L'incroyable migration des langoustes

Découvrons ce phénomène spectaculaire et très étonnant : chaque fin d'année, les langoustes se réunissent et partent en pèlerinage
46

Ce comportement encore inexpliqué a pu être observé par le Commandant Cousteau qui fait part de son expérience : « Je me demande si ce comportement est caractéristique de la langouste à épines, Palinurus argus d’Amérique centrale, ou s’il est commun à plusieurs espèces de ces crustacés.»

C’est en 1969 que la migration des langoustes a été observée pour la première fois

C’est le Dr William Herrnkind, de l’Université de Floride, spécialisé dans l’étude des langoustes à épines, qui a pu en faire les premières photos. Les crustacés, venus de divers horizons, se rassemblent, sur un site mystérieusement choisi. Comment ces créatures savent-elles que c’est là qu’il faut qu’elles viennent se retrouver ? Mystère…

Près de Cantoy, île de la mer des Caraïbes, l’équipe Cousteau est témoin du phénomène, un certain mois de décembre. Les langoustes arrivent, leur nombre augmente rapidement et, au bout de quelques nuits, elles finissent par être des dizaines à un endroit, et des centaines d'autres pas très loin.

Elles attendent le moment propice...

Pour les langoustes, la première tempête hivernale serait le signe du départ ?

C’est en effet au moment où les éléments se déchainent, que les crustacés, en file indienne, se mettent en route. Les langoustes ne sont pas réputées très audacieuses, en général, elles préfèrent rester à l’abri des rochers...

Chose très étonnante, leur comportement est totalement différent pendant leur incroyable voyage : elles marchent jour et nuit, à terrain découvert, d’un rythme égal. Trouvant peu d’endroits assez grands pour abriter toute la colonie, elles ne s’arrêtent que brièvement, couvrant une quarantaine de kilomètres pas jour.

« L’effet de groupe » se fait aussi sentir sur les langoustes

Ce que l’on appelle ainsi c’est une modification du comportement que l’on peut observer sur plusieurs espèces animales qui ont normalement des habitudes de vie solitaire. Le groupe est considéré comme la famille, certains individus feront tout pour la protéger, même s’il doit leur en coûter la vie.

Les plongeurs de l’équipe Cousteau ont pu observer cette attitude lors de l’approche de balistes, intéressées par le banc de langoustes. Pour les crustacés, le seul moyen d’échapper aux prédateurs est de détourner leur attention du groupe. Une langouste va s’en charger.

Jacques Yves Cousteau écrit : « Elle s’est en quelque sorte sacrifiée pour ses congénères, en marchant résolument vers les balistes. »

La marche des langoustes se fait de manière ordonnée

Une colonie de langoustes qui se déplace ne compte pas toujours le même nombre d’individus mais la formation du groupe est toujours la même : l’un derrière l’autre, chaque animal garde le contact avec celui qui le précède du bout de ses antennes.

Il y a un chef de file, qui a l’air de savoir où il va, et une arrière-garde qui vérifie qu’aucun participant n’a de souci ou prend du retard, nul n’étant autorisé à se séparer du groupe.

Les hommes de l’Acalypso constatent qu’à leur approche toutes les langoustes leur font face et dardent leurs antennes vers eux, comme un bouclier. Voyant qu’elles n’ont rien à craindre, elle reprennent leur marche mais l’arrière-garde continue de menacer les plongeurs, antennes et rostre pointés dans leur direction.

Pourquoi les langoustes se déplacent-elles, où vont-elles ?

La seule supposition fondée, c’est le Dr Herrnkind qui la fait, en rapport avec l’évolution écologique de ces animaux. Il se base sur le fait que les langoustes Palinurus argus étaient obligées de fuir les eaux peu profondes et trop froides en périodes hivernales, lors de l’époque glaciaire d’il y a environ 17 000 ans.

De nos jours, les températures ne sont plus les mêmes mais sans doute les langoustes ont-elles une mémoire génétique qui leur fait reproduire le voyage annuel que faisaient leurs ancêtres.

Nous ne saurons sûrement jamais où les langoustes se rendent, car il n’y a aucun moyen de les marquer. Leurs mues régulières supprimeraient toutes traces…

Sources :

PLANETE OCEAN (Jacques Yves Cousteau) Alpha Editions S.A.

Spiny lobster migration - La migration des langoustes - YouTube

Langouste : tout savoir sur la langouste commune - Crustacés

Du même auteur :

Les méduses, créatures aquatiques des plus mystérieuses

La création de trous bleus dans les océans remonte à 17 000 ans

Périophtalmus barbarus, étrange poisson sauteur et amphibien

L'acquisition d'un aquarium demande une certaine réflexion

Bassin de jardin ou de balcon

La création de trous bleus dans les océans remonte à 17 000 ans

Maladies des poissons d'aquarium et contagion humaine

L'eau, que nous croyons connaitre, reste pleine de mystère...

Le poisson-clown et les anémones, une histoire de symbiose

La reproduction chez les poissons, de quoi écrire un livre!

La nuit des calmars en folie

Pollution, CO², algues, et si on en faisait du pétrole?

Sur le même sujet