Le privé et le public, des notions estompées sur internet

Etre "chez soi" ne signifie plus être coupé du monde, l'homme est partout en contact avec son environnement grâce aux différents réseaux.

Avec la multiplication des technologies de l'information et de la communication dans notre société, il devient plus compliqué de savoir où se situent les limites entre domaine privé et domaine public. Elles se font plus poreuses et la délimitation des espaces et sphères jusqu'alors bien définis - privé, public, professionnel - est plus difficile, comme c'est le cas dans la maison dite "du futur" ou avec les nouveaux réseaux sociaux.

La maison du futur et ses frontières

Envisagée du point de vue des télécommunications, elle est particulièrement représentative des changements profonds intervenus dans la gestion de l'espace et de la mobilité. La circulation des informations et des individus ne répond plus aux schémas initiaux, mais se trouve facilitée, voire simplement transformée par les TIC. Plusieurs innovations mises en place par des industriels ou des universitaires tendent à changer certaines pratiques comme celle de la mobilité. De nouveaux territoires apparaissent là où des espaces se définissaient bien différemment il y a seulement quelques temps. La maison du futur a ainsi vocation à ne plus être seulement un abri, un refuge pour ses habitants mais bel et bien une zone privilégiée au sein d'un réseau de sphères et espaces multiples, qui se côtoient, se chevauchent ou s'excluent. Le slogan d'Orange pour son appareil "Unik" était d'ailleurs très révélateur, "entrez dehors, sortez dedans". Les frontières dedans-dehors ont disparu permettant à l'individu d'être partout comme chez lui. La technologie qui l'avait cantonné à la maison pour recevoir un appel, lui permet maintenant de recevoir un appel téléphonique où qu'il soit, grâce au mobile.

L'ubiquité de l'homme

De la même manière, le réseau mondial couvert par Internet permet une mobilité de tous les instants grâce aux technologies comme la visioconférence, les espaces collaboratifs, les forums… La mobilité physique se fait par l'intermédiaire d'écrans, rendant possible des "face-à-face" à plusieurs kilomètres de distance, alors que les forums, chats, ou emails autorisent des transferts d'information pouvant être instantanés. Les TIC rendent possible également la découverte d'autres pays ou d'autres villes. Alors qu'il était nécessaire de se déplacer pour connaître les villes de destination, il est maintenant possible de tout préparer par internet de la webcam aux images satellites, pratiquement tout le globe terrestre est couvert. Il devient possible de voyager virtuellement dans de nombreux pays grâce à des applications comme "Google Earth", qui permet de survoler de très près le sol d'autres continents, de situer des adresses précises... La convergence annoncée depuis longtemps par les industriels en télécommunications semble ainsi se mettre en place à travers les objets communicants reliés au réseau.

Le risque : oublier dans quelle sphère on se trouve

Mais les réseaux sociaux et internet posent une autre question, qui prend de plus en plus d'importance. En effet, les échanges de courriels, autrefois privés à travers les courriers postaux, se situent dans une zone qui devient davantage publique. Ainsi, ces derniers temps, on ne compte plus le nombre d'affaires liées à une utilisation malheureuse d'internet dans la sphère publique. Les nouveaux réseaux sociaux (Facebook, Viadeo, Linkedin...) sont ainsi la source de procès visant à punir l'abus de langage, insultes et comportements discutables de certains salariés vis-à-vis de leurs employeurs ou collègues. Pour certains internautes, ces lieux d'échanges sont libres et ils ont tendance à exprimer leur opinion sans la mesurer, ce qui conduit à des propos diffamatoires ou insultants, facilement relayés. C'est le revers de la médaille : ces sites qui permettent d'accroître son réseau pour développer son entreprise, trouver du travail ou échanger avec d'autres professionnels deviennent alors une vitrine publique, qui justifie les peines qui leurs sont infligées en cas de débordements. De la même manière, de nombreux jeunes se font piéger sur internet, en effectuant strip-tease et autres, dans ce qu'ils estiment un lieu d'échange privé (bien que situé sur internet), sans imaginer que le film en question circulera ensuite sur les Internet.

Il faut donc faire extrêmement attention aux flux de données qui circulent à travers les nouvelles technologies actuelles car l'impact peut être terriblement important pour l'avenir des uns et des autres. C'est l'écueil majeur d'internet, identifié depuis ses débuts : son usage nécessite une prise de recul et une réflexion accrue pour ne pas s'en trouver pénalisé. C'était déjà le cas à la lecture des informations, parfois fantaisistes qui y figurent, c'est maintenant sur l'e-réputation que se porte la réflexion de tout utilisateur, s'il ne veut pas s'en mordre les doigts ensuite.

Sur le même sujet