Politique friction : les petites phrases estivales

Le sarcasme politique a réjoui les juilletistes privés de soleil. A quelques mois de l'échéance présidentielle la température monte dans l'espace médiatique
15

Ironie, remarques blessantes et personnelles, rumeurs glauques, sarcasmes et moqueries en tous genres appartiennent à la panoplie d’été des personnalités politiques qui tous comme les touristes des plages aiment à s’égarer en laissant des traces sur leur passage.

3 juillet : les pates aux truffes noires sont toujours au menu du PS

Les rapports de DSK avec l'argent alimentent la presse satyrique : Le Canard Enchaîné (daté du 13 juillet) relate une scène dans laquelle Martine Aubry emmène ses troupes dans un restaurant italien du XVe arrondissement de Paris, en sortant des locaux de France 2. Au menu : des pâtes aux truffes. Un clin d’œil à DSK qui a fêté avec le même plat, sa libération dans un grand restaurant de New York où Madonna a ses habitudes, Le Scalinatella Ristorante (1) Martine Aubry s’empresse d’envoyer un texto à l’ancien directeur du FMI ainsi qu’à sa femme, Anne Sinclair : «Nous aussi on a mangé des pâtes aux truffes. Mais on a payé vingt fois moins cher que vous ».

10 juillet : les rumeurs sur Martine Aubry

Elles courent, elles courent les rumeurs ! « Martine» aurait plus qu’un penchant pour l’alcool et son mari, l'avocat Jean-Louis Brochen, entretiendrait des rapports étroits avec une mouvance islamiste. Depuis Turin, la candidate à la primaire socialiste crève l’abcès : « Je sais tout, je sais qui les lance » et trouve des alliés inattendus comme Dominique de Villepin qui a qualifiés d’« ignobles » les attaques visant la représentante du PS. Le député socialiste Pierre Moscovici n’est pas en reste : « La France de 2012 a besoin d'un vrai débat de société et non d'une campagne de caniveau » dit-il dans Le Parisien.

Le sujet est sensible et le 11 juillet, la majorité donne de la voix : Nadine Morano dénonce dans Le Journal du Dimanche « la stratégie de victimisation » de Martine Aubry « pour dissimuler la pauvreté du programme socialiste et les ratés de son entrée en campagne. Elle se pose en victime pour faire parler d’elle », déclare la ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle. Aujourd’hui 3 août, Martine Aubry contre-attaque en assignant Francis Néri, un blogueur strasbourgeois de 71 ans.

14 juillet : « Le défilé citoyen » proposé par Eva Joly fait grincer des dents

La candidate écologiste à la présidentielle a créé un véritable tsunami politique pour avoir proposé de remplacer le défilé militaire du 14 juillet par un « défilé citoyen ». Depuis Abidjan, où il effectuait une tournée en Afrique de l'Ouest, le Premier ministre François Fillon a dénoncé les propos d’Eva Joly en déclarant : « Elle n’a pas une culture très ancienne des valeurs françaises ».

François Hollande s’est invité dans la polémique : « Cette remarque de François Fillon est blessante non pas pour Eva Joly seulement, mais pour tous les Français qui ont acquis la nationalité depuis peu, voire pour certains depuis bien longtemps (...) Il n'y a pas deux catégories de Français qui auraient des cultures distinctes de notre histoire et des valeurs de la République et de la France ». Une remarque qui trouve un écho avec le communiqué d’Europe Écologie-Les Verts qui envoie la dernière salve dès le lendemain et qui « dénonce avec la plus grande fermeté les insinuations malsaines sur la binationalité d'Eva Joly et sur son prétendu manque de culture française».

Réponse de l’intéressée qui possède la double nationalité française et norvégienne : «Moi, je ne descends pas de mon drakkar! Ça fait cinquante ans que je vis en France et donc je suis française.» Sa proposition aura malgré tout marqué les esprits, la plupart des ténors politiques tous partis confondus ont rappelé leur attachement au défilé du 14 juillet.

18 juillet : Xavier Bertrand et « l’aspirateur à voix » de Ségolène Royale

Candidate à l'investiture PS pour la présidentielle 2012, Ségolène Royale s’exprime sur sa philosophie du socialisme au JT de France 2, le 17 juillet. Pour démontrer l’idée de l’ouverture, elle déclare vouloir réunir «d'abord les socialistes, ensuite les écologistes, l'extrême gauche, les centristes humanistes mais aussi la droite gaulliste». En guise de rassemblement la députée socialiste reçoit l’ironie de Xavier Bertrand (2) qui a estimé sur France Inter que « c'est la course à l'idée la plus sotte qui soit, la course à la démagogie, à la surenchère (...) Mme Royal met son aspirateur en marche pour glaner des voix » a raillé le ministre de la Santé et du Travail.

28 juillet : l’opération Saucisson-vin rouge de la Droite populaire suscite la polémique au PS

Harlem Désir, le premier secrétaire du PS par intérim, a demandé à Jean François Copé, le dirigeant de l’UMP, de dissoudre le collectif Droite populaire, l’aile droitière de l’UMP, qu’il accuse de « jouer avec les thèmes du pire (...) comme la peur de l’étranger en organisant une opération Saucisson-vin rouge dans l’enceinte de l’Assemblée nationale». « On n’est pas des méchants, on est des Gaulois rigolards (...) Nous ne sommes pas une passerelle vers l’extrême droite, nous sommes un rempart », a répondu l’un des leaders de la droite populaire, Jacques Myard, député des Yvelines.

29 juillet : divergences familiales dans la rhétorique lepéniste

Jean-Marie Le Pen qui a pratiqué l'inélégance avant l’heure a clôturé ce mois de juillet avec une petite phrase qui brouille le message de respectabilité que sa fille Marine Le Pen tente d’instaurer depuis qu’elle a pris la tête du parti. Au lendemain de la tuerie d’Oslo, l’ancien leader du FN déclare que la naïveté de la société norvégienne était plus grave que la tuerie commise par Anders Behring Breivik, qualifiée d’accident. La journaliste Caroline Monnot, nous rappelle dans Le Monde (en date du 31 juillet/1er août) que Marine Le Pen va avoir du mal à « ne pas commenter les sorties provocatrices de son père ».

(1) L’express en ligne donne le menu et le prix du repas new-yorkais pour quatre personnes : 600 dollars (420 euros),

(2) Le podcast sur France Inter le 18/07/2011 : interview de Xavier Bertrand

Sur le même sujet