Les quatre vecteurs de communication du chat

Comment le chat communique-t-il ? En utilisant tous les moyens à sa portée : ouïe, vue, odorat et toucher.
86

Lorsqu’on parle de communication, l’être humain a tendance à penser automatiquement "langage" et à privilégier la forme verbale de la communication. Pourtant, même si c’est à son insu, il utilise aussi la communication non verbale, entre humains mais aussi avec son petit félin familier. Le chat, qui opte pour une répartition plus homogène des modes de communication, est pour sa part émetteur et récepteur par tous ses sens, de façon volontaire.

Communication sonore

Le chat dont l’oreille est performante (mobile à 180° pour bien localiser l’origine du son, en forme de cône pour le concentrer, offrant un champ auditif très étendu) a développé un vaste répertoire vocal. Parce qu’il se déplace beaucoup, notamment pour la chasse, et souvent de façon nocturne, il a acquis la capacité de communiquer par la voix sous de multiples formes.

Il utilise les vocalises aussi bien pour communiquer avec les autres chats qu’avec l’homme ou un autre animal. La plupart du temps, cette communication est assortie d’autres signaux, non auditifs, pour renforcer le message. Par exemple lorsqu’un chat crache, il émet un feulement audible, mais ses oreilles en arrière, son poil hérissé, ses crocs visibles sont là pour appuyer le "discours".

Le chat peut feuler, grogner, miauler de multiples façons et ronronner. Joints aux signaux non sonores, ces sons sauront exprimer très précisément la colère, la contrariété, la peur, la faim, le désir de sortir, la satisfaction, la douleur, l’appel à un partenaire sexuel, ou tout simplement transmettre des salutations.

Communication visuelle

Les différentes postures et les mimiques faciales ont été acquises lors du développement du chaton, pendant la période de socialisation. Ces mouvements sont volontaires et servent de moyen d’expression, par exemple pour éviter le combat (voir Agressivité et agression chez le chat ).

Ces postures vont permettre au chat de signifier visuellement son état d’esprit. Demande de caresses, d’intérêt ou invitation au jeu, menace ou combat seront ainsi perceptibles à l’œil de l’observateur. Pour ce faire, le chat utilise à la fois la position de son corps (arqué, allongé etc.), sa tête (direction du regard, aspect de la pupille, position des oreilles, dents découvertes ou non etc.), son poil (hérissé ou aplati) sa queue (position, mouvement) et la façon dont il se déplace.

Il se sert aussi des marquages comme message visuel pour délimiter son territoire. Les griffades sur les arbres et même les taches d’urine sont disposées de façon à être vues, en général sur des surfaces verticales.

Communication olfactive

C'est un mode très complet, qui sert indifféremment la communication de proximité et celle à distance, et peut agir aussi bien en direct qu’en différé, de façon active ou passive. Toutes les situations sont ainsi couvertes.

Elle se présente sous forme de marquage urinaire, griffades et marquage podal (glandes situées entre les coussinets des pattes), marquage facial (glandes du menton, lèvres et joues). Les diverses glandes concernées déposent des odeurs perceptibles ou imperceptibles pour l’humain (phéromones).

Ces odeurs et phéromones renseignent sur la globalité de l’individu : âge, sexe, groupe ou famille, maturité sexuelle, mais aussi sur sa localisation, son état émotionnel, sa réceptivité sexuelle. Elles vont également délimiter le territoire, baliser son environnement, montrer son attachement, donner un signal de détresse ou de danger.

Communication tactile

Elle vient compléter les autres modes de communication, notamment olfactive (et phéromonale). Il est fréquent de voir un chat se frotter contre un autre chat ou une espèce amie. En dehors du fait que cela lui permet de déposer des phéromones de reconnaissance, cela constitue en soi un mode de communication. En toilettant un autre chat ou en léchant un humain ou un autre animal, il révèle son amitié et son bien-être. De même, lorsqu’il "pompe" (griffes sorties) ou piétine le ventre ou la poitrine de son maître. Ces comportements sont hérités des rapports du chaton avec sa mère.

On constate donc qu’en réalité, tous les modes de communication sont étroitement imbriqués. Le fait que le chat utilise plusieurs canaux sensoriels simultanément pour communiquer porte le nom de métacommunication.

Sources : Tout sur la psychologie du chat , Joël Dehasse, éditions Odile Jacob

Site Vétopsy

Du même auteur pour en savoir plus sur les cinq sens du chat : ici

Sur le même sujet