La ronronthérapie, se faire soigner par son chat !

A l'heure où les soins médicaux deviennent plus onéreux et se faire soigner plus difficile, le chat peut nous sauver d'une descente aux enfers.
Advertisement

Le chat ronronne et nous ne savons pas toujours comment puisqu'il ne le fait que quand il est vivant! Donc aucune autopsie n'a jamais pu donner d'explication. Ce qui a été constaté c’est qu’il utilise ce moyen pour traduire un ressenti de bien-être ou pour calmer ses propres angoisses.

Pouvons nous en tirer parti ?

Le chat, compagnon discret, est un observateur patient

Indépendant, le chat s’est pourtant très bien habitué à partager notre vie.

Chaque jour il regarde, mine de rien, sa famille d’humains évoluer au rythme trépidant de la vie actuelle. Lui, si sauvage de nature, aime les petits enfants et les griffe rarement.

Pourquoi et comment les chats nous font-ils tant de bien ?

Doués d’une grande sensibilité, sans se tromper, ils manifestent leur affection à celui ou celle qui en a le plus besoin.

La personne qui craque, physiquement ou moralement, qui se sent épuisée, fatiguée, énervée, voit son chat arriver, se frotter contre elle en émettant de doux petits miaulements.

Il saute sur ses genoux, les pattes sur la poitrine qu'il pétrit doucement, son petit nez humide vient sentir les larmes qui glissent sur la joue...

Nul besoin de l'apprendre pour comprendre le language du chat

D'un petit "mian" il exprime un "ce n'est rien, ne pleure plus" et, brusquement on respire mieux, on se sent soulagé, comme avec un poids en moins à l'intérieur...

Même couché dans une autre pièce, le chat ressent que l'on s'éveille la nuit, il vient nous manifester sa tendresse en s'allongeant près de nous.

Le doux ronronnement qu'il émet à cet instant est composé de sons de très basse fréquence qui nous plongent dans un état de grande relaxation, comme certaines musiques, et qui nous aide souvent à nous rendormir.

Notre chat sait aussi nous montrer son envie d’être caressé

Il se frotte contre nos jambes, la queue dressée, se re-frotte, avec douceur mais avec insistance aussi…

Alors, comme la position debout n’est pas la plus commode pour faire des câlins à notre matou, on s’assoit, juste pour deux minutes se dit-on ! Erreur ! Le félin malin en profite pour bondir sur nos genoux et s’installer confortablement en ronronnant…

Que faire, sinon le caresser doucement, enfoncer voluptueusement nos doigts dans sa fourrure pour en apprécier la chaleur et la douceur, en souriant devant ses mimiques de bien-être ?Que c’est dur alors de s’arracher à cette plénitude, à ce moment de pur plaisir partagé !

Et voilà comment cet animal surprenant arrive à nous faire nous "poser", quelques minutes, en oubliant craintes, soucis et fatigue. Sans cet instant, nous aurions continué à notre rythme d'humains surbookés.

Les bienfaits de la présence d’un chat sur notre ressenti commencent à être reconnus

Dans nombre de maisons de retraite ou hôpitaux, les chats sont maintenant admis comme faisant partie intégrante du personnel, pour le plus grand plaisir de celui-çi aussi !

Les équipes soignantes apprécient l’état de relaxation dans lequel la proximité d’un chat plonge les malades. Ceux-çi sont plus détendus et les soins n’en sont que plus faciles et positivés.

Leur présence est souhaitée par beaucoup de patients qui trouvent du plaisir à les regarder, à les toucher, certaines personnes les découvrent même à ce moment-là et regrettent de ne pas l’avoir fait avant.

Des lieux publics dédiés aux chats, cela existe déjà !

Au Japon, depuis longtemps, la compagnie des chats est reconnue pour être apaisante. Il y a des salons de thé, par exemple, qui en hébergent plusieurs, les laissant évoluer parmi les clients ravis.

Ceux-çi peuvent les nourrir, les caresser, jouer avec eux. Ces établissements sont souvents fréquentés par des personnes vivant seules ou dans des habitations où les animaux sont interdits.

Le principe est arrivé en Europe ………

Ce n'est que cette année que le premier "bar à chats" a ouvert. Outre le bienfait apporté aux êtres humains ce pourrait être aussi une solution aux problèmes d'abandon qui, pour l'instant, n'ont pas l'air de trouver de solution...

Le premier " bar à chats " d'Europe ouvre à Vienne - L'Internaute

La ronron thérapie - Veronique Aïache- Editions France Loisirs

"J'ai vaincu ma dépression grâce à mon chat"

dans QUE CHOISIR édition spéciale santé Octobre 2012

A lire aussi du même auteur:

Comprendre le langage des animaux, c'est possible!

Avoir un poulailler dans son jardin… de ville!

Advertisement
1

Nature & Animaux