Le tardigrade, aussi appelé « ours d'eau » est un animal étonnant

Le tardigrade est certainement le seul animal que l'on peut côtoyer et observer partout dans le monde, pourtant il passe inaperçu et est méconnu.
12

Ce petit être , aussi appelé « ours d’eau », est visible sous toutes les latitudes, dans toutes les conditions climatiques, découvrons le ensemble.

Descriptions du tardigrade.

Si on en faisait la caricature, cela ressemblerait à un petit ourson plutôt rond, d’où le nom « ourson d’eau », sauf que le corps est en quatre tronçons et qu’il est muni de huit pattes…

Bien que présent dans tous les milieux il n’est pas facilement visible car il atteint, au mieux 1.5mm, et son apparence, entre insecte et crustacé, peut changer selon son état du moment, s’il est actif ou en « mort apparente », protégé par une couche de cire.

C’est l’anhydrobiose, un état que d’autres animaux sont capables d’atteindre, comme les artémias par exemple, dont on trouve les œufs en commerces d’aquariophilie. Il suffit de mettre ces derniers dans de bonne conditions d’humidité pour les faire éclore.

Le tardigrade est un mystère pour l’être humain.

Sujet de l’intérêt de nombreux chercheurs qui l’ont soumis à maintes expériences, force est de constater que cet animal est pratiquement indestructible.

Il peut passer sans encombre une dizaine d’années sans eau. Il se déshydrate presque totalement, ce qui lui permet de survivre, en cryptobiose, dans les déserts secs et chauds. La moindre humidité lui permet de retrouver son activité.

De même, des températures impensables descendant jusqu’à -272.8°C n’ont pas d'effet négatif pour cette créature incroyable qui ne sera pas plus incommodée dans une ambiance à 150°C…

Pas étonnant qu’il soit partout dans le monde, des sommets de l’Himalaya aux forêts tropicales.

Le tardigrade est partout autour de nous.

Inutile cependant d’aller de l’autre côté de la Terre pour le voir, on le trouve dans tous les lieux moussus, les forêts par exemple, sans oublier les milieux aquatiques, mais aussi les charpentes de bois des maisons humides. Dans ce cas difficile de s'en débarrasser car il est pratiquement insensible aux produits chimiques,.

Qu’importe la profondeur, la qualité et la température de l’eau, s’il y a du lichen, du sable, ou des sédiments, toutes les conditions sont réunies pour le bonheur du tardigrade. Il se décline en quelques 1000 espèces différentes, chacune ayant des spécificités physiques particulièrement adaptées au milieu ambiant. Par exemple celle qui vit sur les végétaux a une sorte d’aiguillon lui permettant d’en pomper la sève.

Le tardigrade est sujet à de nombreuses expériences.

Des scientifiques de nombreux pays ont essayé de comprendre ce qu’était exactement le tardigrade et à quoi il était capable de résister. Pour ce faire ils ont dû le soumettre à maintes expériences, dans des conditions extrêmes.

Le milieu le plus adéquat en terme « d’extrêmes » n’est-ce pas l’Espace ? C’est bien ce qu’ont pensé des chercheurs russes qui, en 2007, ont mis sur orbite plusieurs tardigrades, dans différentes conditions de voyage, à bord d’une fusée, Soyouz-U.

Soumis au vide spatial et à un rayonnement ultraviolet d’une intensité 1000 fois supérieure à celui au niveau de la mer, entre autres expériences, beaucoup des individus, la grande majorité, sont revenus intacts.

Le voyage des tardigrades dans l’espace laisse rêveur…

En effet, les constats effectués en ce qui concerne les capacités d’adaptation et les seuils de tolérance extrêmement élevés que possède le tardigrade laissent apparaître une éventualité : cet animal incroyable ne serait-il pas arrivé sur Terre à bord…d’une météorite ?

C’est une éventualité qui a été évoquée, et qui ouvre la voie à bien d'autres...

Tardigrada - Wikipédia

Images correspondant à tardigrade

Tardigrade - YouTube

A lire aussi du même auteur:

Périophtalmus barbarus, étrange poisson sauteur et amphibien

La création de trous bleus dans les océans remonte à 17 000 ans

Les méduses, créatures aquatiques des plus mystérieuses

L'incroyable migration des langoustes

Astyanax fasciatus mexicanus, le poisson cavernicole aveugle

La reproduction chez les poissons, de quoi écrire un livre!

Pollution, CO², algues, et si on en faisait du pétrole?

L'eau, que nous croyons connaitre, reste pleine de mystère...

Sur le même sujet