Saint François d'Assise

Saint François d'Assise, italien riche, décide d'épouser la pauvreté à la suite du Christ qu'il rencontre dans une petite église.
5

Quand le nom de Saint François d'Assise retentit, l'image venant à l'esprit est celle d'un homme proche de la nature, d'un homme qui parle aux oiseaux. Néanmoins, il n'a pas toujours été ainsi. Le jeune François est né en 1181, d'un père riche, fier et brutal et d'une mère douce et effacée. C'est un jeune homme qui dépense l'argent familial en donnant des fêtes somptueuses. L'adolescent rêve de devenir un chevalier. Du haut de ses dix-sept ans, il se lance dans une révolution locale en 1200. Ce désir chevaleresque revient en lui, en 1202 lors du conflit à Pérouse. Un an après, il est de retour à Assise après avoir été fait prisonnier.

Tout bascule.

C'est en 1205, que la vie de François va connaître un tournant. À Spolète, le Seigneur lui est apparu pour lui proposer de le suivre. François vend alors sa panoplie de chevalier et donne l'argent pour les réparations de la chapelle saint Damien. Petit à petit, son coeur s'ouvre à l'oeuvre de Dieu. Il se dirige vers une vie d'humilité et de pauvreté. C'est ainsi qu'en 1209, l'ordre des frères Mineurs est fondé. De deux compagnons, la communauté va peu à peu s'agrandir. Aujourd'hui, François d'Assise laisse un grand héritage spirituel dans le monde entier.

Une vision selon l'Esprit

Suite à sa conversion, il se mit à écrire différents textes, dont les Admonitions. Saint François est très attaché à l'Eucharistie. Dans la première admonition, il distingue ceux qui voit le sacrement du Corps du Christ avec une vision selon l'Esprit, de ceux qui ont une vision charnelle. « L'Esprit du Seigneur: il habite en ceux qui croient en lui; c'est donc lui qui reçoit le Corps et le Sang très saints du Seigneur. Tous les autres, ceux qui n'ont point part à cet Esprit, s'ils ont l'audace de recevoir le Seigneur, mangent et boivent leur propre condamnation. » Saint François, par ses paroles, veut inciter tout baptisé, à vivre de l'Esprit-Saint afin de recevoir les grâces de la communion. Le fondateur des Franciscains proclame que pour se réaliser pleinement dans une vie spirituelle, trois conditions sont nécessaires: la confession fréquente, le respect aux ministres de l'Eucharistie et la vénération habituelle des lieux de culte. Conditions qui sont toujours valables pour l'Eglise du XXIe siècle.

Sur le même sujet