La « Pottermania » ou l'exploration de l'adolescence

Le 13 juillet, le jeune sorcier le plus médiatique de la Warner Bros, a livré son dernier combat contre les forces du mal. La saga Harry Potter prend fin.
14

La figure emblématique du cinéma du IIIe millénaire, Harry Potter, est un binoclard orphelin, tendre et presque maladroit qui détient grâce à l’héritage affectueux de ses parents et à la ténacité et au génie de ses proches, le secret de la paix dans le monde. Les psychanalystes, les professionnels du marketing, les critiques littéraires et cinématographiques s’interrogent encore sur cette saga hors du commun qui draine depuis plus de10 ans des millions de fans et dont les sept romans « qui se sont vendus à 450 millions d'exemplaires dans le monde depuis 1997 » ont contribué à faire de l’auteure J.K. Rowling une romancière d’exception qui pèse 590 millions d’euros dans le monde de l’édition.(1)

Le héros malgré lui est le défenseur du monde libre

La magie noire est une science dangereuse, dont les maléfices permettent non seulement de garantir l’immortalité de ceux qui la pratiquent mais aussi de prendre le pouvoir sur les âmes sensibles qui la subissent. C’est là qu’intervient Harry Potter ; le défenseur du monde libre va s’employer à détruire les derniers Horcruxes, sortes de fétiches nuisibles qui contiennent chacun une partie de l'âme de Voldemort, alias le Seigneur des Ténèbres. Le mage noir surdoué, programmé pour être l’ennemi juré du héro, a décidé de faire régner la terreur dans le monde des sorciers.

Dans le dernier épisode, Il faut encore et toujours résister, se cacher et combattre : « Est-ce que tu as un plan ? » Demande fiévreusement Neuville, à son ami Harry qu’il vient de retrouver dans les galeries souterraines du château de Poudlard, école et haut lieu de résistance des sorciers pacifiques. Alors que tous les regards se tournent vers lui, Harry, héro malgré lui, compétent pour vaincre les force du mal mais inapte à regonfler le moral de ses troupes, bredouille un semblant de réponse «Heu... il me faudrait un objet, que personne n’a jamais vu».

Une allégorie avec la Seconde Guerre mondiale

Le dénouement des aventures du jeune sorcier Harry Potter et les reliques de la mort met en image 3D le duel meurtrier auquel se livrent les deux protagonistes qui ont chacun une conception différente de l’univers magico-démocratique : côté pile, un sorcier terrifiant obsédé par la race pure et la domination d’une foule par la peur ; côté face, un adolescent qui fait de la résistance, surnommé par ses pairs « Celui qui a survécu ». Harry possède la faculté d’être en connexion intime avec son ennemi, cela lui permet d'avoir à chaque fois un coup d’avance. Ce qui fait la force du récit c’est la facilité avec laquelle les lecteurs-spectateurs identifient ceux qui collaborent et ceux qui résistent. Par ailleurs, le héros des temps modernes aide ses ennemis à survivre. Dans le monde des sorciers vertueux, il n'y a pas de place pour la rancœur et l'épuration ; témoin la famille Malefoy qui symbolise la traitrise et qui une fois saine et sauve se dépêche de rentrer dans ses foyers la tête basse...

La partie immergée de l’enfance

Harry n’est pas un super héros et c’est pour ça qu’on l’aime. Avec le regard pragmatique du spécialiste de l’enfance, Eric Auriacombe , pédopsychiatre et psychanalyste, analyse le succès de l’enfant-héros (2) et nous offre une deuxième lecture. Le roman pour enfant est « un conte qui transmet un message » nous dit ce praticien. « La lutte contre les événements désagréables de la vie est inévitable. Le malheur fait partie de l’existence humaine, il faut l’affronter, venir à bout des obstacles et survivre, remporter des victoires sur soi même.» Il observe que le héro incarné par Daniel Radcliff grandit en même temps que ses lecteurs : « Le support identificatoire s’en trouve d’autant mieux investi » (...) Il partage avec ses lecteurs sa crise adolescente et tout à la fois sa découverte du monde des adultes, de l'angoisse, de la mort et du deuil. La magie et le monde des sortilèges appartiennent au monde des enfants qui ne peuvent progresser et se construire qu’avec l’affection des adultes ou l’amitié indéfectible d’un groupe.

Une adolescence « Love, Potions et Rock’n’Roll »

Le réalisateur David Yates, aux commandes pour les trois derniers volets de la « Saga Potter » n’est jamais avare de petites phrases pour nous mettre sur la voie des thèmes qu’il explore: « Sur le 6e film (3) je vais faire quelque chose de « Sex, Drugs & Rock‘n’Roll », nous allons nous pencher sur les émotions d’adolescents (...) nous allons voir comment c’est d’être ado et amoureux » Avait-il confié à la presse, pour finalement se raviser et adoucir ses propos : « Les enjeux émotionnels sont immenses et je voulais capter ces tourments de manière très réaliste. Mais rassurez-vous, pas de dope et pas de sexe à Poudlard. Maintenant, je préfère dire Love, Potions et Rock’n’Roll ».

Aujourd’hui l’ambiance n’est plus aux rires mais à la nostalgie, c’est un réalisateur lucide qui voit partir et grandir ses personnages : « J’aime la scène quand ils disent au revoir à Poudlard ainsi qu’à leur passé. Ils disent aussi au revoir aux 10 ans où ils ont fait tout cela. Je trouve ce passage très émouvant et très tendre ».

Pottermore.com

La « Pottermania » n’est pas encore terminée. Celle qui lui a donné le jour, J.K. Rowling, convie tous ses lecteurs à continuer l’aventure sur pottermore.com . Les fans peuvent d’ores et déjà s’inscrire sur le site dont l’ouverture officielle est prévue pour le 31 juillet. En partenariat avec Sony, la romancière britannique va créer un réseau interactif dédié aux activités du héro interplanétaire. L’industrie culturelle estampillée Harry Potter, dont les tomes ont été traduits en 70 langues, a encore de beaux jours devant elle !

(1) Le Journal du Dimanche, 10 juillet 2011, N° 3365, p. 26-27

(2) Eric Auriacombe, Harry Potter, l’enfant héros, Essai sur la psychopathologie de Harry Potter, 2005, Presses Universitaires De France-Puf.

(3) Le Prince de sang mêlé est le 6e épisode de Harry Potter

Sur le même sujet