Hugo Lloris, portrait du Boss de la cage lyonnaise

Derrière le gardien numéro un de l'équipe de France de football et de l'OL se cache un homme au grand cœur, durement éprouvé par la vie... Portrait.
14

Hugo Lloris est né à Nice le 26 décembre 1986, comme un cadeau du ciel, un Noël à retardement. Très vite, il se met au sport. Un peu «touche-à-tout», un peu téméraire… Le foot, le tennis, son cœur balance.

À 7 ans, il lâche pourtant la raquette et laisse tomber la balle jaune. Il a les pieds qui fourmillent, les gants qui frétillent. Hugo, gamin à part, sera un joueur à part. Alors que ses copains veulent marquer des buts, lui préfère les arrêter… Un challenge d’autant plus motivant pour le gamin de la Côté d’Azur. De là, il tire cette haine viscérale de la défaite. Déterminé, il ne veut pas voir le ballon au fond des filets, il ne veut pas se savoir battu. Prêt à toutes les tentatives pour empêcher le ballon de franchir la ligne blanche, il heurte, lors d’un match, un poteau. Après ce sauvetage in-extremis, il se retrouve avec l’arcade sourcilière ouverte. Peu importe, le but n’est pas marqué. Il a fait son boulot!

Enfant, Hugo voit le foot comme un jeu, avec les copains. C’est seulement à 16 ans, alors que la traditionnelle question «tu veux faire quoi, plus tard?» se pose, que le jeune homme se prend à rêver à un avenir en pro… Il se met à travailler d’arrache-pied et progresse à une allure folle.

Touché en plein cœur…

Toute cette rigueur, il la tient de son père, responsable d’une agence bancaire, et de sa mère, avocate, toux deux en poste à Monaco. Cette détermination, il la tient surtout du Jeudi le plus noir de son existence. Début 2008, Hugo est touché par un terrible malheur. Il perd sa maman, après un combat douloureux contre la maladie. Elle laisse un mari et deux enfants, deux garçons. Hugo, 21 ans tout juste, se concentre sur un objectif: montrer à tous ce qu’il vaut vraiment! Le foot, il le conçoit comme sa bouée de sauvetage, pour ne pas craquer. Pour son jeune frère, aussi, Hugo persiste… et signe! Son talent est révélé aux yeux de tous. Tous, c'est-à-dire les recruteurs des nombreux clubs venus à Nice le superviser. Alors qu’il est annoncé en Italie, du côté de l'AC Milan, il choisit Lyon et rejoint la capitale des Gaules, le club français des années 2000.

Le cœur sur la main

Un peu fonçeur, un peu teigneux… Faux méchant et vrai gentil… Hugo est toujours disponible, modèle de la nouvelle génération, du haut de son mètre 88. Un brin timide, il en tire cet air charmeur qui séduit de nombreuses filles. Un brin fêtard aussi, juste ce qu’il faut… Le jeune homme a glané son plus beau titre en septembre dernier. Il est devenu papa d’une petite fille, répondant au doux prénom d’Anna-Rose. Aujourd’hui âgé de 24 ans, il se sent bien à Lyon. Les sirènes des clubs Internationaux arrivent jusqu’à ses oreilles. Le garçon y songe mais ne travaille pas dans l’urgence, réfléchit à toutes les possibilités. Le succès, l’exposition médiatique, les sollicitations… Le bonhomme, lui, n’a pas changé. Depuis sa plus tendre enfance, il a les mêmes copains et retourne souvent les voir à Nice, dans un décor baigné de soleil. Hugo est vraiment devenu le Boss!

Source: OLweb.fr

Sur le même sujet