Sur l'île de Pâques, le festival de tous les superlatifs

Du 3 au 12 février 2011 aura lieu le Tapati Rapa Nui, le festival annuel de l'île de Pâques. Une manifestation hors normes dans un cadre unique au monde.
9

Tous les ans depuis 1968, la minuscule et mythique île de Pâques se transforme en un lieu magique que seuls quelques centaines de privilégiés ont la chance de fréquenter à cette période précise.

Cette année encore, il n’y a plus une seule place d’avion ni un seul lit disponibles depuis quasiment un an sur l’île de Pâques pour la période du 3 au 12 février 2011.

Qu’est-ce qui peut bien faire l’incroyable succès de cette manifestation perdue au milieu du Pacifique Sud ?

Le Tapati Rapa Nui, bien plus qu’un festival

Chaque début d’année donc, depuis plus de quatre décennies, l’île de Pâques se transforme en un immense terrain de jeux entièrement dédié à la mémoire, à la culture et à la tradition pascuanes. Ces jeux sont avant tout un moyen de transmettre la culture rapanui en s'amusant.

Sous le regard éteint mais bienveillant des Moai silencieux , la population de l’unique village de Rapa Nui se divise en deux camps opposés, chacun d’entre eux étant représenté par une jeune fille à qui les compétiteurs doivent ramener un maximum de points en participant à des épreuves traditionnelles.

La candidate du clan gagnant est élue reine de l’île pour l’année à venir.

Autour des épreuves proprement dites se déroulent de nombreux concours en tous genres mettant en valeur savoirs faire et talents des uns et des autres :

  • Danses et costumes folkloriques
  • Chants traditionnels contant les légendes ancestrales
  • Jeux avec fibres de chanvre (appelés kai kai)
  • Sculpture et gravure sur le thème des moai
  • Dessins et colliers
  • Tatouages et maquillages
  • Gastronomie
  • Concours agricole des plus beaux fruits et légumes de l'île

Le triathlon du Tapati Rapa Nui

Parmi les nombreuses joutes traditionnelles qui opposent les deux camps rivaux pendant près de deux semaines, certaines sont uniques au monde et particulièrement spectaculaires.

Tout d’abord, le "Ta'ua Rapa Nui" : il s'agit d'un triathlon très particulier.

Les trois épreuves de ce triathlon hors normes se déroulent dans le cadre somptueux et sacré du volcan Rano Raraku, qui domine toute l’île.

La première de ces épreuves consiste à traverser dans sa plus grande longueur la lagune formée par le cratère sur une sorte de barque faite de roseaux séchés.

La seconde est une course à pieds tout autour du lac, sur ses rives d’abord, puis sur les hauteurs des flancs du cratère. Rien d’extraordinaire me direz-vous. Si, car il faut réaliser cela avec un régime de banane sous chaque bras!

Pour terminer, les athlètes doivent de nouveau traverser le lac. Mais cette fois, c’est juché sur une sorte de planche de surf en roseaux qu’ils doivent le faire.

Haka Pei : la luge façon pascuane

La plus spectaculaire de toutes les épreuves du "Tapati Rapa Nui" est incontestablement celle du Haka Pei. C’est aussi, et de très loin, la plus dangereuse.

Il faut d’abord escalader les pentes du volcan Maunga Pu’i avec sa "luge" sur le dos.

Ces luges sont, en réalité, des sortes de planches grossières réalisées en liant des troncs de bananiers entre eux.

Une fois au sommet, les compétiteurs, allongés sur le dos, doivent dévaler le plus vite possible le flanc herbu et caillouteux du volcan en se cramponnant tant bien que mal à leurs engins. Les plus rapides, et sans nul doute les plus téméraires, atteignent 80 km heure.

Tapati Rapa Nui, le ciment d’un peuple

Si le festival de Rapa Nui est un incontestable apport économique pour toute la population de l’île, il joue aussi, et peut-être surtout, un rôle social majeur.

En effet, au-delà des deux semaines de festivités jalonnées de festins sans fin, de spectacles et de concerts, les préparatifs s’étalent quasiment sur toute l’année. Ils impliquent de savantes recherches et réflexions sur le passé du peuple rapanui, sur son histoire et sa culture.

Ainsi, au travers de l’énorme travail que représente la préparation de cette manifestation unique au monde, c’est tout un savoir ancestral qui est redécouvert, mis en valeur et préservé.

Ces longs préparatifs permettent également de renforcer le lien qui unit entre eux les Pascuans, lien indispensable à la survie d’une communauté humaine aussi isolée que peut l’être celle de l’Île de Pâques.

Très loin de tout, Rapa Nui n’est pas facile d’accès et le voyage pour s’y rendre est pour le moins onéreux. Toutefois, ne vous y trompez pas : assister au " Tapati Rapa Nui " est bien le voyage d’une vie.

Sur le même sujet