L'autopartage à Poitiers fête ses trois ans

Lancé en 2008, le système de Véhicule en temps partagé n'avait pas fait l'unanimité à ses débuts... Trois ans plus tard, quel bilan?
13

L’autopartage se lance progressivement dans de nombreuses villes en France mais les plus petites agglomérations ont-elles trouvé dans cette forme collective de l’utilisation de la voiture un créneau adapté à leurs populations et à leurs trajets?

Dans le Grand Ouest, Poitiers s’est récemment lancé dans l’aventure en créant en février 2008 OTOLIS, nom commercial du Véhicule en Temps Partagé, décliné selon l’intitulé du réseau de transport VITALIS.

Un système de location de courte durée

Après adhésion à l’année et au mois, le client choisit ensuite le créneau horaire et le type de véhicule dont il a besoin pour son déplacement en réservant sur le site internet www.otolis.fr . La facture est ensuite établie en fonction du temps de réservation de la voiture et des kilomètres parcours.

A quelques mois de son troisième anniversaire, le système d’autopartage poitevin comptait près de 170 adhérents dont une dizaine de professionnels et disposait d’un parc de 11 véhicules (voitures citadines, utilitaires et familiales) répartis sur cinq stations sur le territoire du Grand Poitiers.

Trois ans, ça se fête

Pour marquer l’événement, VITALIS a choisi d’organiser quelques rendez-vous avec le public et de marquer ses voitures d’autopartage aux couleurs de l’anniversaire.

Trois ans après le lancement, un bilan s’impose. Des changements de véhicules aux stations et d’emplacement géographique de stations ont été réalisés face à une utilisation très faible du système dans certains quartiers de la ville. Deux raisons sont à évoquer vis-à-vis de ce manque d’intérêt de la population dans ces zones: une bonne desserte par les bus et des familles pas forcément préparées pour changer ses habitudes, ni suffisamment averties pour oser franchir le pas.

Etudiants économes ou écolos convaincus

Dans les autres stations, gare, centre-ville ou commune très proche, les abonnés ont pris le pli et cumulent souvent déplacements en bus et en voiture d’autopartage. Il faut remarquer tout de même qu’à Poitiers ou ailleurs, une grande partie des utilisateurs sont des étudiants qui font le choix du Véhicule en Temps Partagé pour des raisons économiques et que de nombreux autres adhérents affichent une très forte mobilisation pour la défense de l’environnement et la baisse de la consommation de carburant en mode «solo».

L'autopartage en France, chapeauté par la coopérative d'entreprises France-autopartage représente 11 opérateurs locaux d'autopartage présents dans une vingtaine de villes françaises. Ces services permettent à environ 7000 abonnés de se partager plus de 350 voitures.

D'autres villes peuvent se lancer dans le projet et étudier la faisabilité sur leur territoire en se connectant sur le site de la coopérative d'entreprises. Un dossier d'étude est à télécharger sur: http://www.franceautopartage.com/FAP/20101222%20Pr%E9sentation%20FAP.pdf

Pour en savoir plus sur l'autopartage, connectez-vous sur www.franceautopartage.com , www.facebook.com/franceautopartage , www.otolis.com

Sur le même sujet