Trompe-l'œil, décor mural, œuvres d'art pour embellir et rêver

Les grands décors muraux ne trompent pas que l'œil ! Illusions parfaites ou suggestion pour l'esprit, ces peintures, sont très en vogue sur murs et pignons.
13

Un pignon de maison disgracieux, un grand mur sans attrait, un espace triste, une entrée de maison ou de magasin désuète ? Le trompe-l’œil est une astucieuse façon de gommer tous ces défauts et d’offrir un vrai spectacle visuel.

La peinture murale plus ou moins réaliste n’est pas un trompe-l’œil

Si notre mémoire peut-être trompée, elle est aussi immense, surtout en ce qui concerne les objets et éléments familiers : forme, couleur, taille, proportion, agencement entre les éléments sont de ces caractères que l’on ne peut tromper autrement qu’en les représentant fidèlement.

Dés lors que les objets ne sont pas représentés avec précision et dans leurs exactes proportions, l’effet trompe-l’œil n’existe pas. De même, mêler des éléments d’époques ou d’origines géographiques différentes interdit la tromperie : c’est le cas de ce peintre représenté sur une entrée de commerce à Penne d’Agenais (Lot-et-Garonne) dans l’illustration ci-dessous. Les meilleurs trompe-l’œil ne s’intéressent généralement qu’aux éléments les plus ordinaires.

La grande fresque murale en bleu et ocre, également en illustration ci-dessous (Boulazac – 24), malgré ses 10 m de haut et son bel effet de perspective, n’est pas un trompe-l’œil, mais une peinture murale sur un thème irréel. Cela n’enlève rien à l’apport esthétique qu’elle peut constituer dans le cadre de bâtiments industriels dans lequel elle est en réalité insérée.

Le véritable trompe-l’œil est un véritable trompe-esprit

Créer une illusion optique fondée sur ce que notre mémoire connaît des objets, des scènes et des êtres vivants, tel est l’objectif premier d’un trompe-l’œil. Donner la sensation d’un volume à partir d’une surface, c’est offrir à notre regard l’impression d’une vue en trois dimensions en créant le décor sur un plan ou objet en deux dimensions.

Si généralement l’effet produit est de courte durée, les meilleurs trompe-l’œil sont capables de perturber totalement notre perception de l’espace, surtout s’ils s’appuient en les intégrant sur des éléments réels du décor ambiant.

Observez attentivement la photo en tête d'article (que vous pouvez agrandir ci-dessous). Quels sont les éléments réels de ce décor en trompe l’œil, peint sur un immeuble de Boulazac, près de Périgueux (24) ?

Réponse en bas d’article.

Véritable trompe-esprit, l’imaginaire nous laisse nous évader et gambader notre imaginaire vers d’autres lieux, d’autres ambiances.

Les plus beaux trompe-l’œil ne constituent précisément pas le seul décor des lieux mais s’intègrent dans une ambiance, un décor et un esprit des lieux en utilisant judicieusement certains éléments de ce décor.

Les règles du trompe-l’œil

La frontière entre trompe-l’œil et fresque murale réaliste est parfois floue. Il y a des règles très précises à respecter pour réussir parfaitement un trompe-l’œil et, par ailleurs, pour les grandes scènes d’extérieur, la lumière naturelle doit être leur seule source d’éclairement :

  1. Tous les objets doivent être grandeur nature
  2. Les grandes et longues perspectives sont à réserver aux grandes surfaces, elles-mêmes situées dans de grands espaces
  3. Tous les éléments représentés doivent s’inscrire dans la logique et la continuité de ce qui les entourent réellement (L’exemple de ce mur peint en décor provençal est en rupture avec l’ambiance de ce village de la vallée de la Garonne).
  4. Tous les éléments doivent être complets et entiers (ce qui n’est pas le cas de ce décor peint à Baie-Mahault , en Guadeloupe).
  5. Aucun être ou objet habituellement connu pour être en mouvement ne doit être représenté (oiseaux et insectes en vol , poissons, voiliers vus de près, pluie, hommes et animaux divers en déplacement, rivière, vagues …).

Du bon usage d’un trompe-l’œil sur les murs

Contrairement à ce que affirme l’ encyclopédie Wikipédia , toute personne confrontée à un trompe-l’œil ne doit pas savoir « qu'il est devant un tableau, une surface plane peinte », du moins pas immédiatement. Le trompe-l’œil est une illusion de la réalité faite pour surprendre, intriguer sur un temps suffisamment long de surprise pour attirer, retenir et ravir le spectateur.

La surprise, quand elle s’accompagne de sensations comme la peur du vide, l’impression de danger imminent, la solitude, l’oppression, etc. ou d’impression d’ouverture, d’évasion, de lumière... est encore meilleure et plus durable.

Ces peintures architectoniques prolongent et servent les supports sur lesquels ils s’appuient (murs, sols, galeries, voutes) en se fondant sur les lois de la perception. Dans les grands espaces, le trompe-l’œil architectural ou paysager est le plus adapté.

Plus les lieux sont petits, plus le trompe l’œil s’appuie sur des petits objets, des détails, qui s’ajoutent au décor existant : un porche, une fenêtre, une clé accrochée sur un clou. Telle était l’idée de cette jolie petite paire de ciseaux de cette ancienne échoppe illustrée ci-dessous.

Dans les lieux intimes le trompe-l’œil devient discret, simplement suggéré pour créer une ambiance.

« La main touchait une surface plane; et l’œil, toujours séduit, voyait un relief. En sorte qu’on aurait pu demander au philosophe lequel des deux sens dont les témoignages se contredisent était un menteur ». Denis Diderot, philosophe et écrivain français (1713-1784)

_________________________

Seuls 3 éléments sont parfaitement réels : l’homme qui marche, le sol juste sous ses pieds, la fenêtre ouverte de l’angle supérieur gauche.

CONT 12

Sur le même sujet