Le plus facile à maintenir, Betta splendens, appelé Combattant, le connaît-on vraiment ?

Combattant, rien qu'à le prononcer, le nom évoque la brutalité... Et pourtant ce magnifique poisson n'est pas plus agressif que certains autres.

C’est une idée préconçue que de croire que Betta splendens est d’un naturel violent, découvrons-le ensemble...

Le combattant du Siam, un autre nom pour désigner le combattant

Le combattant mâle est territorial, c’est certain, mais ce n’est pas la seule espèce avec laquelle on peut faire ce constat, il y en a bien d’autres !

Cette mauvaise réputation est surtout dûe au fait que les thaïlandais ont utilisé cette agressivité entre mâles pour sélectionner et élever des individus destinés à des combats, au même titre que des coqs ou des chiens.

Betta splendens, de la famille des Belontiidaes, appartient au groupe des Anabantidés

Les Anabantidés, aussi connus sous le nom de Labyrinthidés, sont tous capables de sortir la tête de l’eau pour happer de l’air, de s’en oxygéner au contact des muqueuses mais aussi de lâcher des bulles qui remontent à la surface. Pratiquement tous les propriétaires de combattants ont pu observer ce phénomène de bulles flottant et se calant contre les parois de la cuve. Ce comportement est loin d’être anodin, nous en aurons l’explication quelques lignes plus loin.

Les origines de Betta splendens

Géographiquement, c’est en Thaïlande et au Cambodge qu’il est le plus naturellement répandu.

Son labyrinthe lui permettant de s’oxygéner directement au contact de l’air, il a la chance de pouvoir séjourner dans de toutes petites quantités d’eau et de survivre ainsi, dans des flaques plus ou moins boueuses, pendant les périodes de sécheresse.

Le combattant a été introduit en France en 1892, puis en Allemagne en 1896, et les individus commercialisés de nos jours sont pratiquement tous issus d’élevages.

La reproduction du combattant

C’est l’une des plus jolies et plus faciles à observer. Le niveau d’eau doit être bas, une quinzaine de centimètres et la température assez élevée, 25 à 26°C.

En fait, la reproduction est le motif, l’explication des fameuses bulles dont il était question précédemment. Le mâle les agglutine les unes aux autres pour former un nid en surface. Trop de courant le ferait se déplacer, il faut donc arrêter la filtration s’il y en a, momentanément.

Une femelle est présentée au mâle, soit en partageant la cuve en deux à l’aide d’une grille, soit en la mettant dans un autre contenant à côté de celui où il y a le nid, l’essentiel est que les deux animaux puissent se voir et « faire connaissance ». Ensuite, après quelques heures, la femelle est introduite dans le bac du mâle.

Commence alors la parade nuptiale où les deux poissons semblent danser, le mâle gonflant ses voiles pour parader et charmer sa belle. Habilement, il l’entraine sous le nid de bulles. Motivée, elle lâche ses œufs qui sont aussitôt fécondés et collés dans le nid. Lorsque la ponte est terminée, la femelle peut de nouveau être éloignée car c’est le père qui va s’occuper de la suite.

Patiemment, il surveille sa descendance et, si par malheur, il arrive que certains oeufs se détachent et coulent, il les rattrape prestement et les recolle dans le nid. Les petits naissent à bout d’une trentaine d’heures et sont en nage libre un jour ou deux après. Il vaut mieux enlever le mâle pour leur préserver paix et tranquillité. Les alevins, minuscules, seront nourris avec de la poudre d’élevage.

Maintenance de Betta splendens

Avec cette réputation de brutalité qui le suit comme son ombre, les détenteurs d’un combattant le maintiennent souvent seul dans un tout petit bocal… Pauvre poisson condamné à se morfondre… Il n’a même pas envie de tourner en rond, il se pose, au fond ou sur une feuille s’il y en a, comme un condamné dans sa cellule, en attendant l’heure des repas.

Et pourtant, le combattant adore la compagnie des autres poissons, qui n’ont absolument rien à craindre de lui ! Il faut simplement veiller à ne pas mettre deux mâles ensemble, alors que les femelles peuvent cohabiter sans problème.

Il est facile de différencier les deux sexes, les nageoires du mâle étant beaucoup plus longues et colorées que celles de la femelle. Attention cependant à ne pas confondre celle-çi avec un mâle à queue ronde, comme Betta smaragdina, le combattant émeraude (voir lien en bas de page)

Alimentation du combattant.

C’est un poisson dit « de surface », sa bouche dirigée vers le haut lui permettant de saisir facilement la nourriture flottant, comme des paillettes. Mais il adore les vers de vase, vivants ou congelés.

Il est dommage de se priver de posséder un combattant pour des motifs non justifiés. Dans un aquarium communautaire d’eau douce exotique ou de poissons rouges et de voiles japonais, ce superbe animal mettra de l’animation et de la couleur en se déplaçant, toutes voiles déployées, s’amusant avec les uns ou les autres, au rythme de ses envies et du courant.

Images correspondant à betta splendens

Images correspondant à BETTA SMARAGDINA PHOTOS

Sources : Combattant - Wikipédia

Introduction à l’élevage des poissons d’aquarium (DR.HERBERT R. AXELROD)

L’Atlas de l’Aquarium (Dr. Rüdiger Riehl Hans A. Baensch) Mergus

A lire aussi, du même auteur:

L'acquisition d'un aquarium demande une certaine réflexion

Périophtalmus barbarus, étrange poisson sauteur et amphibien

Bassin de jardin ou de balcon

Nouvelles technologies en aquariophilie

Décoration et mise en eau d'un aquarium d'eau douce

La reproduction chez les poissons, de quoi écrire un livre!

Maladies des poissons d'aquarium et contagion humaine

Regarder un aquarium est une thérapie contre bien des maux…

Sur le même sujet