Voyage au sein de l'Espagne authentique : l'Estrémadure

Au sud-ouest de l'Espagne, s'étend l'Estrémadure. Longtemps isolée et oubliée, elle s'ouvre depuis peu à un tourisme culturel et rural.
9

Située entre les deux Castilles, l’Andalousie et le Portugal, l’ Estrémadure constitue l’une des dix-sept communautés autonomes qui se partagent le territoire espagnol. Longtemps isolée et ignorée des visiteurs, la région s’est ouverte depuis quelques années à un tourisme qui peut compter sur des espaces naturels encore sauvages et un patrimoine architectural préservé. Composée des provinces de Cáceres et de Badajoz , surnommées respectivement Haute et Basse-Estrémadure, la région a pour centre administratif l’ancienne capitale de la Lusitanie romaine, Mérida .

Souvent surnommée la Grande Inconnue, l’Estrémadure cache bien ses trésors

Classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, la capitale possède le théâtre romain le mieux préservé de la Péninsule Ibérique. En plus d’un anfithéâtre, d'un cirque, de divers temples et résidences romaines, la ville possède le Museo de Arte Romano de Mérida , qui concentre l’une des plus riches collections d’objets de la vie courante de l’époque romaine. Cette civilisation a laissé de nombreux témoignages de son passé en Estrémadure. Outre Mérida et ses imposants monuments, figure à l’ouest de la province de Cáceres, l’impressionnant Pont d’Alcántara , datant du IIº siècle. Enjambant majestueusement le Tage, il supporte encore fièrement un trafic routier relativement important en raison de la proximité de la frontière portugaise.

Badajoz , plus grande ville de la région avec quelques 150 000 habitants, peut s'ennorgueuillir de posséder l’une des alcazabas – forteresse maure - les mieux conservées d’Espagne. Cáceres , l’autre capitale provinciale, conserve quant à elle un centre historique entièrement classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Les maisons seigneuriales de sa Vieille Ville, décorées d’imposants écussons, témoignent de la puissance des grandes familles ayant repeublé la région après la défaite des Musulmans au XIIIe siècle. À une quarantaine de kilomètre, s'élève fièrement la ville de naissance du conquistador Francisco Pizarro, Trujillo . Faisant concurrence à sa grande sœur Cáceres par le nombre de ses palais datant pour la plupart du XVe et XVIe siècle, la cité possède l'une des plus belles Plaza Mayor du pays. Plus important centre du nord de l’Estrémadure, la tranquille Plasencia cache ses joyaux architecturaux, derrière une imposante muraille du XIIe siècle.

Les villages d'Estrémadure se caractérisent par leur diversité

Outre ses villes monumentales, l’Estrémadure offre aussi à ses visiteurs une multitude de villages riches par leur diversité. Le nord de la région propose une architecture montagnarde adaptée au relief accidenté marquant la limite naturelle entre Castille-et-León et Estrémadure.

Les petits territoires qui se partagent cette zone sont bien délimités entre eux. À l’extrême nord-ouest, La Vera , dont la douceur du climat poussa l’empereur Charles Quint à y passer ses dernière années, isolé dans les montagnes au sein du Monastère de Yuste . Y figurent plusieurs villages classés et protégés en raison de l'intérêt de leur architecture populaire, tels Valverde de la Vera, Villanueva de la Vera ou Pasarón de la Vera. Aux fenêtres des maisons, sèchent les fameux piments permettant d’élaborer l’un des meilleurs condiments d'Espagne, le Pimentón de la Vera. D’autres villages classés, comme Gata et Valverde del Fresno dans la Sierra de Gata ou Hervás et son ancien quartier juif dans la Vallée de l’Ambroz font du nord de l’Estrémadure un lieu propice pour le tourisme rural.

Les nombreux parcours balisés, reprenant le tracé des sentiers traditionnels, raviront les amateurs de randonnée. Territoire singulier au sein de cet espace montagneux, Las Hurdes , avec son architecture noire due à l’utilisation de l’ardoise, a longtemps été le symbole de la pauvreté endémique de la région. Près du lieu de naissance du tortueux Río Ladrillar, Riomalo de Arriba permettra aux amoureux d'authenticité de voyager dans le temps, en déambulant dans les rues silencieuses et escarpées d’un village accroché à flanc de montagne.

