Maladies des poissons d'aquarium et contagion humaine

Comment reconnaître et traiter les maladies des poissons d'aquarium les plus courantes, comment les guérir et éviter les zoonoses?
136

Beaucoup considèrent que les poissons ne sont pas des êtres « vivants », qu’ils ne ressentent pas bien être ou souffrance. C’est faux, les attitudes et comportements des animaux aquatiques le démontrent..

L’observation de l’aquarium sert à en préserver la santé.

Vous viendrait-il à l’idée de prendre la température de votre enfant s’il mange, dort bien, s’amuse sans se plaindre de quoi que ce soit ? Non.

Si votre aquarium est normalement entretenu, si des changements d’eau réguliers sont effectués, sans traumatisme dû à une trop grande fréquence ou à une trop grande quantité d’eau changée, s’il n’y a pas de surpopulation, de suralimentation, d'incompatibilité d'humeur, tout va bien.

Chaque espèce animale ou végétale a un comportement normal de croissance et d’activité lorsque le contexte lui convient. Par contre s’il y a un problème quelconque, tout change, pour les poissons comme pour les autres êtres vivants.

C’est cette modification de comportement qui doit attirer l'attention de l’aquariophile et le faire s’interroger, comme le ferait un propriétaire de n’importe quel autre animal de compagnie qui changerait sa manière de faire.

En gros les poissons ont les mêmes soucis que toutes les autres créatures sur terre, caractérisés par les mêmes symptômes aussi.

Un individu qui ne vient pas s’alimenter, se cache, devient agressif ou dont le physique change, est forcément sujet à problème, qu’il soit bipède, quadrupède ou… à nageoires !

Reste à établir un diagnostic.

Symptômes pouvant apparaître sur les poissons, qu’il faut absolument ne pas négliger :

Parmi les plus courants :

  • Ventre gonflé, écailles hérissées (Hydropisie).
  • Yeux gonflés, exhorbités(Exophtalmie)
  • Fèces (excréments) de forme ou couleur inhabituelle
  • Nageoires désagrégées, déchirées .
Aéromona Pseudomonas,

Il faut utiliser un médicament adéquat et absolument remédier au problème.

  • Plaies sur le corps.

Un bon désinfectant général palliera au problème en quelques jours.

  • Tumeurs, kystes…

Les kystes, très visibles sur le corps, s’ils sont à l’intérieur provoquent des déformations inesthétiques souvent sans autre inconvénient.

Les deux semblent être dûs à une mauvaise qualité d’eau, souvent par pollution extérieure, comme les métaux lourds contenus dans l’eau du robinet (utiliser du conditionneur pour les neutraliser).

  • Décoloration.
  • Petits points blancs, bulles, sur le corps et les nageoires.

Elle est provoquée par un parasite, Ichtyophtirus multifilüs en eau douce, Cryptocaryon irritant en eau de mer

Les individus touchés étaient parasités. Sous l’effet d’un stress, souvent dû à un choc thermique, les larves sortent des poissons, d’où les bulles, tombent dans le sable où elles vont se reproduire. Les parasites nouveaux nés chercheront d’autres hôtes pour reprendre le processus. Cela c’est dans la nature… Dans un aquarium sans traitement, il y a gros risque de mortalité.

Ce phénomène, si rapidement détecté, se soigne très bien avec un médicament anti-ichtyo.

Attention : un poisson paraissant atteint de l’ichtyo peut souffrir de l’Oodinium , " maladie du velours ». Le corps de l’animal présente alors un aspect velouté, farineux et blanc. En eau de mer on l’appelle Amyloodinium , c’est un parasite unicellulaire.

Il est important de faire le bon diagnostic entre ces deux maladies, le médicament efficace pour l’un ne l’étant pas pour l’autre.

  • D’autres parasites, externes, visibles à l’oeil nu, peuvent infester les poissons, comme les poux, les sangsues.
  • Il y a aussi des parasites internes, comme le ver plat (abdomen très gonflé) ou le ver de l’œil. Ces hôtes indésirables sont souvent dans des poissons nouvellement importés et non déparasités, à traiter donc en conséquence lors de leur acquisition.

La consanguinité et la tuberculose du poisson.

Nombre d’espèces se reproduisant allègrement entre individus d’une même lignée, la consanguinité peut provoquer des déformations de la colonne vertébrale ou des anomalies dans le nombre ou la forme des nageoires. Les couleurs sont moins belles, la durée de vie plus courte, il n’y a pas de contagion possible.

Par contre la tuberculose du poisson demande que l’on y prête un peu attention.

C’est une maladie dûe à une bactérie Mycobacterium marinum qui apparait dans des eaux trop chaudes ou mal entretenues.Toutes les informations sont sur le lien ci-dessous (lire en particuliers les parties "poissons","amphibiens","homme".

MYCOBACTERIUM MARINUM - List of Bacterial Names with

L’aquariophilie n’est pas une activité plus riquée qu’une autre, elle doit seulement être exercée avec toutes les précautions élémentaires d’hygiène. Les plaies, boutons, ou autres zones fragilisées doivent être protégées avant de mettre les mains dans l’eau d’un aquarium. Les pansements liquides que l’on trouve maintenant dans le commerce sont très pratiques pour cela.

« Comment soigner vos poissons d’aquarium »

Dr. Chris Andrews, Adrian Exell, Dr. Neville Carrington ( Editions Bordas)

A lire aussi, du même auteur:

L'acquisition d'un aquarium demande une certaine réflexion

Bassin de jardin ou de balcon

La ronronthérapie, se faire soigner par son chat !

Sur le même sujet