2011, année internationale des forêts

Les forêts ne sont pas seulement indispensables en tant que poumon du monde mais aussi pour la survie de nombreuses espèces animales ou végétales.
9

L’ONU, l’UNESCO, les associations cherchent à sensibiliser et à préserver les forêts pour les générations futures. Ainsi, l'année 2011 a été proclamée année internationale de la forêt par l'Assemblée Générale des Nations Unies. Depuis 2001, le Comité du patrimoine mondial donne aux forêts un intérêt particulier et grâce à la création du Programme des forêts, des écosystèmes forestiers exceptionnels peuvent bénéficier de la Convention du patrimoine mondial pour une meilleure conservation.

«Des forêts pour les gens» (Forests for people)

Chaque jour, 350 km2 de forêts sont détruits, alors qu’elles sont plus qu’utiles à la planète puisqu’elles régulent le climat, séquestrent et stockent le carbone. Pour compenser ces pertes, on plante et on rembourse toute consommation de carbone, mais cela n’est pas suffisant. Le Forum des Nations Unies cherche des solutions pour renforcer le développement durable des forêts dans le monde. Cette année 2011, des évènements, des réunions, des conférences permettent de mettre les forêts en avant.

Il est organisé par exemple un festival de cinéma sur le thème «Des forêts pour les gens» (Forests for People), dont les gagnants seront connus début février lors de la 9e Session des Nations-Unies du Forum des Forêts. Les six films finalistes (un pour chacune des 6 catégories) pourront participer à d’autres festivals.

Le Programme Forêt du Patrimoine mondial

Les forêts retenues pour appartenir au patrimoine mondial en totalité ou en partie révèlent une richesse dans leur diversité biologique. Aujourd'hui, les 100 sites classés par l’UNESCO représentent plus de 760.000 kms², soit 1,5 fois la superficie de la France.

En juillet 2010, trois nouveaux sites sont entrés dans la liste du patrimoine mondial pour leurs écosystèmes forestiers:

• Les Pitons, cirques et remparts de l'Île de la Réunion (France): ce site couvre une superficie de plus de 100.000 ha, soit 40% de la Réunion, une île volcanique située dans le sud ouest de l'océan Indien. Il sert d'habitat naturel à beaucoup d’espèces de plantes souvent en voie de disparition. On y trouve des forêts ombrophiles subtropicales, des forêts de brouillard et des landes, le tout formant une mosaïque d'écosystèmes et de caractéristiques paysagères remarquables.

• Le Plateau de Putorana (Fédération Russe): la Réserve naturelle d'Etat de Putorana se trouve dans la partie septentrionale de la Sibérie centrale, à une centaine de kilomètres au nord du cercle polaire. La partie du Plateau inscrite sur la liste du patrimoine mondial abrite un ensemble complet d'écosystèmes: taïga, toundra, désert et des systèmes lacustres et fluviaux d'eau froide intacts. Il est un lieu de migration de rennes sauvages, ce qui est un phénomène naturel exceptionnel, de grande ampleur et de plus en plus rare.

• Les Hauts plateaux du centre (Sri Lanka): les Hauts plateaux du Sri Lanka sont situés dans le centre-sud de l'île. Ces forêts de montagne, qui s'élèvent à plus de 2500 m, abritent une variété de flore et de faune extraordinaire, notamment plusieurs espèces en danger comme le semnopithèque à face pourpre, le loris grêle de Horton Plains et le léopard du Sri Lanka.

En 2011, le Centre du patrimoine mondial publiera son deuxième rapport élargi intitulé «État des forêts du patrimoine mondial». Le premier avait été publié en 2005.

CONT12

Sur le même sujet