Google+ un nouveau venu sur la scène des réseaux sociaux

Les spécialistes s'interrogeaient sur la capacité de Google à réagir devant l'ampleur du phénomène Facebook, Google+ répondra peut-être à la question.

Facebook a vu le jour en 2004 à l'université de Harvard grâce à Mark Zuckerberg et quelques amis. D'abord confidentiel, ce réseau de partage s'étend rapidement pour conquérir le monde entier. Devenu le second site le plus consulté en 2008 après Google, il va finalement devenir le premier en 2011 avec 35% d'utilisateurs contre 31% pour Google.

Facebook, le précurseur

Facebook est un réseau social qui fonctionne par le biais de liens établis entre des individus. Lorsque l'internaute s'inscrit, il peut regrouper ses connaissances, plus ou moins proches, pour diffuser les informations, photos et autres événement le concernant ou l'intéressant. Ce formidable outil utilisé par les ressources humaines ou le marketing s'avère à double tranchant pour les utilisateurs. En effet, les tâtonnements liés à ce premier réseau nouvelle génération a mis à mal certaines réputations, puisque de nombreuses personnes mélangeant allègrement vie privée et vie professionnelle sur des pages ouvertes se sont vues licenciées, poursuivies pour diffamation ou autres actions peu glorieuses, tandis que la sécurité des données est fréquemment discutée .

Google+ le petit nouveau

La contre-attaque du géant de l'internet est actuellement en phase de test. Après les échecs de Buzz et de Wave il y a quelques mois, le groupe propose une nouvelle version organisée autour d'une construction en cercles. Puisque la mise en relation directe et automatique avait été décriée pour les deux essais et pour Facebook, les concepteurs de Google+ ont introduit dès le départ un cloisonnement. Pour transmettre une information, l'utilisateur va se servir d'une classification de ses contacts par cercles : famille, proches, amis, collègues... L'envoi de l'information ou le partage de photo ne s'appliqueront qu'aux cercles expressément sélectionnés. D'autres applications sont bien sûr proposées, comme un moteur de recherche (Declics), un système de messagerie instantanée ou la visioconférence, à partir d'une nouvelle barre d'outils spécifique.

Les chances de dépasser Facebook

Google est bien conscient des difficultés à mettre en place un concurrent direct au réseau social le plus utilisé dans le monde. Pour y parvenir, cette fois, le groupe prend son temps et ne se jette pas tête baissée comme pour Wave et Buzz. Le test actuel vise à la fois le test des applications et les réactions des uns et des autres. Si, globalement, les services proposés sont identiques au réseau de Zuckerberg en revanche, en théorie, Google+ dispose de deux atouts majeurs. Le premier est la simplicité d'utilisation des cercles pour créer les micro réseaux de chacun. Ce côté intuitif pourrait permettre de gagner de nouveaux utilisateurs, jusque là refroidis par la complexité d'utilisation des fonctionnalités et de la sécurité de Facebook. Le second est la compatibilité de la plupart des applications avec les téléphones mobiles, ce qui n'était que très partiel jusque là. Par exemple, l'application « mobile » récupère automatiquement les photos prises par le mobile de l'utilisateur pour les stocker sur son profil Google+ pour les partager selon son bon vouloir. Certains logiciels pour mobile ne sont pas encore compatibles (particulièrement pour certaines versions récentes) mais cela reste l'une des principales préoccupations de la firme.

Le plus difficile sera sans conteste de convaincre les fans de Facebook de changer de réseau : personne n'aime faire migrer l'ensemble de ses données sans raison majeure. Toutefois, on constate une certaine fatigue des utilisateurs les plus anciens et un ralentissement de la croissance du réseau de Zuckerberg dans le monde. Il faudra attendre quelques mois avant d'être fixé sur l'efficacité ou non de ce nouveau réseau qui n'est ouvert qu'à quelques beta-testeurs aujourd'hui, près de 20 millions en deux semaines selon les chiffres annoncés récemment, et qui laisserait une bonne chance à Google+ de rattraper son concurrent rapidement.

Pour approfondir

http://www.accessoweb.com/Google-Plus-20-millions-d-utilisateurs-aujourd-hui_a9488.html

http://www.business-commando.com/business_commando/2011/04/29/052011-facebook-35-dpasse-google-31-en-nombre-dutilisateurs-partageant-du-contenus-au-premier-trimestre-2011/

http://www.google.com/intl/fr/+/learnmore/

Sur le même sujet