Lumière 2011 - Lyon fait son cinéma

Avec Gérard Depardieu pour invité la 3ème édition du Festival Lumière fait de Lyon, du 3 au 9 octobre, un nouvel observatoire de la cinéphilie mondiale.

Avis aux cinéphiles…Ils ont huit jours pour avoir une chance de croiser Gérard Depardieu, Prix Lumière 2011 dans les allées du Village du Grand Lyon Film Festival, en libre accès rue du 1er Film, à deux pas de l’endroit magique où Louis Lumière posa sa caméra pour tourner « La sortie des usines. »Immortalisée sur une toile d’Edvard Munch, à découvrir dans l’exposition « Edvard Munch, l’œil moderne » au Centre Pompidou (1), l’émotion est intacte.

Pialat vu par les frères Dardenne

« L’ émotion d’un art né sous nos yeux » revit par la magie d’un festival « en forme de machine à remonter le temps », souligne Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, Président du Grand Lyon , à propos du Festival Lumière. Un festival populaire, avec plus de deux cents séances programmées aux quatre coins de l’agglomération où acteurs, réalisateurs et critiques viennent présenter des films en copies restaurées ou neuves. La redécouverte d’œuvres contemporaines et déjà classiques, telle Loulou de Maurice Pialat, présenté par Luc et Jean-Pierre Dardenne, s’accompagne cette semaine de la projection en avant-première, du film « The Artist », film de Michel Hazanavicius qui valut à Jean Dujardin un prix d’interprétation à Cannes.

De l’objet au sujet de désir avec Charlotte Rampling

Comment transformer en sujet , l’objet de désir qu’on lui demanda d’incarner dans de nombreux films ?That is the question… Charlotte Rampling poursuivra avec le public du Festival Lumière, le dialogue engagé avec ses proches dans « The Look », documentaire consacré par Angelina Maccarone à l’actrice britannique à la beauté insolente. Puis, le temps de revisiter l’œuvre de Jacques Becker en treize films, dont l’éblouissant Falbalas, en présence de son petit-fils Louis, entouré de Micheline Presle et Tonie Marshall, on parcourra le Jardin des Finzi Contini de Vittorio de Sica. Rendez-vous jeudi à l’Institut Lumière pour voir Helmut Berger multiplier les traits d’humour, dans le style « On a restauré le film et pas moi ! »

Un générique de blockbuster

Benicio del Toro, Stephen Frears, Fanny Ardant, Anouk Aimée, Jean-Pierre Darroussin, Clovis Cornillac, Dominique Blanc, Laurent Gerra, Hippolyte Girardot, Jean-Paul Rappeneau figurent aussi au générique -digne d’un blockbuster US- de ce Festival dont le point d’orgue sera la remise du Prix Lumière le 8 octobre à Gérard Depardieu. Dans la foulée de Clint Eastwood en 2009 et Milos Forman en 2010, le Festival récompense cette année « un acteur qui a embrassé tout le cinéma et fait démarrer de jeunes cinéastes, il a entraîné, suscité, réalisé et produit de nombreux films dont beaucoup n’auraient pu se faire sans lui », déclare Bertrand Tavernier. Le président de l’Institut Lumière est l’ homme-orchestre du Grand Lyon Film Festival, au côté de Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière et délégué général du Festival de Cannes qui partage désormais avec Lyon, son rôle d’observatoire des nouvelles tendances de la cinéphilie mondiale.

Sur le même sujet