Décor et mise en eau d'un aquarium marin

Herbier, aussi appelé lagon, aux eaux calmes, ou platier, balayé par le ressac... Quel biotope veut-on réaliser ?
10

Votre choix va dépendre de vos goûts mais, surtout, des moyens physiques: volume, finances... Tout est faisable à condition de gérer les possibilités.

Côté platier, sur l’anneau récifal, le décor sera uniquement composé de rochers

Jusqu’à ces dernières années, seules les pierres vivantes étaient utilisées. Elles sont prélevées dans la nature et transportées mouillées. Très poreuses, elles préservent en leur sein une microfaune (vers tubicoles, petites étoiles de mer, crabes…) bien utile à l’équilibre biologique du bio top marin, d’où le terme « pierres vivantes ».

Dans un but écologique, pour préserver les sites naturels, il est maintenant distribué dans le commerce des roches reconstituées à base d’argile ( www.aquaroche.fr ) à la porosité étudiée pour être similaire à celle des pierres naturelles. Il suffit alors de ne mettre qu’une faible quantité de celles-ci pour introduire la coraline et les éléments vivants qui vont facilement coloniser l’ensemble.

Elles ont, en plus, l’avantage de permettre de monter le décor à sec, facilitant ainsi la mise en place et le jugement de l’aspect esthétique. *

Le décor, côté lagon, entre les récifs et la plage, ce sera du sable et des rochers.

On choisira de préférence du sable de corail spécifique pour le biotope marin. Il existe en trois granulométries : fin, moyen et gros.

Le sable fin a l’inconvénient de se tasser sous la pression de l’eau, d’offrir un support aux sédimentations qui vont s’accumuler dessus. Sous l’effet de la lumière et de l’oxygène, elles se transformeront en algues. C’est ce qui se passe dans la nature et beaucoup d’animaux s’en nourrissent, mais dans un aquarium ce n’est pas esthétique et cela dérange.

Le sable de gros calibre laissera passer les déchets, faisant office de filtration par le sol. Les bactéries, nichées entre les graviers, feront leur travail biologique de transformation.

Cela pourrait sembler être la bonne solution s’il ne gênait le comportement des animaux fouisseurs, comme les crabes, les crevettes. S’ils ne peuvent retourner le sable à volonté, ou le filtrer en le prenant dans la gueule et en le faisant ressortir par leurs ouïes, comme le font certains gobies, tous ces individus seront perturbés dans leurs activités.

La bonne solution semble donc être le sable moyen, permettant une bonne oxygénation du sol, il offre aux animaux la possibilité de vaquer à leurs occupations préférées.

Installation du décor et mise en eau du bac

Procéder dans l’ordre suivant :

  • Les pierres doivent toujours être disposées à même le sol en verre de la cuve.

Mieux vaut tenir compte du sens de circulation de l’eau : le fait de créer des obstacles au courant fait que des sédiments s’y accrochent et facilitent l’apparition d’algues.

  • Le sable, s’il y en a et après avoir été rincé à l’eau claire, sera réparti autour de la structure rocheuse. Cela évitera que des animaux fouisseurs , en creusant, déséquilibrent le décor. Inutile de chercher à l’égaliser, ce sera plus naturel s’il y a des dunes.
  • Commencer à remplir le bac d’eau douce, en introduisant le sel simultanément.
  • Qu’il y ait, ou pas, des pierres vivantes, mieux vaut ensemencer en bactéries nitrifiantes, proportionnellement au volume.
  • Mettre l’éclairage et la filtration en route, ainsi que le chauffage si nécessaire.
  • Le stérilisateur et l’écumeur, s’ils sont prévus, en complément du filtre, sont destinés à enlever l’écume formée par les protéines en cas de fort brassage**. Comme il n’y a pas de pollution à la mise en eau, donc pas de protéines, leur mise en route immédiate n’est pas obligatoire.

L’avantage d’employer ces produits commercialisés est que l’on sait que l’on a mis exactement la quantité nécessaire au volume de l’aquarium.

Le fait de mettre, par exemple, une moule et d’attendre qu’elle se décompose pour lancer le cycle de l’azote n’est pas forcément suffisant, proportionnellement à la quantité d’eau.

Si c’est la solution que vous avez choisie, il faudra faire des tests nitrites/nitrates pour savoir où en est le processus et si vous pouvez introduire des poissons. Cela risque d’être beaucoup plus long.

Observation de phénomènes biologiques et naturels.

Dans les premiers jours qui suivent la mise en eau, on pourra voir celle-ci passer par plusieurs étapes : le sel va la rendre trouble jusqu’à ce qu’il soit complètement assimilé.

Il est conseillé de vérifier la densité, avec un densimètre, et de l’ajuster éventuellement en rajoutant un peu de sel, en le diluant avant dans un peu d’eau du bac.

Ensuite des micro algues vont coloniser les pierres, peu ou prou, et les vitres.

Pas d’affolement, tout cela est normal, les bactéries nitrifiantes font leur travail; la photosynthèse aussi, le biotope est en train de mûrir !

* L’Art de l’Aquarium (Bordas Nature)

* ZebrasOmag N°10 2011 Animalia Editions

A lire aussi du même auteur:

L'acquisition d'un aquarium demande une certaine réflexion

Bassin de jardin ou de balcon

Nouvelles technologies en aquariophilie

Décoration et mise en eau d'un aquarium d'eau douce

La reproduction chez les poissons, de quoi écrire un livre!

Maladies des poissons d'aquarium et contagion humaine

Regarder un aquarium est une thérapie contre bien des maux…

Sur le même sujet