tous les sens et de la concentrer à l’aide de lentilles spéciales. Une excellente solution pour magnifier une architecture de qualité et des œuvres.

Les produits LED très innovants ont de sérieux atouts… la seule source qui offre, sans filtres ou dispositifs de protection supplémentaires, une lumière exempte de rayonnements IR et UV. Même proche de l’objet, l’éclairage est moins nocif qu’avec des systèmes conventionnels évitant les risques de décoloration et de détérioration des œuvres sensibles. Par des systèmes de commande intelligents cette technologie offre la possibilité d’utiliser la lumière dans l’art et en tant qu’art. Gommant l’inesthétique, sublimant le beau et le détail, estompant les surfaces, les produits LED permettent de créer une atmosphère qui enveloppe entièrement le regardant et éveille tous ses sens.

Important : en l’absence d’occupant chez soi ou même de regardant, les œuvres d’art gagnent à être « plongées » dans la pénombre ou l’obscurité.

_________

Du même auteur lire aussi Des oeuvres d'art au jardin, comment les mettre en oeuvre ?

_________

(*) article rédigé avec des informations issues de l’Office de Coopération et d’Information Muséales (OCIM) : « L’éclairage muséographique », et de l’entreprise ZUMTOBEL, grand fournisseur mondial de solutions d’éclairage intégrés.

Sur le même sujet