Tauromachie : la contre-attaque s'organise !

Après l'inscription de la tauromachie au patrimoine culturel immatériel de la France, les défenseurs des animaux s'unissent pour obtenir son annulation.
12

L'inscription de la tauromachie au patrimoine culturel immatériel de la France le 22 avril 2011 a laissé les associations de défense des animaux sous la choc. C'est un coup terrible porté à la lutte contre les corridas menée avec détermination et persévérance par plusieurs associations depuis des décennies. La surprise est d'autant plus grande qu'aucun débat n'a été lancé sur ce sujet épineux et que la corrida recule dans d'autres pays. Seuls les aficionados et le lobby taurin du sud-ouest se réjouissent de ce cadeau fait par le gouvernement de François Fillon. Mais les opposants à la corrida ne baissent pas les bras. Bien au contraire.

Une véritable levée de boucliers

Dès l'annonce faite, la voix de Brigitte Bardot exprimait l'indignation générale des opposants à la corrida. Très vite, toutes les associations concernées ont fait connaître à Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, à François Fillon et Nicolas Sarkozy, leur colère, leur déception et leur incompréhension face à une telle initiative de la France. Le ministre de la Culture a tenté de minimiser l'affaire en expliquant que cette inscription n'aurait aucune conséquence concrète, qu'il s'agissait d'un simple inventaire. Mais les associations organisent leur riposte, portées par le soutien de leurs adhérents, de leurs sympathisants et de personnes non militantes, mais choquées par ce qui est considéré dans ce camp comme une véritable honte pour la France.

Les plus importantes associations de protection animale : la confédération des SPA de France , la Fondation Brigitte Bardot , la Fondation Assistance aux Animaux , la Fondation Trente millions d'amis , mais aussi l'Alliance anti-corrida , l'Oeuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs et la Ligue française pour la protection du cheval se sont unies pour adresser une lettre ouverte au ministre de la Culture réclamant l'annulation de cette décision. Les adhérents de ces sept associations regroupent pas moins de 719 000 personnes, sans compter les nombreux sympathisants.

Une mobilisation générale de tous les opposants à la corrida

Les associations de protection animale demandent à tous ceux qui souhaitent combattre la tauromachie de réagir rapidement. Le premier geste à accomplir est de signer les nombreuses pétitions proposées. Ensuite, il est conseillé d'envoyer régulièrement et inlassablement des lettres et des mails de protestation à nos décisionnaires, à Frédéric Mitterrand, François Fillon et Nicolas Sarkozy, jusqu'à l'annulation de la décision visée.

Ces démarches sont facilitées par la mise à disposition sur les sites des associations (notamment le CRAC et l'Alliance anti-corrida) de modèles de letrres, des adresses postales, des numéros de téléphone des destinataires. Les défenseurs des animaux souhaitent que la protestation soit assez puissante, ferme et indignée pour obliger le gouvernement à reculer.

Une grande manifestation unitaire le 28 mai 2011 à Paris

Le CRAC Europe (Comité radicalement anti-corrida) organise le 28 mai prochain à 15 heures une manifestationn unitaire contre l'inscription de la tauromachie à notre patrimoine, place du palais Royal, devant le ministère de la Culture. Le mot d'ordre est "Non à la honte française" et le but est l'annulation de cette inscription. 87 associations font déjà partie du collectif et d'autres le rejoignent tous les jours. Les anti-corridas espèrent une mobilisation massive et incontournable, que la presse relayera et dont le gouvernement sera obligé de tenir des compte, surtout à un an de l'élection présidentielle. Peut-être des élus et des personnalités politiques soutiendront-ils cette manifestation. Rappelons qu'en juillet 2010, les députés Marland-Militello (UMP, Alpes-Maritimes) et Gaillard (PS, Deux-Sèvres) déposaient un projet de loi visant à interdire la corrida en France, signé actuellement par 75 députés dont Julien Dray, Yves Cochet, Nicolas Dupont-Aignan.

Le gouvernement doit désormais faire un choix. Revenir sur sa décision serait un camouflet pour lui et susciterait une vive réaction des défenseurs de la corrida. Mais, en persévérant dans cette voie, il se trouve confronté à une résistance qu'il avait peut-être sous-estimée. Une mise en demeure a été adressée au ministre la culture dès le 29 avril 2011 par les avocats du CRAC et de l'Alliance anti-corrida réclamant la mise à disposition du document faisant état de la demande d'inscription de la corrida au patrimoine français et demandant l'annulation de sa décision. Ces associations se déclarent prêtes à saisir les tribunaux, jusqu'à la cour européenne des droits de l'Homme.

Sources :

Actuanimaux , CRAC Europe, Alliance anti-corrida , Trente millions d'amis , Confédération des SPA de France .

Sur le même sujet