Voltaire, un esprit brillant mais contradictoire

Voltaire est un homme de lettre au caractère ombrageux mais doté du génie de l'écriture.
13

Poète, philosophe, essayiste, dramaturge, romancier et historien, François Marie Arouet, dit Voltaire, est né le 21 novembre 1694 à Paris, où il décèdera le 30 mai 1778.

Un tremplin vers l'élite

Elève en rhétorique et philosophie au collège Louis le Grand chez les Jésuites, le jeune homme transforme ses prédispositions en véritables atouts. Cet établissement est le plus illustre de la capitale. Il vise à former les élites et pour cela combine deux types d'apprentissages. D'un côté, il propose l'enseignement du latin, du grec et de la rhétorique et de l'autre ce qu'il faut pour briller en société, à savoir les joutes oratoires, plaidoyers, poésie, théâtre... Le jeune homme en profite largement et utilise ses capacités dans le domaine pour briller et se lier d'amitié avec de futurs grands, comme les frères Pâris, banquiers de leur état, qui vont permettre à Voltaire se se constituer et gérer une belle fortune. Il complètera son éducation auprès de la société libertine du Temple dans laquelle son oncle l'introduit et qui rassemble le gratin de l'époque et auprès de qui il fait preuve d'esprit et se fait apprécier l'encourageant à se distinguer du petit peuple, lui faisant oublier ses origines de simple fils de notaire.

Homme de lettres et homme du monde

Voltaire écrira de nombreuses oeuvres, dont les plus connues sont Candide (1759), Zadig (1748) ou encore De l'horrible danger de la lecture (1765). Auteur symbole du siècle des Lumières, il s'oppose au fanatisme religieux et à l'obscurantisme. Il utilise sa plume pour diffuser la connaissance et se faire le champion de la tolérance et du progrès. Pourtant, contrairement à d'autres intellectuels de l'époque, il est déiste, tout en reconnaissant à l'homme le libre-arbitre. Il prend souvent la défense de ceux qui se trouvent confrontés à l'extrêmisme religieux et à l'arbitraire. Il aime l'idée d'une monarchie modérée et éclairée et fréquente essentiellement la noblesse et la haute société même s'il se retrouve opposé malgré lui au Régent qui l'envoie en prison quelques mois. Il en sortira lorsque son innocence sera prouvée.

L'exil en Angleterre

Voltaire est un habitué des conflits avec les puissants et, en 1726, une altercation avec le chevalier Rohan-Chabot le conduira en exil en territoire britannique. Provoqué par le jeune Rohan, Voltaire répond brillamment, rabattant le caquet du jeune aristocrate arrogant qui en prend ombrage. Il organisera d'ailleurs une expédition punitive, une bastonnade donnée par ses laquais, tandis qu'il assiste au spectacle depuis son carrosse. Voltaire sortira profondément meurtri de cet épisode et tentera par tous les moyens de se venger. Mais ses amis ne le soutiennent pas et Rohan finit même par obtenir une lettre de cachet pour la Bastille, peine rapidement commuée en exil.

Erudit et philosophe

Ce séjour de trois ans lui apporte tout de même beaucoup. Voltaire apprend très vite l'anglais et découvre une société qui lui convient intellectuellement par son pluralisme religieux et politique. Par ailleurs, le défenseur de la monarchie modérée qui est en lui découvre le principe de l'habeas corpus protégeant les individus de l'arbitraire, puisqu'il faut une décision judiciaire pour être enfermé. Voltaire qui vient de faire les frais d'une lettre de cachet se nourrit de cette culture et en profite pour étudier les différences économiques et sociétales entre France et Angleterre et élargir ses connaissances. Il est plus particulièrement attiré par les travaux de John Locke ou Isaac Newton.

L'après 1750

Voltaire va ensuite partir à la cour de Frédéric II à Berlin où il occupe un poste important, au coeur de l'Académie royale des sciences et des lettres. Mais sa belle entente avec le roi ne peut durer compte-tenu des caractères de chacun. Voltaire quitte la Prusse et se rapproche de la France en s'installant à la frontière genevoise à Ferney où il s'installe avec son nombreux personnel. Il ne reviendra à Paris que l'année de sa mort, où il recevra un accueil au-delà de toute espérance. Voltaire est devenu illustre par ses talents d'écrivain mais également comme philosophe et humaniste. Aujourd'hui, on connaît essentiellement ses écrits philosophiques, pourtant il écrivit près de 56 pièces de théâtre dont certaines connurent un immense succès au XVIIIème.

Sur le même sujet