Les différentes races de petits félins sauvages dans le monde

Un peu partout sur la planète existent des espèces apparentées à notre chat domestique. Découvrons ces félinés dont certains sont bien loin de notre matou !
147

La famille des félidés ou félins (carnivore, tête ronde, griffes rétractiles, digitigrade) comporte une sous-famille : les félinés ou petits félins (felinae) . Cet article n’évoquera que des félinés de la taille du chat domestique (10 kg maximum.)

Amérique

Le pajero ou colocolo ou chat des pampas : il vit sur les hauts plateaux de prairie où il se nourrit de rongeurs et d’oiseaux. Sa robe gris-brun à poil long est tigrée de blanc jaunâtre. Il peut peser jusqu’à 8 kg. Il est très rarement observé.

Le margay : il ressemble à un modèle réduit d’ocelot. Chasseur nocturne et arboricole redoutable, il a des capacités étonnantes, comme de se suspendre aux branches par les pattes arrière. On le rencontre dans les forêts tropicales où il traque oiseaux et lézards, ne chassant au sol que la nuit,des proies parfois trois fois grosses comme lui. Son espèce est menacée, bien que protégée.

Le chat de Geoffroy ou kodkod : de taille identique à celle du margay, il arbore une robe mouchetée de noir allant du doré au gris (ou toute noire) suivant sa zone d’habitat. Chasseur nocturne et arboricole lui aussi, il aime grimper mais aussi nager.

Le chat des Andes : avec sa fourrure argentée rayée de brun-orangé et sa queue extrêmement touffue, il a des allures de raton-laveur. Il vit dans des régions rocheuses jusqu’à 5000 m d’altitude, où il ne trouve comme proies que des rongeurs de haute-montagne comme le chinchilla. On sait peu de choses de ce petit félin très rare et protégé.

Le chat loutre ou Jaguarondi : originaire d’ Amérique du Sud mais aussi du Texas et de Floride. Il vit et chasse au sol. Son corps longiligne est habillé d’une fourrure unie et tiquetée (comme le lièvre) dont la couleur varie du brun au roux, gris ou noir. Il ressemble à un puma miniature. En plus des rongeurs, oiseaux et reptiles, il consomme aussi poissons et grenouilles. Il fut autrefois domestiqué puis redevint sauvage.

Asie

Le chat marbré : son pelage évoque la panthère nébuleuse ou le chat du Bengal (plus grands) avec lesquels on le confond parfois. Sa particularité vient de sa queue, aussi longue que son corps entier, tête comprise. On le connaît mal, seulement d’après les observations faites sur de rares individus captifs. Il habite l’Asie du Sud Est.

Le chat bai ou doré de Bornéo : son pelage est d’un roux lumineux (parfois gris) et uni. On ne sait presque rien de lui, mais le programme Bornean Wild Cat and Clouded Leopard Project vise à fournir des données à son sujet afin de le faire protéger.

Le chat d’Iriomote (Okinawa) : les Japonais le nomment yama-neko (chat sauvage) et en consomment parfois la viande délicate. Il semble qu’il soit un chat du Bengale insularisé. Petit et discret, il chasse la nuit dans la mangrove. Selon des témoignages, il aimerait se baigner.

Le chat rubigineux, rougeâtre ou léopard : il doit son nom à sa couleur rouille. Il vit au Sud de l’Inde et à Ceylan. Il est minuscule, son poids n’atteint pas les 2 kg. Il semble ne pas craindre la présence des hommes et paraît enclin à la domestication.

Le chat à tête plate : c’est un pêcheur de Malaisie qui vit dans les marécages. Il se nourrit de poissons et batraciens. Il est adapté à cet environnement : pattes partiellement palmées aux griffes semi- rétractiles, dents aiguisées, courte queue. Méconnu, il fait lui aussi partie du Bornean Wild Cat and Clouded Leopard Project.

Le chat manul ou de pallas : on le trouve en Asie centrale. Il a des pattes courtes et un long pelage très fourni (brun clair avec rayures et taches), adapté aux hivers rigoureux. Il détient le record de la fourrure la plus épaisse. Il chasse la nuit rongeurs et oiseaux. C’est un félin qui ne peut pas être apprivoisé.

Afrique

Le chat des sables : petit félin du désert à la robe couleur sable à gris-brun, il peut se contenter de l’eau contenue dans ses proies et il est équipé de touffes de poils sous les pattes pour se déplacer plus facilement et s’isoler de la chaleur. Il chasse la nuit, à la fraîche, rongeurs, lézards et insectes qu’il détecte grâce à ses grandes oreilles.

Le chat à pieds noir : chat des milieux arides lui aussi, un tapis de poils protège ses pattes de la chaleur du sol. C’est l’adversaire du chat rubigineux pour le concours du plus petit chat du monde. Pourtant, malgré sa taille, il pousse une sorte de rugissement.

Autres chats sauvages

On nommera en Europe le chat sylvestre et le chat sauvage d’Écosse , en Afrique le chat ganté, en Asie le chat orné et le chat chinois du désert. Tous sont des sous-espèces de felis silvestris, le chat dit sauvage, tout comme notre minou de la maison (felis silvestris catus).

Sur le même sujet