DSK et la théorie des complots

Alors que le procès se profile, journaux et internet s'affolent et invoquent la théorie des complots, mais de quoi s'agit-il exactement ?

Les Français croient au complot, les amis de DSK en premier mais aussi les citoyens ordinaires.

57% des Français croient au complot

Selon l’institut CSA, 57% des Français pensent que Dominique Strauss-Kahn a été victime d’un complot. Une théorie qui a la cote chez les jeunes (Le Parisien du 19/05) et les radios branchées comme NRJ ou Skyrock y font allusion.

Le monde politique y croit aussi, à commencer par les amis du politicien comme Jean-Christophe Cambadélis, député PS, qui évoque à propos de sa probable candidature à la présidentielle « le feu nucléaire » qui allait s’abattre sur lui.

Son amie Michelle Sabban, vice-présidente du conseil régional d'Ile-de-France, va plus loin sur la radio Europe 1, le 15 mai: elle se dit « convaincue d’un complot international (…) c’est le FMI qu’on a voulu décapiter et pas tant le candidat (….) tout le monde sait que sa fragilité, c’est les femmes. » Tout est dit !

Seulement ses défenseurs n’y vont pas avec le dos de la cuillère et le site Rue 89 parle des « pires avocats de DSK » qui sont : Jean-François Kahn quand il évoque un « troussage de domestique », Jack Lang lui déclare qu’il n’y a « pas mort d’homme » ou encore Bernard-Henry Lévy qui affirme « DSK n’est pas un justiciable comme un autre ». Cela veut-il dire qu'il doit bénéficier d’un traitement spécial, voire de l’immunité diplomatique ?

D’autres sont plus modérés, comme Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate français, qui évoque « un piège », ou Bernard Tapie qui croit au complot car cela lui paraît « incroyable » ou encore notre Président qui se garde bien de prendre position. A gauche, après l’indignation soulevée par des photos jugées « humiliantes » de DSK menotté, les politiques attendent la suite car un engagement trop marqué nuirait à leur image de présidentiable, maintenant que DSK est out pour la primaire socialiste les jeux sont plus ouverts que jamais.

DSK lui même évoquait devant les journalistes de Libération, le 28 avril dernier, les trois principales difficultés auxquelles il allait être confronté : « le fric, les femmes et (sa) judéité. » La boucle est bouclée. Tous les ingrédients d’un complot réussi sont réunis.

Pourquoi la théorie du complot a-t-elle autant de succès ?

Les explications des politologues et des sociologues

Tout d’abord, pour les intéressés, signalons l’excellent article de Wikipédia sur la Théorie du complot, en vingt pages vous saurez tout sur ce sujet éternellement d’actualité !

Pour les politologues comme Stéphane Rozès, la théorie du complot est une réaction à l’incongruité apparente de l’évènement, cet écart entre l’image de réussite de DSK comme DG du FMI et possible futur président de la République et des faits reprochés tellement graves que cela plonge les Français dans un état de sidération. Ensuite, déclare-t-il à l’agence Reuters, « les individus ont horreur du vide et l’état de sidération appelle donc la théorie du complot. »

Pour cet autre politologue et historien Pierre-André Taguieff au journal Le Point, les théories du complot ou conspirationnistes répondent aux peurs des individus et se construisent « en réaction à des évènements qui peuvent paraitre catastrophiques ou choquants et qui prétendent expliquer de manière rationnelle ce qui est irrationnel ». C’est donc une explication du monde.

Pour le sociologue Philippe Corcuff, face aux journalistes du magazine Alda!, le profil psychologique des conspirationnistes correspond à ce que l’on appelle tout d’abord l’usage populaire du complot. A savoir : « l’usage populaire trouve sa source dans la disparition des repère stables (la religion, les grands blocs idéologiques) et joue le rôle de réducteur d’anxiété. »

Cet usage se retrouve dans les sondages, dans les discussions au café du commerce ou autour de la machine à café en entreprise.

Ensuite il existe, toujours selon Corcuff, l’usage dit bac+5 qui correspond à une forme de radicalisation du doute : « dans nos sociétés on doute de tout. Toute vérité publique devient dévaluée, cela correspond à un besoin de se sentir plus malin que les autres. »

A l’extrême, des conspirationnistes sont persuadés que TOUT s’explique par des complots, internet fournissant un relais rapide et une diffusion mondiale. Ainsi de nombreuses théories du complot planent autour des évènements du 11 septembre sur la toile, la version officielle étant contestée par des citoyens dépassés par le côté extraordinaire de l’évènement.

Dans une interview à l'hebdomadaire Le Point du 20/05, Taguieff précise que les Français croient au complot car l’époque actuelle se caractérise par l'augmentation des peurs qu'elle stimule et provoque. Un contexte de crise comme celle que nous connaissons favorise le développement de ce genre de théories.

Il déclare encore aux journalistes du Point : « Dénoncer un complot est un mécanisme de défense facile (…) donner un sens à un monde qui sans ces théories leur serait insupportable(…) elles fonctionnent autant comme des explications que comme des boucliers contre l’angoisse. Croire que le diable est partout, cela est moins insupportable que d’affronter un monde vide de sens. »

Mais la démocratie là dedans ? Peut-on parler de régression ?

La régression démocratique

Le journal Le Monde a publié le 19/05/2011 un éditorial intitulé « théorie du complot et régression démocratique ». Pour le journaliste, le conspirationnisme est « une des racines du totalitarisme » et la démocratie perd tout son sens avec de telles théories.

De façon ironique, Le Canard Enchainé complète cette crainte : « chacun voit des complots à sa porte, c’est le signe d’une démocratie irréprochable où la confiance règne. »

Effectivement, la démocratie est la grande perdante dans cette explication du monde par l’absurde.

D’ailleurs sur le net, les théories fantaisistes foisonnent.

Des théories du complot fantaisistes

Si la théorie la plus courue reste celle d’un complot international, parmi les théories du complot les plus fantaisistes, on peut citer :

  • C’est un coup de l’UMP car celui qui a dévoilé l’affaire est un militant de l’UMP…et que cela arrange bien Sarkozy de perdre son pire adversaire
  • C’est un coup du PS : des candidats comme Hollande ou Royal verraient d’un très bon œil la disparition du candidat DSK aux primaires socialistes
  • C’est un complot de l’hôtel : il appartient au groupe ACCOR dont l’actionnaire de référence en France est un ami de notre président
  • C’est un complot d’Al Qaida car Ben Laden n’est pas mort et a envoyé une « hirondelle » à DSK comme au bon vieux temps de la STASI en RDA qui envoyait des femmes à leur solde pour arracher des secrets d’alcôve ou faire chanter les puissants de ce monde
  • C’est un complot de la Fédération Française de Football…pour faire oublier les accusations de racisme et en employant des femmes légères comme ce milieu en côtoie.

Mais au final n’est ce pas une façon d’oublier un peu vite la victime présumée et de minimiser l’agression supposée ?

L’avenir nous le dira mais les théories du complot ont encore de beaux jours devant elles.

Sur le même sujet