Vivre avec l'agoraphobie

Si vous souffrez d'agoraphobie, ou peur de la foule et des lieux publics, rassurez-vous : vous faites juste partie des 5% de la population qui en souffre.

L'agoraphobie, un trouble panique

Si vous sentez monter en vous une sorte d'angoisse, un sentiment de panique lorsque vous êtes dans un lieu public ou entouré d'un nombre important de personnes, vous êtes très certainement sujet à l'agoraphobie, un trouble lié aux peurs phobiques et tout particulièrement à la phobie sociale.

Apprenez à comprendre votre trouble. Environ 5% de la population souffre d'agoraphobie : ce n'est ni honteux, ni très grave.

Apprenez à relativiser. Lorsque l'on souffre d'angoisse, il est souvent plus facile de se laisser porter par le courant de panique que de lutter...

Sachez que l'agoraphobie peut se développer dès l'adolescence. Les crises qui apparaissent après 30 ans semblent cependant plus fortes, car alors, le sujet qui en souffre n'en comprend pas la raison.

L'agoraphobie, comprendre pour gérer

La plupart des crises phobiques apparaissent après un changement ou un traumatisme: décès d'une personne plus ou moins proche, divorce ou rupture sentimentale, maladie, chômage...

Avez-vous souffert de dépression? Si oui, savez vous pourquoi?

Se poser toutes ces questions n'est pas vain : en comprenant vos réactions et vos peurs, il sera plus facile de poursuivre un raisonnement logique et de découvrir enfin ce qui a pu provoquer un changement dans vos sensations.

L'agoraphobie : des réactions physiques au mal être

Bien évidemment, ces crises liées à l'agoraphobie ne sont pas simpleS à gérer : crise d'angoisse, palpitations, sensation d'étouffement et même dépersonnalisation... Les symptômes sont lourds et la victime d'agoraphobie aura tendance à éviter de telles situations.

Pourtant, c'est à tout pris ce qu'il faut éviter. Eviter de sortir de chez soi ne résoudra pas le problème : cela ne fera que renforcer votre sentiment d'être "malade", vous coupera des autres.

Apprenez à accepter ces émotions, riez-en avec vos amis, luttez contre la solitude qui vous apparait de plus en plus douce et qui ne ferait que renfocer votre mal-être.

Vaincre l'agoraphobie, ou apprendre à vivre avec...

Avant de partir pour un lieu où vous savez qu'une crise peut apparaître, évitez dans la mesure du possible tout excitant : supprimez le café, le thé jusqu'à trois ou quatre heures avant de partir... Plus vous serez "zen", plus vous affronterez la situation sereinement.

Lorsque la panique monte, par exemple dans un magasin, efforcez vous de rester calme: au mieux il ne vous arrivera rien et au pire, vous ne ferez qu'un tout petit malaise, qui bien souvent n'a jamais lieu! Au contraire, efforcez vous de regarder les gens qui vous entourent, et de répondre à leurs sourires.

Massez vous la paume des mains, ou fermez très fort les poings plusieurs fois d'affilée : cela aide à reprendre ses esprits.

Certaines personnes chantent ou récitent une comptine intérieurement : le tout est de ne pas céder à la panique qui ne fait qu'aggraver la sensation de peur.

Apprenez à respirer correctement, avec le ventre : une mauvaise respiration entraîne une hyperventilation qui ne fait qu'empirer la sensation de malaise.

Enfin, si malgré tout la foule reste une corvée infranchissable, adressez vous à votre médecin de famille qui saura vous comprendre et vous aider.

Sur le même sujet