Voisinage, route, que faire pour s'isoler du bruit à l'extérieur?

«Je ne supporte plus les bruits de mes voisins, du chien qui aboie, des camions qui passent» ! Quelles sont les solutions pour mieux profiter du jardin ?
4.7K

Nous ne sommes pas tous égaux face au bruit. Ce qui laisse indifférentes certaines personnes, ou reste acceptable pour elle, est insupportable pour d’autres. Quand on se met à entendre le bruit, celui-ci peut devenir petit à petit, source de stress, d’angoisse et d’agressivité, faire perdre le sommeil et la concentration, réduire l’attention au travail ou à l’école (1).

Pourtant, il est habituel d’entendre dire que le bruit faisant partie de la vie, l’anormalité est chez les personnes qui ne le supportent pas. Même si le bruit des autres nous gêne plus facilement que le nôtre, un tel raisonnement est prétexte à laisser aboyer des chiens, crier des enfants, amplifier la musique, faire hurler les moteurs sur les routes, bref, imposer à autrui des modes de vie et de comportement pas si normaux que cela.

Las, mille fois hélas, il est beaucoup plus facile de faire du bruit que de s’en protéger, surtout dehors !

"On a besoin d'environ deux ans pour apprendre à parler et de toute une vie pour apprendre à se taire" (Anonyme). Mais quand le voisinage refuse de baisser d’un ton, par exemple, voici quelques solutions (2). Voir aussi Comment s'isoler du bruit dans son logement.

Pare bruit par écrans de végétation

Seules, les plantes suffisent rarement à résoudre les problèmes de bruit ambiant. Le bon usage de la végétation permet toutefois d’atténuer certains bruits comme ceux d’une route par exemple. Il faut pour cela disposer de suffisamment de surface pour créer des bosquets denses d’arbustes persistants disposés en quinconce sur deux ou trois rangs. Le feuillage doit être important dès la base pour palier notamment au sifflement des pneus sur le goudron et des vrombissements de moteur.

Par contre, une haie, même dense, est peu voire pas efficace, car elle permet mal aux ondes sonores d’être renvoyées et dispersées. Mieux vaut des bosquets avec un mélange d’espèces aux tailles de feuilles variées (ex : cyprès de Provence, laurier sauce, éléagnus, fusain, buis, laurier amande).

Végétation et écran bois, comme pare bruit

Si la place manque un peu, une astuce consiste à réaliser une double haie pourvue en son milieu d’une palissade en bois.

Une première haie de persistants à feuilles larges et assez dense est plantée vers l’extérieur (photinia, par exemple). Côté intérieur de la haie, on dispose une palissade de panneaux de bois en lames tressées, de 2m de haut. Puis on double par l’intérieur avec une nouvelle haie de persistants (buis, if, par exemple). Avec une largeur d’environ 2m50 à 3m, l’ensemble est assez efficace contre des bruits de rue, de routes ou de voisinage ordinaire.

Les murs anti bruits et les buttes de terre

Les deux procédés existent mais n’ont d’efficacité que s’ils sont placés très près de la source du bruit (bord de route, par exemple), et nécessitent donc une autorisation préalable de travaux, à faire en mairie. Un mur lisse ne vaut rien, sauf si l'on se trouve juste derrière. Avec les effets de turbulence de l’air et du vent, les ondes du bruit redescendent à plus ou moins faible distance derrière le mur. Les systèmes anti bruit sont au contraire fait d’aspérités savamment étudiées pour renvoyer le bruit vers sa source ou vers le haut. Une butte de terre n’aura également d’effet que si son profil empêche le bruit de glisser contre. Des plantations végétales denses y sont aussi à prévoir.

Écrans anti bruit doublés

Pour minimiser des bruits de voisinage, on peut placer une première ligne de palissade en bois tressé, haute de 2m, aux distances légales autorisées (consulter le règlement de lotissement ou les services techniques de mairie), doublée, à un mètre d’écart, d’une autre palissade, haute de 3m, en plastique, verre, métal, tissu ciré et tendu, plexiglas… Le premier écran, côté extérieur, casse les sons, le second les renvoie. L’espace entre les deux écrans peut servir d’allée, par exemple.

En secteur venté, le bruit végétal avec écran bois

Là où le vent est fréquent, il est possible d’imiter le système camarguais de la palissade bois doublée d’un rideau de cannes de Provence (ou de bambous).

La palissade casse partiellement le bruit. Les sons qui la franchissent sont en partie renvoyés par la végétation des bambous ou des cannes, et en partie masqués par le bruit du vent dans ses herbes géantes. Ces sons végétaux, assez secs mais harmonieux, ont un effet apaisant bienvenus.

Faire du bruit pour se protéger du bruit

Les systèmes de jet, lame d’eau, cascade, fontaine, peuvent, suivant l’emplacement où ils sont situés, avoir des effets apaisants très efficaces et sont un bon complément à des suggestions précédentes, par exemple.

Produire des sons que l’on apprécie avec des carillons décoratifs convient également si les mouvements d’air sont suffisamment continus.

Interposer des hauts parleurs entre la source du bruit et soi-même, orientés vers l’intérieur, permet de diffuser des musiques d’ambiance qui feront écran à nombre de bruits.

Maintenant, si le chien du voisin aboie fréquemment jour et nuit à deux mètres de vous et de vos fenêtres, si la conciliation n’est pas possible avec ses propriétaires, aucun des systèmes proposés ici ne sera très efficace.

Établir le calendrier du bruit et choisir les bons moments

À priori simpliste, l’idée mérite pourtant que l’on y prête attention. Rares sont les bruits qui sont permanents.

Prendre le temps d’établir la chronologie de la présence des bruits dans la journée , la semaine et l’année, c’est prendre conscience qu’il y a des moments plus calme dont on peut tirer profit pour sortir de la maison ou jardiner sans stress.

Ainsi, les camions ne circulent pas sur les routes le dimanche, et les chiens aboient généralement moins ou pas quand leur maîtres sont présents. Les enfants vont à l’école, voire peut-être à d’autres activités la journée ou le soir, etc. Il y a tout à gagner à modifier parfois soi-même ses propres rythmes d’activité pour mieux profiter des moments les plus calmes.

________________

(1) Source alsace.sante.gouv.fr

(2) Certaines idées sont suggérées par Guillaume boulanger, in Jardinage.net.

Sur le même sujet