De Laszló Biró à Marcel Bich: l'invention du stylo à bille

Ordinateurs et tablettes numériques n'ont pas détrôné le stylo à bille qui se vend encore par millions. Retour sur l'histoire de cet instrument d'écriture.
20

Le stylo à bille ou «pointe bille» ou même «pointe Bic», du nom de la marque qui le commercialise, a fêté en 2010 ses 60 ans d’existence en France.

Un inventeur hongrois

Recherchant le moyen d’écrire sans être obligé d’attendre le séchage de l’encre et soucieux sans doute aussi d’éviter les taches, un journaliste juif hongrois, Laszló Biró (1899-1985), eut l’idée de mettre de l’encre à séchage rapide, utilisée pour la fabrication des journaux, dans un stylo à plume . L’encre ne parvenant pas à s’écouler correctement en raison de sa consistance visqueuse, Laszló Biró eut l’idée, après avoir vu des enfants jouer aux billes, de placer une petite bille dans le corps du stylo, de façon à ce qu’elle entraîne l’écoulement de l’encre. Le «stylo à bille» vit ainsi le jour en 1938.

Le «birome», un stylo argentin

Fuyant la guerre, Laszló Biró et sa famille, notamment son frère György, s’installèrent en Argentine en 1943. La même année, ils y créèrent la société des stylos Biro et commercialisèrent leur invention, après dépôt d’un brevet dans ce pays, sous le nom «Birome».

Apprécié pour ses qualités qui permettaient d’écrire en altitude, le stylo des frères Biro fut adopté par la Royal Air Force britannique.

Une commercialisation aux Etats Unis

En 1945, le stylo «birome» est fabriqué aux Etats-Unis par les sociétés Evershap et Eberhard-Faber, mais il est très vite concurrencé par le modèle de la société Reynolds qui parvient à dominer le marché américain. Un stylo à prix moindre que le «birome » est alors lancé, sous le nom de Reynolds Pocket.

Le stylo bille traverse l’Atlantique…

En France, le brevet fut cédé par les frères Biró en 1949 au baron Marcel Bich (1914-1994), industriel, qui crée alors le fameux «stylo Bic». Voulant démocratiser l’objet et le rendre financièrement abordable, il souhaitait aussi en faire un stylo jetable.

Le stylo au corps transparent, commercialisé par la marque Bic et connu sous le nom évocateur de «Cristal», apparaît en France pour la première fois en 1950. Il ne coûte que 50 centimes comme le souhaitait le baron Bich.

Le stylo «Cristal» franchit les portes de l’école en 1965, détrônant alors définitivement les fameuses plumes Sergent Major.

Un succès ininterrompu

De nos jours, des millions de «stylos Bic» sont encore vendus chaque année à travers le monde. Outre les couleurs classiques – noir, bleu, vert et rouge – de nombreuses couleurs et une nouvelle taille sont apparues ces dernières années.

Un stylo presque magique

Rares sans doute sont les utilisateurs qui remarquent le petit trou présent sur le corps transparent du stylo. Celui-ci est pourtant la garantie du bon fonctionnement du stylo car il permet à l’air d’y entrer et de faire ainsi circuler l’encre. Il fallait y penser.

En Afrique, on prêterait même des pouvoirs magiques au stylo-bic…

Signe indubitable de son succès en tout cas, son nom est devenu synonyme de «stylo» et est, à ce titre, présent dans nos dictionnaires.

Sources :

- L’histoire des inventions, Anna Claybourne et Adam Larkum, Editions Usborne, 2008.

- L'ABC daire des Objets d’écriture , Eric Le Collen, Eric Cattelain, Flammarion, 2002.

www.innovation-pratique.com/2008/02/07/242-le-stylo-a-bille-une-grande-page-dans-lhistoire-de-lecriture/index.html

www.gralon.net/articles/materiel-et-consommables/materiel-bureautique/article-le-stylo-a-bille---histoire-d-une-invention-2767.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stylo_%C3%A0_bille

Sur le même sujet