Terre de contraste, le sud de la région, séparée de l’Andalousie par la Sierra del Tentudía , se composent des fameux " villages blancs " baptisés ainsi en raison des murs badigeonnés de chaux. Au sein de ces derniers, trois petites villes témoignent d’un riche passé qui s'explique par leur situation géographique, près de la Vía de la Plata, l'ancienne voie romaine qui reliait le sud et le nord de la Péninsule Ibérique. Ainsi, Fregenal de la Sierra et Jerez de los Caballeros , qui ont toute deux subit l'influence des Templiers comme l'illustre l'imposante forteresse de la première, possèdent un nombre important d'édifices religieux, notamment, plusieurs couvents. L'exubérante décoration des clochers de leurs églises annonce la proximité de l'Andalousie, bien que le style local possède sa propre personnalité. Zafra , capitale du sud a toujours consituté un centre commercial important. En témoignent, deux places entourées de portiques, la Plaza Grande et la Plaza Chica, reliées l'une et l'autre par un passage couvert. Zafra se singularise de Fregenal de la Sierra et de Jerez de los Caballeros par le nombre des maisons seigneuriales qu'elle possède et par son alcázar, le Palais des Ducs de Feria qui fait désormais office d'hôtel grand standing.

Parmis les curiosités de la province de Badajoz, figure Olivenza , nommée Olivença en portugais. La particularité de cette ville s’explique par son appartenance au Portugal jusqu’au début du XIXème siècle. En témoigne le style manuélin de sa cathédrale et du Palais des Ducs de Cadaval, actuelle mairie, ainsi que l’architecture populaire de ses maisons aux cheminées disproportionnées, typique de la région portugaise de l’Alentejo.

Territoire encore en partie vierge, l’Estrémadure forme un espace propice à la conservation des espèces végétales et animales

Les paysages de l’Estrémadure font échos à la diversité de ses villages. Le nord, le sud et l’ouest de la région sont constitués de montagnes. À l’ouest, figure la zone des Villuercas , dont les cimes rappellent étrangement les Appalaches américaines. Ses sommets rectilignes dessinent des vallées parallèles les unes aux autres et cachent l’une des perles de la région : la petite ville de Guadalupe . Son Monastère Royal de Santa María , classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO héberge une vierge noire, la Virgen de Guadalupe. Patronne de l’Estrémadure, elle est fêtée le 8 septembre coincidant avec le Jour de la Communauté Autonome.

Au nord-ouest des Villuercas, en plein centre de la province de Cáceres, s’étend le Parc National de Monfragüe , espace unique en raison de sa biodiversité. Lieu de rencontre entre la rivière Tiétar et le Tage, le parc héberge notamment plusieurs espèces de rapaces, dont le vautour moine, l'aigle ibérique et le vautour fauve. À l’opposé de ce parc, au sud-est des Villuercas, se situe la Réserve Régionale de Chasse de Cíjara .

L’élevage extensif qui domine dans la région, a permis de conserver certaines espèce disparues du reste du territoire espagnol, tel le lynx ibérique. Quant aux cigognes, qui représentent l’un des symboles de la région, elles ont fait de l’Estrémadure l’une de leurs principales résidences. Le claquement mélodieux de leur bec signale de leur présence.

L’est et le centre de la région, se constitue en grande partie de plantation d’oliviers et de forêts de chênes vert où les fameux porcs noir ibériques se délectent de gland de novembre à mars, pour régaler quelques mois plus tard les plus fins palais. La région est en effet connue pour ses jambons ibériques, mais aussi pour ces diverses salaisons à base de porc comme le chorizo ou la morcilla patatera, un boudin local à base de porc, de pimentón, d’ail, de pomme de terre et de citrouille. Ces vastes espaces sont aussi le lieu de production de fromages de renom comme la Torta del Casar, produit autour de Cáceres, ou la Torta de la Siberia originaires de l’est de la Basse-Estrémadure. Et pour arroser tout cela, pourquoi ne pas profiter des bons vins de la Ribera del Guadina dont les vignes s’étendent principalement au centre et au sud de la région ?

Sur le même sujet