France Nature Environnement: des affiches qui fâchent

A quelques jours de l'ouverture du Salon de l'agricultue, FNE frappe fort avec sa campagne de communication. L'agriculture est-elle en train de nous tuer?

Sur le site de l'association qui se dit être présente partout où la nature a besoin d'elle, on nous explique que la campagne choc de France Nature environnement « sur les dégâts provoqués par une agriculture intensive peu respectueuse de notre environnement [n'est] pas seulement un coup de poing médiatique, mais aussi l'occasion de proposer des solutions et d'ouvrir un dialogue. »

Le sujet est lancé, la polémique aussi...

L'association France Nature Environnement (FNE) fédère, dit-elle, un « mouvement citoyen d'environ 3000 associations de protection de la nature et de l’environnement en France métropolitaine et en Outre-mer ». Cachées derrière un gentil petit hérisson, ces «sentinelles de l'environnement» ont voulu marquer les esprits juste avant le Salon de l'Agriculture. Le premier effet est réussi puisque les médias en parlent.

Les affiches de FNE présentent par exemple un homme le visage crispé qui pointe sur sa tempe un épi de maïs, façon «rouette russe», un petit enfant joue dans les algues vertes polluantes ou encore des tranches de steak sont surmontées d'un écriteau «gros menteurs» en raison du manque d'information sur l'origine des viandes et leur traçabilité.

La «majorité bosse bien» mais tout le monde subit la mauvaise image

Dans un récent entretien à Europe 1, José Bové dénonçait, comme il le dit depuis plusieurs années, les pratiques intensives notamment des élévages de porcs qui détruisent l'environnement, en ajoutant que malgré tout, la « grosse majorité des agriculteurs font plutôt bien leur boulot ». Et le problème est sans doute là justement.

Avec la campagne choc de FNE, beaucoup de Français qui ne connaissent pas les coulisses de l'agriculture ne gardent en tête que l'image ravageuse d'un milieu agricole destructeur. Pesticides, engrais et autres polluants... à discuter avec de nombreux consommateurs, les pratiques des agriculteurs seraient débridées.

Et de l'autre côté du miroir, lorsque les agriculteurs s'expliquent, on comprend bien que le métier a très largement changé et qu'il est devenu très technique et pointu.

Un technicien agricole s'exprimait récemment sur les ondes d'une radio en reconnaissant que sa profession ne parle pas suffisamment d'elle et ne détaille pas ses façons de travailler. On connaît l'adage, « si tu ne parles pas de toi, ce sont les autres qui le feront ». Les paysans vont devoir être attentifs à leurs messages et à leux canaux de communication pour ne pas laisser la parole à d'autres.

Une communication maîtrisée est donc beaucoup plus efficace que des messages ravageurs qui portent forcément une partie de vérité: certaines pratiques sont très probablement à revoir en profondeur mais l'agriculture, la plupart du temps, est très largement encadrée... Et remplit nos assiettes.

La polémique prend forme et le débat est ouvert... A chacun de se faire son idée.

Sur le même sujet