Lutte contre le Sida:"100 pas pour l'espoir" à Kinshasa

Briser le silence sur leur état sérologique: des femmes congolaises l'ont osé, ce 31 mars 2012. Un cri du cœur le temps d'un défilé pas comme les autres...

Moi, X., je souffre du sida depuis 4 ans et grâce aux ARV, je suis en bonne santé"...

Sourire aux lèvres, cette jeune femme jette un dernier regard sur le public et retourne en coulisses.

Après elle, d'autres jeunes femmes suivent, prononçant les mêmes paroles ou presque. Elles sont 12 au total, séropositives. Mais contrairement à des centaines de milliers d'autres congolais, elles ont accès aux anti-rétroviraux et mènent une vie normale.

Ce 30 mars 2012, pour clore le mois de la femme, ces12 femmes séropositives ont accepté de braver les regards. Devant un public attentif venu les encourager , elles ont exprimé haut et fort leur séropositivité et appelé les autorités et les partenaires de la République Démocratique du Congo à faire plus pour aider ces centaines de milliers de personnes souffrant du sida dans le pays à avoir accès au traitement par anti-rétroviraux.

" Je suis sortie du silence, à vous de porter ma voix"

Ce sont les mots prononcés par l'une d'entre elles, sans savoir l'émotion qu'elle a créée parmi certains dans le public. Pendant que cette jeune femme et 11 autres ont défilé à visage découvert, c'est derrière un rideau que deux jeunes filles vivant dans les rues de Kinshasa ont témoigné de leur calvaire: obligées de vivre dans la rue suite à des problèmes familiaux et de se prostituer pour survivre, l'une d'entre elles a été contaminée lors d'un viol et l'autre par un de ses clients. C'est la triste réalité de la vie dans les rues de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo. Beaucoup sont contaminés et meurent faute de soins et parfois même sans savoir qu'ils ont été contaminés.

Le VIH en RDC en chiffres

La République Démocratique du Congo compte actuellement 1. 272. 000 personnes infectées par le VIH. Actuellement; 14%, soit seulement 44. 000 de ces personnes bénéficient d'un traitement aux ARV. C'est ce que rapporte le PNMLS, le Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida, qui ajoute que 300. 000 personnes sont en besoin urgent de traitement dans le pays. Ce taux de couverture est l'un des plus bas au monde, indique ONUSIDA.

Clarisse Mawika, présidente du Réseau national des organisations à assise communautaire (RNOAC), partenaire de l'événement avec Médecins du monde a aussi exprimé son inquiétude: "Sans les bailleurs, que deviendra cette lutte?".

L'urgence s'impose donc, n'a cessé de répéter Médecin Sans Frontière- Beligique, qui a organisé ce défilé avec l'association des modélistes et stylistes congolais.

Sur le même sujet