Le merveilleux destin de Lynda Lemay

Son nouvel album "Blessée" sorti dernièrement, Lynda Lemay se classe parmi les 5 meilleures ventes de la chanson francophone. Exposé d'un succès mérité.

Avec ses grands yeux bleus, ses longs cheveux châtains, son grain de folie et son irrésistible accent québécois, Lynda Lemay séduit toujours et encore son public fidèle aux rendez-vous musicaux de part et d’autre de l’océan atlantique.

1) Ses racines, ses débuts

D’une nature plutôt réservée, on imagine facilement la petite Lynda née le 25 Juillet 1966 à Portneuf près de Québec grandir dans un décor de grands espaces, de neige immaculée et de lacs limpides. C'est certes un peu cliché mais peut-être assez proche de la réalité. Et c'est sans doute environnée de cette mère nature qu'elle développe très jeune un don pour l’écriture dont elle se sert pour composer des poèmes dès l’âge de neuf ans. Entourée de ses deux sœurs, d’un père dessinateur et d’une mère qui élève ses 3 filles, Lynda apprend la guitare et chante ses premières chansons à sa famille et à ses amis qui ne cesseront de l’encourager dans cette voie qu’elle ne quittera plus.

De petits boulots en petits boulots, et parallèlement à des études littéraires, elle chante dans des bars à chansons où elle étonne, inspire, bouscule et bouleverse un public qu’elle conquiert à force d’humour et de tendresse. Engagée dans de petits concerts, le gratin professionnel remarque son style, et le bouche à oreille active son succès précoce. En 1989, elle remporte le prix d'auteur-compositeur-interprète avec un titre intitulé "la Veilleuse", récompense l’amenant à des rencontres déterminantes et à l’enregistrement de son 1er album "Nos rêves" en 1991.

La suite, on ne la connaît peut-être pas en détails, mais après un 2ème album sorti en 1994 ("Y") couronné de succès, le grand Charles Aznavour fait sa rencontre et devient son parrain artistique. C’est une nouvelle porte qui s’ouvre pour Lynda Lemay qui lance sa carrière en France. Cette "fille de la scène" comme elle aime se définir, foule tout d’abord le sol de petites salles comme le Sentiers des Halles, avant de s’offrir le Bataclan et la mythique scène de l’Olympia.

Aujourd’hui, après 20 ans de carrière et 11 albums dont un opéra folk ("Un éternel hiver"), Lynda Lemay émeut toujours autant, se renouvelle sans cesse, tout en évoquant encore et toujours la vie sous toutes ses facettes, et il est vrai qu’elle a bien choisi son inépuisable sujet.

2) Ses sources d’inspiration

Conteuse sans égal, les chansons de Lynda Lemay sont de véritables petits scénarios de vie qu’elle emprunte aux confidences de son public ou de son entourage, et qu’elle assaisonne de sa propre sensibilité. Ses thèmes de prédilection demeurant la famille, les enfants, le couple, et bien-sûr l’amour blessé, trahi, déçu ou carrément décalé et drôle à pleurer, elle ose également s’aventurer sur les sentiers plus ardus de sujets comme la vieillesse, le viol, la violence domestique, l’homosexualité, la mort ou la pédophilie.

Si ses choix de textes dérangent parfois, ils touchent avant tout la corde sensible du public et imposent en quelques secondes un silence religieux dans une salle comble qui riait encore de sa précédente chanson. Lynda Lemay excelle dans l’art de faire passer son auditoire du rire aux larmes, de jongler avec les énergies. Avec une précision quasi-démoniaque, elle fouille dans les bas-fonds de l’âme humaine, en prélève une mauvaise graine qu’elle décortique subtilement au microscope avant de rebondir sur des chansons frivoles, légères et audacieuses où elle s’amuse et se délecte de ses nombreux doubles sens.

Son exceptionnelle interprétation doublée d’une articulation qui ferait pâlir de jalousie n’importe quel acteur de la Comédie Française, ajoute la fraicheur de la spontanéité à ses chansons et la rend parfois merveilleusement vulnérable sur scène lorsqu’elle s’emporte, lorsqu’elle vibre, ou lorsqu’elle s’essaie à chanter un inédit qu’elle ne connait pas encore par cœur.

Des risques, elle aime en prendre, Lynda. Et même s’il lui arrive de " se censurer pour ne pas se mettre en danger "(1), il est rare qu’elle renonce à évoquer un sujet tabou si celui-ci lui tient à cœur ou s’il lui inspire une poésie que seuls de rares artistes possèdent.

Cette grande admiratrice de notre Johnny national est aussi drôle qu’émouvante, aussi légère et délurée que grave et désespérée. A l’image de nos comportements et de nos vies à tous, elle dépeint tous les bonheurs et les tracas de cette foutue vie, tout ce que l’humanité a de meilleur et de pire, et pénètre ainsi dans la peau d’hommes et de femmes qui parfois nous ressemblent tant.

3) Des mots, des maux et des émotions

Mais avant d’être une excellente compositeur-interprète, Lynda Lemay est avant tout une plume.

Son talent, son style, son originalité, son authenticité, sa marque de fabrique, c’est sa griffe. Sa grâce dans les mots, son sens de l’humour et de l’esthétisme, sa couleur linguistique, n’appartiennent qu’à elle.

Haute en saveur, sa cuisine sémantique assurément épicée, au goût tantôt sucré et fondant tantôt âpre et amer, laisse tout sauf indifférent. On imagine une sorcière bien-aimée concoctant une potion magique de mots aux vertus apaisantes et cicatrisantes ou provoquant l’effet inverse selon un savant dosage dont elle seule a le secret.

L’intuition aiguisée comme un rasoir, Lynda connait la direction à prendre. L’émotion qu’elle crée, qu’elle vit, ou qu’elle va quêter comme un chercheur d’or reste l’objectif à atteindre à chaque sortie d’album ou à chaque spectacle. Que ça fasse mal ou pas, l’intention est incontestablement saine et juste : toucher, émouvoir, provoquer une réaction vivante, un écho intérieur, quelque chose ayant l’effet d’un baume sur l’âme. Ce qui en ressort toujours, c’est l’intelligence du verbe, la créativité, la finesse dans l’art de dire sans dire vraiment, la spontanéité, ainsi qu’une véritable honnêteté artistique.

Proche de son public à qui elle fait des déclarations d’amour belles et simples comme elle, Lynda Lemay continue sa route, guitare à la main et crayon à la bouche, une jour chanteuse, un jour mère et épouse, pleinement consciente de son destin qu’elle a brillamment construit et qu’elle chérit.

A raison d’un nouvel album environ tous les deux ans et d'une tournée qui s’ensuit, Lynda Lemay n’a pas finit de nous émerveiller autant que de nous bouleverser, et nous réserve encore bien des surprises dans son chapeau d’adorable ensorceleuse…

(1) Interview du 29/09/2010 sur Ozap.com publiée par Charles Decant.

Sur le même sujet