Histoire du stéthoscope: du cornet au Bluetooth

Objet indispensable à la pratique médicale, le stéthoscope en est devenu un symbole. Retour sur son histoire...
14

Comme beaucoup d’autres inventions, le stéthoscope est né un peu par hasard, dans le cabinet d’un médecin d'origine bretonne dont le nom est passé à la postérité: le docteur René Laënnec.

Une auscultation difficile

Devant un jour ausculter une femme atteinte de troubles cardiaques, le docteur Laënnec (1781-1826) se trouva fort embêté à l’idée de devoir poser sa tête sur le sein de sa patiente pour écouter les battements de son cœur...

Il eut alors l’idée d’utiliser un cahier enroulé, lui donnant ainsi la forme d’un cornet, qu’il posa ensuite sur la poitrine de la jeune femme.

Une révélation…

Non seulement il put ainsi écouter le cœur de la patiente, mais la qualité d’écoute se révéla bien meilleure que celle obtenue jusque là par examen direct.

Au-delà même de l’auscultation du cœur, ce système permettait d’écouter également tous les bruits existants à l’intérieur de la poitrine des patients, faisant naître ainsi l’auscultation médiate.

Le docteur Laënnec perfectionna le système en remplaçant le cahier par un cylindre de bois (provenant d’abord d’un hautbois!) et donna, en 1818, à son invention un nom indiquant clairement sa fonction, en utilisant les mots grecs stethos , signifiant "poitrine", et scope signifiant "examiner".

En 1819, il publia un T raité de l'auscultation médiate ou traité des maladies du poumon et du cœur fondé principalement sur ce nouveau mode d'exploration dans lequel il expliquait l’intérêt de cette nouvelle méthode d’auscultation qu’il avait expérimentée dans ses fonctions à l’hôpital Necker où il fut nommé médecin en 1816.

Une évolution constante

Le stéthoscope n’a cessé d’évoluer tout au long du XIXe siècle. A partir de 1830, on utilisa un adaptateur en ivoire placé du côté auriculaire. A cette époque, les médecins ne pouvaient écouter que d’une oreille le cœur de leurs patients. On ajouta ensuite un tube flexible, avant que ne soit créé, au milieu du XIXe siècle, par le New-Yorkais Georges P. Cammann, un système bi-auriculaire permettant cette fois aux praticiens une écoute simultanée des deux oreilles.

Le stéthoscope moderne vit le jour en 1961 grâce au cardiologue David Littmann (1906-1981). Celui-ci fonda une société, achetée depuis par la firme 3M qui commercialise aujourd’hui encore une partie des stéthoscopes utilisés par les médecins et infirmières.

A l’heure où la technologie sans fil s’étend à de nombreux domaines, la société 3M vient de lancer le premier stéthoscope électronique utilisant le système Bluethooth. Il permettra au médecin de transmettre les données recueillies lors de l’auscultation à des confrères pour conforter un diagnostic. Le stéthoscope de demain est déjà né!

Sources:

- www.ch-cornouaille.fr

- www.gralon.net

Sur le même sujet