user_images/218599_fr_portrait1.jpg

JOSIANE BAUD

Publié dans : Les articles Sciences & Technologies de Josiane Baud

Gustave Eiffel, sa vie, son parcours, sa Tour et pas que ça…

Ingénieur visionnaire dans l'utilisation du métal, de la ferronnerie, voici l'aventure de la vie de Gustave Eiffel.

L’esprit de famille a toujours régné chez Gustave Eiffel, soutien matériel de ses parents lors des temps difficiles, puis respect et admiration de sa descendance qui a conservé tous les documents témoignant du caractère et du génie de cet artiste du fer, ce qui permet aujourd’hui de le connaître un peu mieux.

Eiffel n’est pas le nom d’origine de la famille.

L’ancêtre qui s’installa à Paris au XVIII ème siècle s'appelait Boenickhausen. Gustave en changea pour celui de Eiffel, à consonance plus agréable en France. Son état civil fut modifié le 15 décembre 1880.

Madame Eiffel, mère de Gustave…

Né à Dijon le 15 décembre 1832, il aura deux sœurs cadettes, Marie et Laure, la plus jeune. Une famille unie dans laquelle la mère est prépondérante, et douée en affaire.

Cette femme n’a pas eu besoin d’être en l’an 2000 pour monter sa petite entreprise dans le commerce de la houille, et pour la faire fructifier.

Onze ans d’activité lui suffirent pour pouvoir acheter un petit château et permettre à Gustave de faire de bonnes études. Ce fut cela sans doute qui détermina le chemin de vie de celui-çi.

Le parcours étudiant de Gustave Eifel.

Rien de bien remarquable au départ c'est en seconde qu' il commença à s’intéresser aux études.

Un bac ès lettres et ès sciences en poche, il s’installe à Paris. Son but était l’Ecole polytechnique mais il bifurque finalement vers l’Ecole centrale, avec chimie comme spécialité, pensant prendre la suite d’un oncle propriétaire d’une usine dans cette branche d’activité.

Le mariage vu par Gustave Eiffel.

Tant intéressé par sa vie active et professionnelle qu’il n’éprouve aucun intérêt à batifoler, il préfère demander à sa mère de lui choisir une épouse.

Les critères de sélection sont simples : une dot appréciable serait la bien venue mais, surtout, qu’elle soit jeune, en bonne santé, avenante, aimable, bonne ménagère et capable de lui faire de beaux enfants !

Le couple Eiffel.

Gustave épousa Marie Gaudelet, dix sept ans, le 8 Juillet 1862. Fille des locataires du château que la famille Eiffel possède à Dijon, elle dut changer de prénom, Marie étant celui d’une des sœurs de Gustave, et ce fut Marguerite qui fut choisi.

Marguerite lui donnera cinq enfants, trois filles et deux garçons.

Contrairement à bien d’autres documents, on ne trouvera jamais trace de lettres de Gustave pour sa femme, pourtant il aurait pu lui écrire car il dut voyager beaucoup et longtemps pour son travail.

Marguerite, malade, mourut à l’âge de trente deux ans, en 1877, sans que cela semble beaucoup perturber Gustave. Il avait une descendance, c’est ce qu’il voulait, une mère, et une sœur qui elle n’en avait pas, toutes deux étaient prêtes à s’occuper des enfants.

Gustave Eiffel, le fer dans tous ses états.

Après avoir travaillé et fait ses preuves dans différentes structures, puis comme ingénieur conseil à Paris, il eut envie de monter sa « petite entreprise » !

Il réussit à obtenir en 1866 un bail à long terme pour des ateliers de chaudronnerie à Levallois-Perret, avec l’aide financière de son beau-père.

Les chantiers se succèdent : charpentes de la synagogue de la rue des Tournelles, des églises Notre-Dame-des-Champs et Saint-Joseph à Paris, sans parler d’usines à gaz à Paris également et de quarante deux petits ponts…

Les viaducs de Rouzat et celui sur la Sioule, viennent concrétiser sa réputation et sa réussite dans le milieu. Le procédé utilisé, lançage depuis le tablier construit sur la rive, sera maintes fois utilisé.

L’exposition Universelle de 1889

Destinée à fêter le centenaire de la révolution française et la naissance de la République, l’exposition universelle doit être remarquable !

Le projet de Gustave Eiffel est retenu : une tour de 300 m de haut.

La construction commence le 26 Janvier 1887. Les pièces, préparées en atelier dans l’usine de Levallois-Perret, sont assemblées sur site.

Les travaux durent trente mois, au grand plaisir des passants qui n’avaient jamais vu tel chantier, et prennent fin le 31 mars 1889.

Le coût, 7 800 000 francs, fut amorti pendant l’exposition universelle !

Les chantiers de Gustave Eiffel à l’étranger.

Eiffel n’a pas hésiter à laisser femme et enfants au pays, pour aller poser ses jalons à l’étranger.

Après Bordeaux en 1858 et 1863, Toulouse en 1864, le voilà parti pour l’Egypte en 1865, la Hongrie en 1874, le Portugal en 1876 et 1877.

En 1879 il est appelé à travailler sur la statue de la Liberté à New York ! Il conçoit une structure métallique et légère, relativement souple mais suffisamment solide pour assurer la stabilité de l’ensemble de l’édifice.

En 1887 il signe avec la Compagnie de Panama pour le Canal et ses écluses.

Le client suspend ses paiements en 1888, s’en suivent des années difficiles, avec beaucoup de tracasseries financières, jusqu’en 1895.

La retraite de Gustave Eiffel.

Après ces déboires, Gustave Eiffel décide d’arrêter son travail sur le fer pour se tourner vers des activités scientifiques, période qui fut aussi sa « retraite ».

L’homme, meurtri pas ces années de galère dues à ce chantier, a cependant des acquis financiers suffisants pour lui éviter tous soucis pour l’avenir.

Il passa donc ses trente dernières années entouré de sa famille, histoire de se faire pardonner l’éloignement du temps passé.

Gustave Eiffel est mort en 1923, à 91 ans. Images correspondant à eiffell

Statue de la Liberté - Association des Descendants de Gustave Eiffel

Source : Catalogue de l’exposition « Gustave Eiffel, le magicien du fer » (2009)

Du même auteur:

L'ordinateur, le web, Paul Otlet les a imaginés...en 1934!

La bicyclette et la machine à coudre utilisent le même procédé.

Le cube orange, l'architecture lyonnaise au XXI ème siècle

Viaduc de la Sioule construit par Gustave Eiffel
Viaduc de la Sioule construit par Gustave Eiffel
Approche du viaduc
Approche du viaduc

À propos de l'auteur

user_images/218599_fr_portrait1.jpg

JOSIANE BAUD

Passionnée par la vie aquatique, j’ai suivi une formation professionnelle aux «
  • 55

    Articles
  • 8

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!