Les premiers gestes en cas d'accident, comment réagir

Parce qu'on peut se trouver confronter à un accident de circulation ou au malaise d'une personne, il est toujours utile de connaître les bons gestes.
12

Les formations de secourisme ne sont pas toujours proposées dans les entreprises dans le cadre des plans de formation et chacun n’a pas forcément la possibilité de s’engager au quotidien dans une telle démarche. Pourtant, il est impératif de connaître les gestes essentiels en cas de malaise, d’accident ou de toute autre difficulté pour parfois sauver des vies, plus souvent pour éviter l’affolement de tout un groupe de personnes.

En cas d’accident, il est donc indispensable de savoir comment se protéger et comment protéger du suraccident, tout en n’omettant pas de transmettre l’alerte aux services de secours et de soin. Il s’agit également de contenir le risque. Si on ne peut l’écarter, il faut au moins empêcher l’accès à la zone dangereuse.

Alerter, ou faire alerter

  • Quand alerter en cas de danger ?

  • Comment le faire ?

Qui appeler ? Pour gagner du temps et surtout être efficace, il est bien évident qu’il faut avant tout s’adresser aux bons services d’aide et de soin. Ainsi, il faut appeler un médecin ou le Samu (15), les Pompiers (18) et éventuellement la Police ou la Gendarmerie.

  • Comment expliquer la situation ?

En cas d’accident de la route, il est impératif de mettre toutes les personnes hors de danger. Ainsi, pensez à allumer les feux de détresse, ralentir, positionner des triangles de signalisation et porter un gilet jaune. Garez le véhicule si possible sur le bord de la chaussée et balisez.

Reconnaître les signaux d’alerte des sirènes

Si vous entendez une sirène, sachez qu’une minute de son suivie de 5 secondes de silence, puis à nouveau une minute de son, 5 secondes de silence et encore une minute de son indiquent une alerte en cas de danger. Lorsque la sirène se fait entendre pendant trente secondes à la suite, l’arrêt de l’alerte est donné. Enfin, les sons de 2 secondes enchainés à avec des sons de 3 secondes alternativement indiquent le risque de rupture de barrages.

Observer l’état des fonctions vitales d’une victime

Pour mieux aider les secours à vous expliquer les premiers gestes et leur faire gagner du temps, il est utile de savoir reconnaître les signes d’une détresse vitale. Ainsi, les trois fonctions vitales et les organes correspondant sont la conscience (cerveau), la respiration (poumons) et la circulation (cœur).

Pour se rendre compte de l’état de la victime, posez-lui une question simple et écoutez attentivement sa réponse, ou son absence de réponse. Assurez la liberté des voies de respiration et vérifiez cette respiration. Contrôlez les battements cardiaques en prenant le pouls de la victime (avec l’index et le majeur).

En cas d’hémorragie…

Une hémorragie peut être due à une blessure ou une maladie, elle peut être dangereuse en fonction de volume de sang perdu et peut conduire à une détresse circulatoire. Les premiers signes d’une hémorragie sont le saignement, l’écorchure, l’éraflure et l’importante perte de sang dès le début.

Pour contenir l’hémorragie, pensez à appuyer sur la plaie (la compression doit être maintenue jusqu’à l’arrivée des secours), allongez la victime, alertez les secours, surveillez et ne donnez pas à boire. Pour une hémorragie extériorisée (le sang sort par un orifice naturel), allongez la victime, appelez les secours, surveillez et ne donnez pas à boire.

Les plaies et les brûlures

Une plaie est une lésion de la peau par coupure, éraflure, piqure. Pour une plaie simple, lavez-vous les mains et nettoyez la plaie à l’eau et au savon. Désinfectez par un antiseptique incolore et mettez un pansement si besoin. La surveillance consiste ensuite à un consulter un médecin en cas de signe d’infection (rougeur, chaleur, douleur ou gonflement) et à vérifier si le vaccin antitétanique est à jour.

En cas de plaie grave (plaie avec hémorragie, par morsure, par outil, avec souillure de corps étrangers, à bords irréguliers, de l’œil, près des orifices naturels, du cou, thorax, abdomen ou dos), il faut agir en fonction de sa nature. Allongez la victime sauf en cas de gène respiratoire, alertez les secours et surveillez les fonctions vitales.

La brûlure est une lésion de la peau et des voies aériennes ou digestives provoquées par la chaleur, les substances chimiques, l’électricité, les radiations ou le frottement. Pour une brûlure simple (surface limitée de la peau et cloque d’une surface inférieure à la moitié de la paume de la main), arrosez à l’eau froide pendant cinq minutes, déposez de la Biafine et un pansement, ne percez pas la cloque.

Pour une brûlure grave (rougeur très étendue et cloque supérieure à la moitié de la paume d’une main), refroidissez la zone le plus possible sans appuyer au moins cinq minutes sous l’eau froide. Enlevez les vêtements de la victime sauf ceux qui collent à la peau. Appelez le 15. Allongez la victime si possible sur un drap propre et surveillez les fonctions vitales.

Les trois étapes d’urgence en cas d’accident grave

Protégez : évitez l’aggravation de l’accident, éloignez les témoins gênants, ne déplacez la victime sauf en cas de danger imminent et restez près d’elle.

Alertez : appelez le Samu (15), soyez précis dans votre message d’alerte et ne raccrochez jamais le téléphone en premier.

Secourez : en cas de saignement, allongez la victime et appuyez au niveau du saignement, ne donnez jamais à boire ou à manger à la victime, ne déplacez pas la victime, couvrez la pour la réchauffer et réconfortez la en lui parlant.

CONT12

Sur le même sujet