"Dragons" le film de C. Sanders et D. Deblois sort en dvd

L'un des derniers nés des studios Dreamworks sort enfin en dvd cette semaine. Petit diaporama de ce bijou d'animation à acheter absolument.
3

L'un des derniers bébés des studios Dreamworks, "Dragons", adaptation de l'un des romans jeunesse de l'auteure Britannique Cressida Cowell, sort en dvd cette semaine pour notre plus grand bonheur. Quelques mois après une arrivée remarquée sur grand écran, ce petit bijou de rêverie et de synthèse se retrouve en jaquette rouge et tête de gondole chez nos vendeurs multimédias.

Il est clair que pour une majorité de gens nés à l'époque ante-image de synthèse, les films d'animation avaient gagné en humour et perdu en rêve, acquis de la technologie et délaissé l'émerveillement pur. A tous les nostalgiques des films d'animation qui soufflaient des étoiles sur les iris des publics de tout âge, "Dragons" est un magnifique compromis entre progrès de l'animation et douceur de la magie des anciens dessins animés.

L'histoire

Harold est un jeune viking vivant sur l'île de Beurk, dans son village natal dont son père n'est autre que l'illustre chef. Seule préoccupation des habitants, le combat contre les dragons qui fait rage depuis des centaines d'années, car l'île est en permanence assaillie de multiples races de reptiles ailés qui brûlent le village et volent le bétail. Aussi les jeunes vikings sont-ils élevés dans la haine de ces créatures et entrainés à les combattre avec acharnement dès leur âge le plus tendre : ailes tranchantes, doubles têtes cracheuses de gaz et de feu, hurlements mortels, les différentes espèces de dragons sont indénombrables et toutes extrêmement dangereuses.

Malheureusement loin de ressembler à ses jeunes congénères, grands, costauds, mais aussi plein d'énergie combative, vindicative et compétitive, Harold n'est que l'apprenti forgeron et a bien du mal à être sur un pied d'égalité physique et morale avec ses compatriotes.

Une nuit, Beurk est attaqué une fois de plus et Harold tente de viser l'une des créatures, la plus rare mais aussi la plus féroce, une Furie Nocturne, qu'il parvient à blesser puis retrouver. Il va alors être confronté à elle et contre toute attente, créer des liens forts avec l'animal rebaptisé "Krokmou", réalisant ainsi que les dragons ne sont peut-être pas les monstres féroces que les siens soupçonnent.

Alors que son géniteur accepte enfin qu'il rejoigne le groupe d'entraînement au combat contre les dragons avec les autres enfants (Ingrid la jolie guerrière, les jumeaux turbulents et d'autres encore), Harold acquiert de plus en plus de connaissances à leur sujet grâce à son amitié avec Krokmou et devient bientôt aux yeux de son village, le plus brave des vikings que Beurk ait jamais connu.

Mais tandis qu'il trompe tous ceux qui l'entourent, une découverte inattendue va lui faire comprendre l'origine du conflit entre dragons et vikings. Harold aura-t-il le courage nécessaire pour prouver qu'il vaut réellement plus que ce que les autres pensent? Son amitié avec Krokmou sera-t-elle suffisante pour expliquer et venir à bout de la guerre mutuelle que se livrent les deux espèces ?

Un magnifique concentré

Envolez vous durant une heure trente trois sur le dos du sosie de Stich (Chris Sanders ayant auparavant travaillé pour les studios Disney) au dessus des mers et des cumulus, avec une foule de personnages plus poignants et attachants les uns que les autres. La fable nous transporte dans un monde mythique où chacun a son rôle à jouer, que ce soit dans l'histoire ou dans nos coeurs.

Au-delà de la qualité évidente et toujours plus poussée des images de synthèse qui cette fois, ne démystifient pas le conte, le travail minutieux porté à chaque détail (les contours du village, les vues aériennes, les caractères des personnages, la foule de dragons différents) est à lui seul matière à applaudissement.

Le joli choix de démontrer qu'il ne faut jamais se fier aux apparences, que l'on a tout intérêt à accepter les différences (même énormes), que l'on doit toujours chercher à vérifier si les anciens dires au sujet d'une population sont justes, ainsi que l'improbable amitié entre deux espèce totalement opposées, ne sont pas sans rappeler les anciens ingrédients des fables et dessins animés old school; Ceux-ci nous rafraichissent au lieu de nous faire régresser, puisque le tout est finement ciselé, délicatement ficelé et subtilement mélangé à une bonne dose d'humour, de tendresse et d'images à couper le souffle.

Bref tout est là et qualité suprême, un film jeunesse parvient à nous faire passer par toutes les couleurs de la palette émotionnelle : émerveillement, rire, émotion, nous n'avions pas ressenti autant de passion dans un film d'animation depuis bien longtemps... Et on en redemande...

Sur le même sujet